Archive for the ‘Design’ Category

Logo, politique, bêtise graphique

lundi, juin 22nd, 2015

Ça n’arrête pas! Le sujet du logo est véritablement une mine d’or pour la presse… et certains prestataires! et si je pouvais en faire mes choux gras, je ne cracherais pas dans la soupe… aux choux! 🙂
Je le dis tout de go!
Canard_logo_againUn récent article du Canard parle du montant assez coquet de la conception du futur logo du Conseil Départemental de la Côte-d’Or ( sur l’origine du nom Côte-d’Or, d’après la Wikipédia ).
Il s’agit donc bien de la conception, si j’en crois la presse, et non pas de la réalisation du logo… Cessons ici les viles supputations et gageons que de surcoût il n’y aura pas!

La conception de trois logos tels que présentés ci-dessous a donc supposément coûté entre 10000 et 13000 euros de l’aveu même de la presse. Oui, car seuls le Canard Enchaîné et le Bien Public ont avancé, à ma connaissance, ce chiffre. Le Président du Conseil Général, M. Sauvadet, n’a quant à lui avoué qu’un montant assez vague du changement global de la signalétique ( « plus d’ 1 M€ » discours pages 23 et 24), alors que son contradicteur, Mme Popard, lui reprochait un montant contre lequel l’exécuteur du changement avait pesté en son temps -électoral- (« son coût que
vous estimiez alors à 2 millions d’euros » page 1).

Messieurs dames, élus, parlementaires (et journalistes aussi), sachez que lorsqu’on change un logo, c’est évidemment toute la signalétique qu’il faut, à tout le moins, modifier, sinon renouveler.
Il n’y a donc pas lieu de mettre en avant une ligne plutôt qu’une autre dans un devis global.

Le coût global du changement de logo du Conseil Départemental de la Côte-d’Or et de ce que cela implique sera donc, prévisionnellement, de 1,3 millions d’euros.

Chers futurs clients, à vos calculettes 🙂

Parmi ces trois logos, un seul sera choisi suite à la votation démocratique (arf) des habitants du cru, ou pas. On peut se demander s’il y aura une géo-localisation des IP (et donc un flicage des votants à leur insu, loi sur le renseignement oblige) afin que le citoyen autochtone soit bien écouté.
De fait, la piètre organisation de ce vote saute aux yeux: d’une part par l’utilisation de Google forms, un outil gratuit de sondage en ligne proposé par une entreprise privée américaine, et d’autre part, par l’absence de mention concernant l’utilisation des données recueillies lors de l’utilisation de cet outil ( http://www.cotedor.fr/cms/logocotedoriens ) pas plus que l’assurance que le sondage soit véritablement et démocratiquement soumis à une autorité de contrôle indépendante, citoyenne, et légale.

En somme, une vaste fumisterie.

Ne serait-on pas, en ces temps de disette, en droit d’exiger que des développeurs web, des programmeurs, des graphistes du cru, travaillent pour des services publics plutôt que de faire appel à des entreprises aux buts pour le moins obscurs afin de rendre aux citoyens la transparence et la proximité qu’ils désirent tant?
D’après l’absurdité des propos de M. Cazeneuve ( « Pour commencer, il y a, dans le débat public, une bonne part d’hypocrisie. Les opérateurs internet détiennent nos données personnelles et je suis convaincu que nombre d’entre eux utilisent des techniques extraordinairement intrusives à l’égard de nos propres existences. Ainsi, M. Facebook vous demande si vous êtes prêt à être ami avec des tas de personnes dont vous ne lui avez jamais indiqué que vous les connaissiez. J’aimerais savoir comment M. Facebook parvient à le savoir ! » ) il semblerait que, la jalousie et la volonté de domination l’emportant sur le droit et la raison, l’Etat veuille prendre exemple sur le secteur privé.Diplo_juin_2015
Quelle hauteur de vue, quel esprit développé, quelle sagesse! Quel argumentaire de cour de récré, monsieur le Ministre!
Vous lirez, cher concitoyen, cet article ( http://www.monde-diplomatique.fr/2015/06/TREGUER/53099 ).

Il est donc tout naturel que des élus, avec le financement citoyen, fasse preuve d’une grande retenue budgétaire en utilisant des outils gratuits, privés, et provenant de puissances étrangères pour que le débat démocratique ait lieu et que, probablement, la plus grosse part de l’argent mis en commun aille dans les poches de leurs sympathiques copinous!
Fi des querelles géo-politiques, des conflits d’intérêts et autres billevesées! C’est pour ton bien, mon bon citoyen!

Revenons donc à l’aspect pour le moins décevant de ces propositions de logo. Le premier est donc celui qui va être choisi le 5 juillet prochain (ne me remerciez pas pour cette prédiction toute personnelle). Il rappelle furieusement celui qui était utilisé depuis 2008 (vous le trouverez sur les deux DERNIERES pages du bulletin de juin 2015 ou en en-tête du site), tant par les couleurs utilisées que par sa géométrie générale.
Il est vrai que le texte change quelque peu: au lieu de « Conseil Général Côte d’Or » (sic car le nom du département doit utiliser un trait d’union) sera inscrit « Côte d’Or LE DEPARTEMENT » (re sic).
Cela rappelle furieusement le publicitaire slogan « Atoll les opticiens », tout en voulant combler l’absence de culture générale de ceux qui n’ont plus accès à l’instruction publique gratuite et qui pensent que la Côte-d’Or est une tablette de chocolat 🙂

Les réformes diverses, porteuses de progrès, ont leur place jusque dans un logo :). On s’étonnera ensuite qu’après avoir appris des règles qui changent sans cesse, les étudiants commencent, assez rapidement, à se foutre royalement de l’apprentissage…

Bref 🙂

Le premier logo donc montre, outre le texte couleur or, un motif graphique inséré dans une forme d’oriflamme: il s’agit possiblement d’une représentation du ciel, en bleu et en haut, de trois parties de collines couleur or (ou jaune) dont les épais contours sont dessinés en blanc au milieu, puis d’un premier plan rouge également avec un épais contour blanc similaire aux collines.
La taille de ce dernier élément, qui probablement veut rappeler le rouge du drapeau national, puisque figure sur le logo du bleu et du blanc, a été fort mal appréciée: en effet elle a quasiment les dimensions du logo Marlboro. C’est fâcheux, mais il est si vrai que finalement, la culture graphique d’un prestataire n’est jamais passée au crible.

Le second logo, pas plus que le suivant, ne mérite une description. Je me contenterai de l’ affubler d’un petit nom: camembert bleu vilain pseudo techno.
Le troisième logo aura lui aussi droit à une nomination fromagère: Livarot bleu vilain façon ticket de rationnement.

Ces trois logo ont leurs pendants en noir et blanc.
Quel travail créatif! 🙂
Je reste dubitatif quant au respect du cahier des charges résumé ici:

  • Une esthétique graphique et typographique
    L’harmonie générale (équilibre, structuration, cohérence, simplicité…) des couleurs, des formes, des typographies utilisées
    L’actualité de la proposition (sobriété, dynamique…), de par ses couleurs, ses formes, ses typographies
    L’originalité (singularité, personnalisation) proposée par le logo.

 

  • Un fort impact et une bonne lisibilité
    La capacité du logo à se décliner sur les nombreux supports (affiches, plaquettes, signalétique, bâtiments, véhicules…)
    La capacité du logo à être vu, lu et reconnu dans un environnement concurrentiel (par exemple en bas d’affiche parmi d’autres logos), dans un environnement graphiquement chargé (par exemple sur un fond photographique), en lecture éloignée (sur la signalétiques de bâtiment et événementielle) ou en tout petit format (sur certains objets publicitaires par exemple).

 

  • Du sens et des valeurs
    La capacité du logo à porter le sens et les valeurs du département de la Côte-d’Or (cœur de région, partagé entre histoire et modernité, en équilibre urbain/rural…) d’une part, et le sens et les valeurs du Conseil Départemental (collectivité de proximité au service / en responsabilité des solidarités humaines et territoriales) d’autre part.

Les deux premiers points sont une belle description de ce qu’est un logo! à l’exception de « l’actualité de la proposition »: si un logo est « actuel », il ne remplit pas sa fonction intemporelle.
Vous pouvez vous en convaincre en cherchant la date de la création du logo Michelin, par exemple.
Mais là, je vous emporte, lecteurs, dans les très hautes sphères du graphisme, de l’art et de la philosophie 🙂
Le troisième point est le plus intéressant, et curieusement, celui qui ne transparait dans aucune des propositions: voyez-vous le partage entre histoire et modernité, l’équilibre entre l’urbanité et la ruralité vous sauter aux yeux? Non. Sentez-vous la proximité de cet organe d’Etat, la solidarité humaine? Non.

Bravo donc encore à cette pantomime mêlant politiques, agence de communication (toutefois un grand bravo aux stagiaires qui ont, eux, travaillé) et bêtise crasse. C’est digne de ce qui se fait « à la capitale » concernant le logo de la COP21!

Un logo type de souche merdique

samedi, mars 14th, 2015

logo_cop21_XLAvant toute chose, vous me pardonnerez un langage cru, familier, vulgaire voire argotique. Puisqu’il faut endosser un vêtement, celui d’artiste, de créateur, bien que pompeux et certainement injustifié, me sied très bien. A ce titre, la liberté est totale dans tous les moyens d’expression et elle devient obligatoire lorsqu’on se rend compte de la vanité et de l’absence de sens de la vie.
Ce n’est cependant pas parce que l’Humanité est crétine qu’il faut s’y rallier.

Alors que je parlais du prix minimum d’un logo ici, et que tous se souviennent des prix affolants des logos ANPE (2,4 millions d’euros en 2004) et Pôle Emploi (500 000 euros en 2009), le Canard nous informait il y a peu de la « nouvelle » solution des élites de la République pour contenir la crise qui ne les touche pas.
On notera que concernant les logos à gros prix, la presse, à son habitude, n’a pas fait état des détails contractuels. Il est certain que le coût de la création elle-même devait être inclus, mais quid des droits d’auteurs et d’exploitation. Bref.canard
Afin donc de faire bonne mesure face au système astucieux qu’ils avaient pu mettre en place dès qu’ils s’étaient aperçus que le vulgum pecum allait bénéficier d’un confort qui leur était réservé, et pour faire croire que, eux aussi, se lamentaient, les puissants ont décidés de faire eux-mêmes, sans compétences et dans le but de réduire les dépenses de l’Etat (mais pas les leurs) un LOGO. logo_cop21
Pas n’importe quel logo; le logo d’une « conférence des parties ». Le nom prête à sourire, de quelque manière qu’on le tourne. Il provient de l’anglais conference of the parties, acronymé en COP (cop signifie flic en argot anglais). On peut se dire qu’avec un titre aussi abscon, et sous lequel on hésite à mettre une exposition érotique ou un salon de l’armement, la tâche du graphiste n’a pas du être simple.
C’est sans compter que le graphiste en question -peut-on l’appeller ainsi?- est au fait de la signification de l’acronyme sus-nommé: il s’agit d’une conférence internationale sur le climat. Un truc écolo, mazette.
Sur le logo, on remarque le sous-titre: « UN CLIMATE CHANGE CONFERENCE » (la casse est ici reproduite).
N’est-ce point d’un ridicule achevé? La conférence ayant lieu en France, l’emploi du français eût été approprié, tout autant que l’usage de points pour abréger United Nations en U.N.
Cependant, il est vrai que depuis quelques temps l’ajout de termes anglais à des logos est d’un chic sans pareil. On lira à ce sujet l’article du Canard sur le logo (encore!) voulu par Huchon. logo_cgidf

Il suffit! Revenons au logo lui-même.
Une forme de feuille lancéolée qui n’existe pas dans la nature et donc la reflète fort mal à supposer que le but soit effectivement de suggérer l’idée de naturalité. Cette feuille n’a pas de pétiole, c’est un limbe simple, dénué de toute attache à la vie qui l’a produite.
On remarquera que, de loin, la feuille semble rongée en un endroit et malade car on note une chlorose au sommet (une décoloration de la feuille due à un manque de chlorophylle).
Voilà qui laisse augurer d’une piètre réussite à cette conférence pro natura.
On ne parlera même pas des couleurs, le vert étant une des couleurs les plus difficiles à imprimer ( https://en.wikipedia.org/wiki/CMYK_color_model ).
Un dessin de tour Eiffel déformé apparaît en blanc à la base de la feuille, histoire de faire comprendre aux illettrés que la conférence a lieu à Paris, comme indiqué en grands caractères juste au dessous. C’est une volonté ministérielle.
Bien plus encore qu’une contre publicité faite au graphisme, ce logo est l’expression de la désinvolture des organes d’Etat face aux enjeux qui concernent au premier chef la survie d’une Humanité qu’ils détestent.
Passant de postes de fonctionnaires non élus et rémunérés par les citoyens à des fonctions élevées dans les entreprises privées dont le but avoué est de faire des profits éhontés, et jamais redistribués à ceux qui les créent, grâce à l’exploitation d’une populasse prolétarienne docile, les puissants se gaussent de ceux qu’ils nomment en chœur avec leurs amis des médias, les « anonymes de la société civile ».

Bravo.

 

Braconnage

dimanche, février 15th, 2015
Intelligence très artificielle

Portrait robot

 

Selle du suffrage universel,
Pouvoir, asseoir,
Entonnoir.

Les beaufs

mercredi, janvier 7th, 2015

cabuLe Canard que je viens d’acheter aujourd’hui sera le dernier avec des dessins de Cabu.

Chers congénères, cher moi-même, je ne vous dis pas merci et je ne vous salue pas.

Pace car West 2015

lundi, décembre 22nd, 2014

WEST_2015_1600x1200_tvQu’y a-t-il de plus harassant, de plus trépidant, de plus stressant, et de plus motivant que l’organisation d’un événement commun à plusieurs équipes?
C’est une question rhétorique 🙂
Quel qu’en soit l’objectif, le travail de groupe est toujours source de conflits et de récompenses. C’est ce qui a motivé mon implication et ma participation à l’organisation d’un championnat d’Endurance sur le jeu en ligne rFactor. Outre l’organisation proprement dite, faite de réunions diverses et de débats nombreux sur bien des aspects que la plupart des participants à un jeu ne soupçonnent même pas, ce fut aussi l’occasion pour moi de créer une affiche, de modifier une voiture et de se remettre un peu dans le bon sens de la marche.
Un travail d’équipe, voilà qui fait du bien.

 

La voiture de sécurité du World Endurance Series Tournament 2015 (organisé par la LCC et RFR), basée sur la safety car du mod Endurance Series créé par Enduracers modding team, utilisant la rampe de girophares livrée avec le jeu rFactor, a enfin une illumination des feux clignotants situés sur le toit, afin d’ajouter non seulement au réalisme, mais également à la visibilité du pace car.
La modification que j’ai faite a été rendue possible grâce aux outils de développement fournis par ISI, combinée avec un travail acharné de recherches et de tests tout autant que d’apprentissage.
L’intégration de cette option sera probablement faite dans le SP3 d’Enduracers Endurance Series, avec quelques améliorations, qui sait, comme la suppression du feu stop central arrière (qui « flotte »), et peut-être d’un bouton marche/arrêt synchronisé avec l’allumage des phares (une option de nommage des matériaux que j’ai eu la flemme de faire 🙂 ).
Le pace car créé pour le championnat WEST 2015 avec sa livrée WEST (également réalisée par Lornet-Design), stickers noirs brillants sur peinture moutarde matte:


Vidéo au format mp4
Envie de participer à ce jeu? Renseignez-vous ici 😉
Les organisateurs de cet événement, ceux qui ont sué sang et eau, et qui n’en auront fini avec leur calvaire quà la toute fin du championnat ( 🙂 ) sont:
Romain, Marc, Fabs, faburne, Taranis, Evolm, Mullog, Sweed (s’est retiré). A leur santé! 🙂

Le papier et la communication imprimée

vendredi, juillet 4th, 2014

La racaille des présidents au gnouf, les mono-neurone millionnaires s’amusant avec une balle, les espoirs bientôt et à nouveau déçus, la vie continue jusqu’à la mort. L’âme y survivra-t-elle?

boîte

Boîte.

J’ai eu récemment à travailler sur un assortiment de cartes destinées à un mariage. Elégance et sobriété devaient primer, une pointe d’humour pouvait se faire jour, c’était là le cahier des charges.
Lorsque que beauté et sobriété se rencontrent, l’efficacité n’est jamais très loin. Il faut bien sûr être capable de quelques émotions, il faut être sensible pour les appréhender.
En matière de graphisme imprimé, la question du support peut donc devenir primordiale. Non qu’elle soit nécessaire, mais elle se pose en premier, car du support dépend le rendu final, tant d’un point de vue graphique et colorimétrique que d’un point de vue de la sensation que procure le toucher d’un papier.
C’est ma muse et un ami qui m’ont rendu sensible à l’importance du papier en tant que support, mon amour matérialiste pour les beaux objets et ma sensibilité personnelle ayant fait le reste, mélangée à la stupéfaction devant les exploits de certains hommes à savoir les fabriquer.
Il fallait donc pour cette commande un carton d’invitation à la cérémonie de mariage ainsi qu’au vin d’honneur comportant deux volets, une invitation au repas séparée, un menu, ainsi qu’une carte de remerciements et de faire-part.
La douceur de l’événement, sa date à la météo parfaite, ainsi que ses instigateurs, un peu libertins (« Qui refuse les contraintes, les sujétions; qui manifeste une grand esprit d’indépendance, qui fait preuve de non conformisme. »), commandaient l’usage d’un papier sortant de l’ordinaire. Quelques éléments de la fête avaient d’ores et déjà été préparés sur des supports tout à fait exotiques, provenant d’une lointaine contrée du soleil levant.
Comme pour toute commande, le commanditaire avait prévu un budget étendu mais limité. Le talent du graphiste allait avantageusement se lier à des supports haut de gamme, sans qu’ils soient exclusifs et que leur prix ne soit excessif.

Toute la communication autours de cet événement serait faite sur support papier, avec le concours de La Poste comme coursier.

Cette décision supposait l’utilisation d’enveloppes, qui furent choisies parmi la gamme « Pollen » éditée par Clairefontaine (120g/m²). -http://www.clairefontaine-pollen.com/les-cartes-et-enveloppes.html
Les enveloppes d’envoi des invitations seraient rectangulaires au format 220×110 mm, de couleur blanche, celles des remerciements et des faire-parts, carrées, au format 165×165 mm, également de couleur blanche.

Pour l’affranchissement, un timbre aux couleurs de Baccarat en forme de cœur fut choisi opportunément puisqu’édité juste au moment de l’événement.

Papier Rives tradition

Invitation au mariage

Le carton d’invitation à la cérémonie, comportant les deux prénoms des mariés dans une typographie calligraphique de belle facture, simple et raffinée, fut décoré par un élément d’une peinture de Tien-shih Lin, illustrant le poème de Liu Yu-hsi’s sur « L’été mourant » (poésie T’ang 618-906 A.D.). A l’intérieur, sur le volet gauche, figurent les coordonnées et sur la partie droite le texte de l’invitation, dans un typographie également calligraphiée mais différente, en cela qu’elle est plus simple et droite, de celle utilisée pour les prénoms. Le revers de l’invitation présente une sombre histoire de robots qui dialoguent, censée être drôle pour les amateurs de cinématographie.

Ce carton d’invitation, envoyé à chacun des participants par voie postale, est imprimé sur un papier Rives tradition extra blanc (250g/m²) de dimensions 210×100 mm fermé, 420×100 mm ouvert, un papier au grain feutré sur toutes ses faces, à la texture traditionnelle et raffinée.

Papier Curious Translucent

Invitation au dîner

Le carton d’invitation au dîner, de format 210×100 mm, est quant à lui imprimé sur un papier CuriousTranslucent d’Arjowiggins (230g/m²) de dimensions 210×100 mm. C’est un papier calque sur lequel apparaît en faux filigrane, grâce à sa translucidité et à une impression à 20% d’encrage, le dessin monochrome de la peinture de Tien-shih Lin, reprise de la page première du carton d’invitation.
Faut-il le préciser, cet élément graphique d’une beauté d’obédience (ça veut rien dire, on s’en fout) est le fil conducteur de toute la panoplie papetière de cet événement.
Les deux typographies (celle des prénoms et celle du corps de texte) du carton d’invitation sont reprises sur celui du dîner, afin de conserver une ligne graphique facilement reconnaissable, et viennent couvrir une partie du faux filigrane.

papier couché

Menu de mariage

Le carton du menu, pour d’évidentes raisons pratiques, est quant à lui fabriqué dans un matériau plus robuste et moins noble: un simple papier couché demi-mat 350 g/m² blanc, au toucher assez lisse, même sans aucun pelliculage (à y réfléchir un Condat aurait mieux fait l’affaire, l’impression du lettrage n’aurait pas présenté le crénelage qu’on distingue à la loupe).
De dimensions 105×150 fermé et 210×150 ouvert, il reprend le motif graphique du carton, mais qui court sur les pages 4 et 1. A l’intérieur, page 2, les vins, et page 3, le menu. La typographie reprend la même disposition que le reste: calligraphie noble en page 1 et calligraphie plus simple en pages intérieures.

Papier Conqueror Diamant

Remerciements et faire-parts

Les faire-parts et cartons de remerciements, bien que d’un format différent ont la même première page; l’élément graphique, de même taille, est simplement et judicieusement tronqué sur l’un de ses côtés. Imprimés sur un papier Conqueror diamant étonnamment ultra-blanc alors qu’en papier recyclé, ils présentent un toucher soyeux, sans grain ni aspérité. De dimensions 140×150 fermé et 280x 150 ouvert, il permet l’insertion d’une photo des mariés en costume de pingouins, en page 3; la page 2 étant réservée au texte, toujours typographié selon la charte choisie pour toutes les autres impressions. La page 4 reprend bien évidemment l’histoire cocasse des robots, avec une petite variante dans le propos.

Pour cette recette sobre et élégante, créative et privée, ne comptez pas moins de quatre chiffres. Pour ceux qu’un tel montant rebute par sa petitesse, il est possible de gonfler la facture en utilisant des procédés encore plus coûteux tels que l’embossage, le gaufrage, la dorure ou l’argenture à froid, les découpes ou les vernis sélectifs.
Post-scriptum: et j’allais presque oublier les fameux porte noms! Ceux-ci furent calligraphiés à la main, avec une plume Rotring (le support ne s’y prêtait pas) un feutre Mitsubishi 0.8 mm sur le même papier Curious Translucent que les invitations au dîner. Et jamais je ne vous dirai que c’était les chutes de découpe des invitations 🙂

 

 

Triphasé de merte, la fiche! :)

samedi, juin 21st, 2014

On se souvient du tollé engendré par l’affaire de l’affiche de la fête de la musique 2013… ( http://www.lornet-design.net/decadence/ )

En cherchant sur le web l’affiche de la mouture 2014, je suis tombé sur l’avis d’un graphiste ébahi par l’affiche 2014… D’aucuns diront « lol » 🙂

La voici: http://fetedelamusique.culture.fr/fichier/p_download/2171/download_fichier_fr_affiche_fm_2014.pdf

Réalisée par Trafik.

2 couleurs, 1 typo et demi, 200 euros sur la table, 200 000 dessous? 🙂
Pardonnez-moi, c’est l’ambiance Bygmalion…

Ha bé c’est la crise mon bon p’tit populo d’amour…

On remarquera que sur le site officiel, seul l’élément graphique circulaire (assez sciant, il est vrai) est rappelé… https://www.fetedelamusique.culture.fr/fr/
Vous dire s’ils en sont fiers, tout là-haut…
Que de progrès en une seule année! Bravo!

Online races posters

mercredi, juin 11th, 2014

Affiches réalisées pour la team LCC, à l’occasion de courses organisées sur le jeu en ligne rFactor.

 

Tous unis pour toutes les causes

mardi, juin 11th, 2013

Lornet-Design soutient l’association La péniche du cœur avec la création d’un logo!

rFactor skin BMW E90 "La péniche du cœur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

« La péniche du cœur »

rFactor skin BMW E90 "La péniche du cœur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

« La péniche du cœur »

rFactor skin BMW E90 "La péniche du cœur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

« La péniche du cœur »

rFactor skin BMW E90 "La péniche du cœur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

« La péniche du cœur »

rFactor skin BMW E90 "La péniche du cœur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

« La péniche du cœur »

rFactor skin BMW E90 "La péniche du cœur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

« La péniche du cœur »

rFactor skin BMW E90 "La péniche du cœur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

« La péniche du cœur »

 

 

 

 

 

 

La FFSCA (fédération française des simulations de courses automobiles) parraine une course d’endurance « open » de 4 h sur le jeu rFactor à l’occasion de l’événement « tous unis pour toutes les causes« , organisé par la ligue Tourisme et GT et le site PilotesF1.com.
Le but de cette compétition de simulation automobile est de représenter des associations à vocation humanitaire ou sociale et de récolter des dons qui seront offerts à l’association soutenue par le gagnant de la course.
C’est donc un événement placé sous le signe de la générosité auquel chacun peut participer grâce à un site web dédié: TUPTLC.fr

La course se déroulera le 4 juillet 2013 sur le circuit d’Interlagos au Brésil, les voitures utilisées seront des BMW E90, tirées du mod BMW E90 Super Trophy (WTCC – BMW E90 Mod by Thome – Converted by MaNTzEl aka AmStaFF). Chaque équipage de 2 personnes doit créer une carrosserie représentant l’association qu’il a choisie afin d’en faire la publicité.
Lornet-Design a choisi, sur d’avisés conseils, de représenter l’association Péniche du cœur, qui a pour but l’hébergement d’urgence dans une ambiance conviviale, favorisant les échanges humains, dans l’esprit et le respect de la charte des Restos du cœur.
Située Port Saint Bernard / Jardin Tino Rossi dans le 5ème arrondissement de Paris, la péniche du cœur accueille des personnes sans-logis. Pour en savoir plus, visitez également l’ancien site www.penicheducoeur.org.

L’équipe courra sous les couleurs de la team LCC (Les Casse-Cou) qui ne ménage pas ses efforts pour permettre aux pilotes de s’entraîner sur leurs serveurs ouverts et qui organise de nombreux opens.

Lornet-Design a réalisé la peinture de la carrosserie de la voiture numéro 22 « Péniche du cœur » de la team LCC. Le cahier des charges demandait de rappeler les couleurs de la péniche ainsi que sa silhouette longitudinale, afin que l’association soit clairement identifiable. Le choix d’un thème bicolore blanc et bleu utilisé sur la péniche s’imposa, de même que la reproduction des lisses de coque bleues, décalquées sur les flancs de la voiture.
Afin d’obtenir une texture de qualité, il a fallu reproduire le cartouche portant le nom de la péniche au format vectoriel, ce qui permet de le dimensionner à loisir sans pixellisation.

Il manquait toutefois un véritable logo, car l’association ne semble pas en posséder. L’idée de la bouée, symbole du sauvetage, m’a permis de réunir les éléments constituants le nom de l’association en un seul logo: la péniche ainsi que sa mission sociale sont figurées par la bouée, et le cœur est dessiné grâce à la saisine en corde. Le logo a été réalisé dans un format vectoriel, en deux variantes, l’une en relief (visible sur la voiture), l’autre en aplat de couleurs.

Ces logos, utiles pour la communication imprimée et via les écrans seront gratuitement mis à disposition de l’association, si elle le souhaite. L’ unique contrainte, inhérente à la création artistique sera l’obligation de ne pas modifier la création sans le consentement de l’auteur.

Recyclage graphique

mardi, janvier 15th, 2013

Après tout, pourquoi pas. Ça fera la nique à l’outsourcing, principe de base des concours graphiques destinés à faire travailler d’honnêtes et pauvres artistes gratuitement.
Voici donc une livrée recyclée, un peu à l’arrache, les délais étant assez courts, mais surtout parce que le carrossier a dû la peindre en pièces détachées 🙂 -il s’attachera à mieux faire les raccords la prochaine fois-
Une première qui en amènera peut-être d’autres. Le site des Casse-Cou, sympathique équipée belge s’adonnant aux joies de la simulation automobile sur RFactor.

Chevrolet Lacetti by LD

Chevrolet Lacetti by LD

Neural engine

jeudi, avril 5th, 2012

Team Screw Driver

Screwed

Dijon 3d sur le blog x3dom.org

jeudi, mai 19th, 2011

La première scène de Dijon 3d présentée à la fois en x3d et x3dom sur le site dijon.tourisme-3d.com a fait l’objet d’un article sur le blog des créateurs du x3dom.
Lornet-Design remercie toute l’équipe x3dom qui travaille avec énergie à l’élaboration et au perfectionnement de cette nouvelle technologie !

X3DOM blog

X3DOM blog

Pour en savoir brièvement un peu plus sur x3dom et x3d : quelques explications !

Testez vous-même un tour en 3d dans votre navigateur Firefox ou Chrome : Dijon 3d X3DOM

Fast cars and koons-eries

vendredi, octobre 8th, 2010

Personnellement le homard gonflable ne me sied que très peu. Mais je dois bien avouer que j’aime assez avoir champs libres sur roues. Illustration : « champs libres » par Lornet-Design et BMW art car 2010 par Jeff Koons.

Champs libres versus Koons BMW art car.

Dark Dog trendy e-marketing ?

mardi, mai 5th, 2009

Le concours Dark Dog 2009 est terminé : encore une semaine avant les résultats officiels du vote des internautes qui semblent d’ores et déjà prometteurs à en juger par les commentaires du « mur d’expression » sur le site du concours Dark Dog 🙂 .

Une bonne partie des participants a mis en scène ses créations graphiques en 3D : simple image 2D plaquée sur une silhouette de canette, véritable rendu 3d (parfois avec quelques malheurs de mapping), toutes les techniques ont été utilisées avec plus ou moins de succès, mais la plupart sont éloquentes.

Lornet-Design a également choisi de mettre en scène sa canette en 3D (des rendus image, une animation vidéo) , mais a poussé le vice jusqu’à faire revivre une scène VRML (3D temps réel pour le web) de discothèque , avec musique live, gogo danceurs et tout le toutim n’est-ce pas :).  C’était sur Outside ça.
Attention, la vidéo a été filmée avant que la scène soit terminée.
Cette scène n’est plus en ligne depuis le 30 avril 2009, date de la clôture des participations au concours Dark Dog.
Peut-être la retrouverez-vous Inside… Mais l’ entrée de ce site est un véritable parcours du combattant: mieux vaut vous inscrire à la starac 🙂 .

Au fait, est-ce que Dominique des Dogs aurait bu du Dark Dog ? 🙂  Et que dire de Slaughter and the Dogs ? Et les Sham 69 ne disaient-ils pas qu’il fallait donner un os au chien (Give a dog a bone dans la langue de Shakespeare) ?

dark dog / dark dogs

dark dog / dark dogs

Punk is not dead ! 🙂

Virtual Dark Dog Disco

lundi, avril 13th, 2009

Le concours Dark Dog 2009 est l’occasion de faire la fête avant de sabrer le champagne, à coup sûr offert par le gagnant :). Dans cette intention et bien que pressé par le temps, j’ai aménagé une scène VRML bien connues des Blaxxuniens qui fréquentaient jadis le 2ème Monde ( 2M ). Le K-hole (traduction « le trou du K ») est une discothèque intimiste pourvue d’un barman avenant, de toilettes propres, et d’une pièce VIP avec chat privé :). N’oublions pas le Dj, c’est un ami :).
La scène 3D :
Des affiches flottantes sont disposées afin de marquer l’évènement de la patte Dark Dog. Bien sûr, le graphisme packaging de la canette Dark Dog collector 2009 proposé par Lornet-Design est présenté sur le podium, et en deux clics 3d, le clubber virtuel pourra s’inscrire et voter sur le site du chien sombre, héros de la soirée :).
Il s’agit en effet de rendre à Dark Dog ce qui lui appartient, le monde de la nuit et des clubbers, la fournaise des discothèques branchées, la trance à fond les ballons, bref le monde de la teuf.
L’inauguration de cette scène 3D peuplée d’avatars dansants (merci à Cybertown) et sonorisée par Digitally Imported, canal trance est prévu pour bientôt… Restez branchés / Stay tuned.

En attendant la disco night virtuelle et afin de vous familiariser avec cet univers underground, voici une vidéo capturée par l’espion virtuel « DD drama » et sonorisé par l’excellent Mystery (merci à lui). Bon visionnage 🙂

Dark Dog Disco by Lornet-Design

Dark Dog Deluxe cap / la capsule

lundi, avril 6th, 2009

Le gagnant du premier prix Dark Dog collector 2009 devra également fournir le fichier de la capsule Dark Dog comme il est stipulé dans le règlement.
Vous l’avez déja remarqué sur la vidéo 3D ainsi que sur les images fixes réalisées par Lornet-Design, le bouchon de la canette sera jaune Pantone 116 CV et le motif que vous allez découvrir maintenant sera imprimé en noir Pantone.
Ces couleurs ont été choisies pour rappeler la charte graphique originale Dark Dog, tout en l’associant de façon heureuse avec les couleurs collector utilisées pour l’impression de la bouteille Dark Dog Deluxe créée par Lornet-Design.
Les 3 bouteilles Dark Dog limited edition précédentes avaient toutes une capsule noire et un corps à dominante jaune.
Lornet-Design prend le contre-pied pour aller chasser le premier prix, et reste dans la sobriété en apposant le seul logo Dark Dog sur la capsule, en noir sur fond jaune. Voyez plutôt:

Capsule Dark Dog 2009 (Lornet-Design)

Capsule Dark Dog 2009 (Lornet-Design)

Collector Dark Dog bottle by Lornet-design (3D animation)

samedi, avril 4th, 2009

Voici la vidéo animée de la bouteille Dark Dog édition limitée #4 réalisée par Lornet-Design pour le contest 2009.

N’oubliez pas de votre pour ce visuel sobre et pourtant efficace sur le site du concours Dark Dog 2009 !

Dark Dog # 4, les détails by Lornet-Design

vendredi, avril 3rd, 2009

Voici quelques détails de l’ « incredible bottle » dessinée par Lornet-design pour le contest Dark Dog 2009:

Dark Dog bottle view # 1

Dark Dog bottle view # 1

Dark Dog bottle view # 2

Dark Dog bottle view # 2

Dark Dog view #3

Dark Dog view #3

Doggy detail Lornet-Design for Dark Dog

Doggy detail Lornet-Design for Dark Dog

Limited edition #4 by Lornet-Design 4 Dark Dog

Limited edition #4 by Lornet-Design 4 Dark Dog

Dark Dog logo by Lornet-Design 2009 (detail)

Dark Dog logo by Lornet-Design 2009 (detail)

Lornet-Design participe au concours Dark Dog 2009

vendredi, avril 3rd, 2009
La proposition de Lornet-Designpour le Dark Dog contest #4, 2009

La proposition de Lornet-Design pour le Dark Dog contest #4, 2009

Dark Dog est une marque de boisson énergisante (ou soft drink) à forte teneur en caféine. Elle est utilisée par une population de jeunes adultes à l’occasion de soirées en discothèque ou dans les bars afin de maintenir un état d’éveil forcé. C’est une boisson sociale qui permet d’être plus « performant » qu’à la normale, ou tout du moins de s’endormir moins vite 🙂 .
Dark Dog a une politique marketing agressive : la marque est le sponsor de plusieurs types de sports extrêmes (motos, snowboard, dragster, drift, voltige et même le rugby à 13) ainsi que de soirées musicales (technoparade, soirées sonores, festivals de musique electronique…).
Dark Dog est aussi l’organisateur de soirées d’hiver en discothèques associés à des contests de snowboard et d’évènements de plage pendant l’été, sur fond de concerts techno.

Et bien sûr, Dark Dog organise des concours variés ainsi que des jeux en ligne.
L’essence de la boisson Dark Dog, condensé d’énergie goût guarana, se reflète dans les happenings marketing de la marque : sports de glisse extrêmes ou mécaniques, folles soirées musicales ou se trémoussent de pulpeuses demoiselles, le tout dans une ambiance jetset.

On peut dire qu’avec Dark Dog tous les sens sont en émoi 🙂 .

Le concours de création graphique pour l’habillage de la canette Dark Dog édition limitée # 4 produite à 100 000 exemplaires.

Ce concours n’échappe pas à la règle du règlement 🙂 : je passerai sur les formalités administratives pour m’intéresser directement aux contraintes créatives.

« Idéalement, votre création reflétera votre perception et interprétation de la boisson et de l’univers Dark Dog à la manière d’un Tribute ou d’un Fan Art et vous intégrerez naturellement votre signature de manière discrète dans le visuel. »

La signature est demandée, Dark Dog veut une œuvre d’art dédiée à la marque. Pour l’artiste, c’est un excellent moyen d’épanouir son ego (diantre) et d’étendre sa notoriété.

« Pour ce qui est du style et des couleurs, votre création est totalement libre. Réalisable en quadrichromie, toutes les techniques de création sont acceptées (illustration, graphisme, photographie, photomontage, graffiti, collage, …) à la condition d’envoyer votre création sur le template de gabarit officiel (…) »

Une totale liberté de création s’offre alors à l’artiste, s’il respecte quelques contraintes de bon sens :

  • le patron de gabarit officiel
  • les références couleurs si la création est à dominante rouge et/ou jaune
  • le logo s’il est intégré
  • la mention « LIMITED EDITION # 4 »
  • la mention du pseudo de l’artiste
  • les spécifications techniques
  • les spécifications relatives aux contraintes d’impression sur la canette
  • l’image de la marque et de celle des marques concurrentes
  • les règles morales et éthiques
  • les droits d’auteur s’il y a utilisation de photos ou d’éléments graphiques extérieurs

La principale contrainte technique est de prendre en compte la déformation du motif dans sa partie supérieure, due à la méthode de fabrication et d’impression de la bouteille.

La canette est un tube d’aluminium cylindrique ouvert à une extrémité, créé par emboutissage d’un opercule de métal.

Le motif est peint directement sur ce cylindre,  dont la partie supérieure est ensuite mise en forme par écrouissage, d’où la déformation du motif peint initialement.

Voir cette vidéo sur la fabrication de la canette de collection Dark Dog : http://www.darkdogcity.com/fichiers_upload/videos/vid-171020070300or.flv

On ne sait toutefois pas si le motif va être peint ou imprimé sur un film plastique qui sera ensuite thermo formé et scellé sur la bouteille… Il en résulte en tout cas une déformation au niveau du col.

On peut cependant empiéter sur la zone déformée (en bleu sur le template ci-dessous) comme le montre la canette collector # 2, dont le graphisme a été réalisé par SlashDesign.

http://www.trendsnow.net/darkdogcancontest/2007/02/cest_avec_un_im.html

La zone hachurée en vert semble tout à fait utilisable.

dark dog bottle technical settings

Le gagnant du Dark Dog design contest # 2 : zone de déformation

Une seconde contrainte technique est l’obligation de peindre une sous-couche blanche sur toute la surface de la canette dans le cas où un aplat jaune est utilisé dans le dessin, et ceci quelle que soit la taille de l’aplat.

L’utilisation du jaune rend donc impossible le jeu avec la transparence (la canette est en aluminium).

Une troisième contrainte implicite : la canette étant cylindrique, on ne voit à la fois qu’un tiers du développé de l’illustration. Les précédents contests ont montré que le fait de créer un motif occupant un tiers ou deux tiers de la surface de la canette importe peu.

La création de Lornet-design expliquée : « Dark Dog Deluxe »

Le « design graphique » (arg, je l’ai dit le mot interdit !) conçu par Lornet-Design est tout autant une démarche marketing qu’une œuvre d’art : les motifs, les couleurs bref le design est fait pour que la bouteille edition limitée # 4 Dark Dog soit vue comme la seule digne d’intérêt parmi une foultitude d’autres boissons énergisantes.

On ne doit voir qu’elle dans les rayons et sur les zincs, et l’on comprend à cette aune l’intérêt marketing de la charte graphique standard de Dark Dog.

La symbolique du dessin doit renseigner en moins d’une seconde sur le contenu de la bouteille, en plus d’être esthétiquement agréable à l’œil et cela, de la tête de gondole de supermarché aux tables des discothèques et autres night-clubs.

Dark Dog c’est le coup de foudre à la première rencontre.

Le logo Dark Dog ainsi que la police utilisée sont forts bien choisis et ne méritent donc pas de retouche dans le cadre de ce graphisme original.
Conserver le logo est un atout marketing, c’est sur la connaissance et la reconnaissance de son image qu’une marque construit sa notoriété.

Qui plus est  le respect du logo, s’il est intégré, est une des contraintes imposées par Dark Dog.

La canette limited edition # 4 est un objet collector qui risque d’être conservé, comme tous ces objets publicitaires du siècle dernier que l’on retrouve dans les vide-greniers et les brocantes et qui font le bonheur des décorateurs et chineurs d’aujourd’hui.
Sans prétendre atteindre l’indémodable « universel », un objet collector se doit à mon avis  d’être emprunt de sobriété. C’est cette idée qui dirige ma création.

Afin de coller à la fois à l’image de la boisson énergisante Dark Dog tout autant qu’à l’image du sponsor de sports mécaniques, la bouteille est conçue comme un carter de moteur.
Elle symbolise donc la puissance d’un moteur à explosion, puissance que le buveur va pouvoir s’approprier tel un carburant.
La texture couvrante simule donc un métal finement granuleux, sablé et anodisé bleu nuit dans lequel sont usinés en défonce les textes et le logo Dark Dog.

Un léger effet de relief sur les pourtours de ces motifs trompe l’œil afin qu’ils semblent être gravés dans la matière. La surface principale du logo et de la marque n’est pas imprimée et laisse donc transparaître l’aluminium.

Les zones en rouge ne sont pas imprimées et laissent apparaître l'aluminium.

Les zones en rouge ne sont pas imprimées et laissent apparaître l'aluminium.

Seules les mentions de l’auteur « by LORNET-DESIGN » et de la définition de la boisson « GUARANA ENERGY DRINK » sont imprimées entièrement car la graisse des polices ne permet pas de jouer à la fois avec la transparence et de leur appliquer un effet de relief.

Le dynamisme et l’énergie contenue dans la boisson sont symbolisés par un éclair qui passe derrière les polices et le motif du logo. Il est de couleur violacée avec un léger halo clair sur son pourtour.

Il part de la lèvre du goulot, passe par l’épaule et fini par s’étendre sur toute la surface du fût de la bouteille.
La partie supérieure de l’éclair principal (sur le col et l’épaule) est plus épaisse afin de conserver une taille homogène malgré la déformation du graphisme sur cette partie (voir les détails).

La mention « more energy » est évincée : le motif donné dans le kit de participation figuré comme un lettrage tamponné n’est pas très heureux. Et même si on peut le travailler ou le réinterprété ce genre de rajout commercial n’a pas sa place sur un objet collector.