Queremos

July 5th, 2015

“Queremos” en espagnol signifie à la fois “nous voulons” et “nous aimons”.
C’est une des expressions utilisées lors d’un discours assez renversant et plein de verve que je vous invite à écouter: http://www.dailymotion.com/video/x2wql71_discours-de-jean-luc-melenchon-au-congres-du-parti-de-gauche-le-5-juillet-2015_news
On y notera la fugace apparition d’une pique sur les logos…
Cela me permet de vous dire qu’avec DEUX jours d’avance (voir la date de publication de l’article des sous-fifres journaleux locaux) sur le programme prévu institutionnellement, Môssieur le Président du département Côte-d’Or a élu lui-même (hilare) le logo qui figurerait en lieu et place de l’ancien.

Reportez-vous à mon précédent billet, où vous vous rendrez compte que ma prédiction était fort juste (et fastoche!).

Côte-d’Oriens, vous allez payer 1,3 millions d’euros (au moins) le changement de logo de votre département, ainsi que la signalétique des bagnoles et des bureaux. Continuez de bien travailler, afin de payer vos impôts! :)
Et si possible, continuez de voter pour ceux qui profitent éhontément de vos sous! Ils ne vous inviteront pas à leurs sauteries, soyez-en sûrs.

PS: j’ai des captures d’écran :)

Logo, politique, bêtise graphique

June 22nd, 2015

Ça n’arrête pas! Le sujet du logo est véritablement une mine d’or pour la presse… et certains prestataires! et si je pouvais en faire mes choux gras, je ne cracherais pas dans la soupe… aux choux! :)
Je le dis tout de go!
Canard_logo_againUn récent article du Canard parle du montant assez coquet de la conception du futur logo du Conseil Départemental de la Côte-d’Or ( sur l’origine du nom Côte-d’Or, d’après la Wikipédia ).
Il s’agit donc bien de la conception, si j’en crois la presse, et non pas de la réalisation du logo… Cessons ici les viles supputations et gageons que de surcoût il n’y aura pas!

La conception de trois logos tels que présentés ci-dessous a donc supposément coûté entre 10000 et 13000 euros de l’aveu même de la presse. Oui, car seuls le Canard Enchaîné et le Bien Public ont avancé, à ma connaissance, ce chiffre. Le Président du Conseil Général, M. Sauvadet, n’a quant à lui avoué qu’un montant assez vague du changement global de la signalétique ( “plus d’ 1 M€” discours pages 23 et 24), alors que son contradicteur, Mme Popard, lui reprochait un montant contre lequel l’exécuteur du changement avait pesté en son temps -électoral- (“son coût que
vous estimiez alors à 2 millions d’euros” page 1).

Messieurs dames, élus, parlementaires (et journalistes aussi), sachez que lorsqu’on change un logo, c’est évidemment toute la signalétique qu’il faut, à tout le moins, modifier, sinon renouveler.
Il n’y a donc pas lieu de mettre en avant une ligne plutôt qu’une autre dans un devis global.

Le coût global du changement de logo du Conseil Départemental de la Côte-d’Or et de ce que cela implique sera donc, prévisionnellement, de 1,3 millions d’euros.

Chers futurs clients, à vos calculettes :)

Parmi ces trois logos, un seul sera choisi suite à la votation démocratique (arf) des habitants du cru, ou pas. On peut se demander s’il y aura une géo-localisation des IP (et donc un flicage des votants à leur insu, loi sur le renseignement oblige) afin que le citoyen autochtone soit bien écouté.
De fait, la piètre organisation de ce vote saute aux yeux: d’une part par l’utilisation de Google forms, un outil gratuit de sondage en ligne proposé par une entreprise privée américaine, et d’autre part, par l’absence de mention concernant l’utilisation des données recueillies lors de l’utilisation de cet outil ( http://www.cotedor.fr/cms/logocotedoriens ) pas plus que l’assurance que le sondage soit véritablement et démocratiquement soumis à une autorité de contrôle indépendante, citoyenne, et légale.

En somme, une vaste fumisterie.

Ne serait-on pas, en ces temps de disette, en droit d’exiger que des développeurs web, des programmeurs, des graphistes du cru, travaillent pour des services publics plutôt que de faire appel à des entreprises aux buts pour le moins obscurs afin de rendre aux citoyens la transparence et la proximité qu’ils désirent tant?
D’après l’absurdité des propos de M. Cazeneuve ( “Pour commencer, il y a, dans le débat public, une bonne part d’hypocrisie. Les opérateurs internet détiennent nos données personnelles et je suis convaincu que nombre d’entre eux utilisent des techniques extraordinairement intrusives à l’égard de nos propres existences. Ainsi, M. Facebook vous demande si vous êtes prêt à être ami avec des tas de personnes dont vous ne lui avez jamais indiqué que vous les connaissiez. J’aimerais savoir comment M. Facebook parvient à le savoir !” ) il semblerait que, la jalousie et la volonté de domination l’emportant sur le droit et la raison, l’Etat veuille prendre exemple sur le secteur privé.Diplo_juin_2015
Quelle hauteur de vue, quel esprit développé, quelle sagesse! Quel argumentaire de cour de récré, monsieur le Ministre!
Vous lirez, cher concitoyen, cet article ( http://www.monde-diplomatique.fr/2015/06/TREGUER/53099 ).

Il est donc tout naturel que des élus, avec le financement citoyen, fasse preuve d’une grande retenue budgétaire en utilisant des outils gratuits, privés, et provenant de puissances étrangères pour que le débat démocratique ait lieu et que, probablement, la plus grosse part de l’argent mis en commun aille dans les poches de leurs sympathiques copinous!
Fi des querelles géo-politiques, des conflits d’intérêts et autres billevesées! C’est pour ton bien, mon bon citoyen!

Revenons donc à l’aspect pour le moins décevant de ces propositions de logo. Le premier est donc celui qui va être choisi le 5 juillet prochain (ne me remerciez pas pour cette prédiction toute personnelle). Il rappelle furieusement celui qui était utilisé depuis 2008 (vous le trouverez sur les deux DERNIERES pages du bulletin de juin 2015 ou en en-tête du site), tant par les couleurs utilisées que par sa géométrie générale.
Il est vrai que le texte change quelque peu: au lieu de “Conseil Général Côte d’Or” (sic car le nom du département doit utiliser un trait d’union) sera inscrit “Côte d’Or LE DEPARTEMENT” (re sic).
Cela rappelle furieusement le publicitaire slogan “Atoll les opticiens”, tout en voulant combler l’absence de culture générale de ceux qui n’ont plus accès à l’instruction publique gratuite et qui pensent que la Côte-d’Or est une tablette de chocolat :)

Les réformes diverses, porteuses de progrès, ont leur place jusque dans un logo :). On s’étonnera ensuite qu’après avoir appris des règles qui changent sans cesse, les étudiants commencent, assez rapidement, à se foutre royalement de l’apprentissage…

Bref :)

Le premier logo donc montre, outre le texte couleur or, un motif graphique inséré dans une forme d’oriflamme: il s’agit possiblement d’une représentation du ciel, en bleu et en haut, de trois parties de collines couleur or (ou jaune) dont les épais contours sont dessinés en blanc au milieu, puis d’un premier plan rouge également avec un épais contour blanc similaire aux collines.
La taille de ce dernier élément, qui probablement veut rappeler le rouge du drapeau national, puisque figure sur le logo du bleu et du blanc, a été fort mal appréciée: en effet elle a quasiment les dimensions du logo Marlboro. C’est fâcheux, mais il est si vrai que finalement, la culture graphique d’un prestataire n’est jamais passée au crible.

Le second logo, pas plus que le suivant, ne mérite une description. Je me contenterai de l’ affubler d’un petit nom: camembert bleu vilain pseudo techno.
Le troisième logo aura lui aussi droit à une nomination fromagère: Livarot bleu vilain façon ticket de rationnement.

Ces trois logo ont leurs pendants en noir et blanc.
Quel travail créatif! :)
Je reste dubitatif quant au respect du cahier des charges résumé ici:

  • Une esthétique graphique et typographique
    L’harmonie générale (équilibre, structuration, cohérence, simplicité…) des couleurs, des formes, des typographies utilisées
    L’actualité de la proposition (sobriété, dynamique…), de par ses couleurs, ses formes, ses typographies
    L’originalité (singularité, personnalisation) proposée par le logo.

 

  • Un fort impact et une bonne lisibilité
    La capacité du logo à se décliner sur les nombreux supports (affiches, plaquettes, signalétique, bâtiments, véhicules…)
    La capacité du logo à être vu, lu et reconnu dans un environnement concurrentiel (par exemple en bas d’affiche parmi d’autres logos), dans un environnement graphiquement chargé (par exemple sur un fond photographique), en lecture éloignée (sur la signalétiques de bâtiment et événementielle) ou en tout petit format (sur certains objets publicitaires par exemple).

 

  • Du sens et des valeurs
    La capacité du logo à porter le sens et les valeurs du département de la Côte-d’Or (cœur de région, partagé entre histoire et modernité, en équilibre urbain/rural…) d’une part, et le sens et les valeurs du Conseil Départemental (collectivité de proximité au service / en responsabilité des solidarités humaines et territoriales) d’autre part.

Les deux premiers points sont une belle description de ce qu’est un logo! à l’exception de “l’actualité de la proposition”: si un logo est “actuel”, il ne remplit pas sa fonction intemporelle.
Vous pouvez vous en convaincre en cherchant la date de la création du logo Michelin, par exemple.
Mais là, je vous emporte, lecteurs, dans les très hautes sphères du graphisme, de l’art et de la philosophie :)
Le troisième point est le plus intéressant, et curieusement, celui qui ne transparait dans aucune des propositions: voyez-vous le partage entre histoire et modernité, l’équilibre entre l’urbanité et la ruralité vous sauter aux yeux? Non. Sentez-vous la proximité de cet organe d’Etat, la solidarité humaine? Non.

Bravo donc encore à cette pantomime mêlant politiques, agence de communication (toutefois un grand bravo aux stagiaires qui ont, eux, travaillé) et bêtise crasse. C’est digne de ce qui se fait “à la capitale” concernant le logo de la COP21!

Anguille?

June 12th, 2015
Anguille?

Anguille?

C’est toujours le plus dur de trouver un titre. Ça ne transparait même pas: le pékin du web arrive, lit (quand il sait)… “bon, mouaif’…” et se barre.
La plupart des “pékins” ne se rendent pas compte. Ils n’essaient même pas.
Et l’auteur s’en contrefout :) C’est “ça” qui est bien!

Mais il n’empêche que lorsqu’on revient, tel Ulysse, mais avec en moins l’envie de revenir (si c’est pour retrouver une bande d’assoiffé(e)s du gland, hein…), et bien on peut se surprendre à tomber. Et un peu de haut, “qu’on tombe”; une fois qu’on a quasiment touché la ionosphère, limite :)
On revient hélas sur le plancher des vachettes d’obédience hispanique, avec leurs airs de cadors, qui veulent prendre le pouvoir qui, finalement, leur revient. Ben oui, hein, pourquoi se gêner?

On revient, et là, paf: sous prétexte d’ “égalitarisme” “éducationnel” (ils ne l’ont pas faite encore, celle-là) on va propulser l’éducation et l’instruction dans les abîmes, afin de favoriser le pouvoir d’achat des rupins. La “réforme” de Najat ne va conduire qu’à une seule chose: seuls les plus fortunés auront accès aux enseignements permettant de comprendre la saloperie du monde et sa non-humanité (et éventuellement de songer à y remedier…”lol qu’ils ont envie de le faire”). Les autres feront des “enseignements pratiques interdisciplinaires”, comme, par exemple, savoir marcher jusqu’à son établissement scolaire (éducation physique et sportive) tout en chantonnant (éducation musicale) un poème de Prévert (français, littérature).
On se marre, non? :)
Et bien c’est ce qu’on appelle dans les milieux autorisés: le progrès.

On se retrouve également nez à nez avec une loi (c’en est une) sur le “renseignement”. Concerne-t-elle la manière dont on peut se renseigner sur telle ou tel puissant dans l’éventualité sinon d’éliminer leur ύβρις*, au moins de tâcher de la contrôler? Non.
Elle concerne ceux qui n’ont d’autre but que de servir leurs maîtres, histoire qu’on leur scope (ah merde, c’est du grec… disons: trifouille) les parties intimes…

Ah oui, on tombe de haut, c’est vraiment le cas de le dire. Anguille** (sur polystyrène).

J’ai 308 dossiers à traiter, ne m’attendez pas.

*un truc vraiment scatologique (ou est-ce eschatologique?)
Il manque un esprit rude, les connaisseurs auront corrigé.
** ce n’en est évidemment pas une…

Le bâillon de la terreur

June 3rd, 2015

https://www.laquadrature.net/fr/agissons-contre-le-projet-de-loi-de-surveillance

Non à la loi renseignement

« Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas communiste.

Lorsqu’ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas social-démocrate.

Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas syndicaliste.

Lorsqu’ils sont venus me chercher,
il ne restait plus personne
pour protester. »

Martin Niemöller

L’art contemporain symptôme météorologique

May 30th, 2015

Ce qu’on appelle en anglais “appropriation art” est le fait, pour un artiste, de reprendre le travail, la création d’un autre, en le modifiant peu ou pas. ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Appropriation_%28art%29 et http://www.artlex.com/ArtLex/a/appropriation.html )

Tout récemment, ce drôle de concept artistique est revenu sur le devant de la scène avec le scandale créé par Richard Prince à propos de photos qu’il a tout simplement volées sur Internet, aggrandies, puis vendues 90 000 dollars pièce après avoir ajouté un texte en dessous, sous forme de commentaire typique des plateformes existantes sur le web. ( http://fr.artmediaagency.com/115443/des-photos-instagram-volees-vendues-90-000-sur-frieze-new-york/ )

L’une de ces photos: https://instagram.com/p/2ygLRoR2hV/?taken-by=doedeere
L’original: https://instagram.com/p/3Bz1q2R2oI/?taken-by=doedeere

Certains fâcheux se contenteront de dire que ce type de geste artistique (si l’on ose dire) ne date pas d’hier: Marcel Duchamps ou encore Warhol auraient eux aussi usé du procédé ( https://en.wikipedia.org/wiki/Appropriation_%28art%29 ).

Il y a toutefois une différence notable: ils se sont servis de produits industriels, commerciaux, publicitaires, dont la valeur artistique, bien qu’existante a priori (tout objet a été sinon créé, au moins dessiné), n’est pas leur essence.

Débats sur la propriété intellectuelle il y a eu, et il y aura encore.
Non que ce ne soit pas intéressant. On lira avec attention quelques articles:

http://www.law.harvard.edu/faculty/martin/art_law/image_rights.htm
http://www.artinamericamagazine.com/news-features/news/landmark-copyright-lawsuit-cariou-v-prince-is-settled/

Et je m’arrête là à ce sujet, car mon propos n’en finirait pas, et je serais bien incapable de trancher dans l’infini de la connerie :).

Ce qui m’afflige dans la gestuelle artistique de Richard Prince, c’est le prix de recel. Car c’est bien là où je veux en venir: l’art contemporain et son image, dans une grande majorité, sont pollués par la connivence de la médiacratie ploutophile.
Doit-on en douter encore? ( http://fr.artmediaagency.com/108548/des-personnalites-du-monde-de-lart-impliquees-dans-le-scandale-hsbc/ )
Cela rappelle hélas les procès d’hommes puissants et/ou riches, en général impliqués politiquement, tout aussi véreux, qui n’aboutissent jamais lorsqu’ils sont (chance!) lancés aux frais de ceux qui n’auront jamais les moyens de vivre leurs petites frasques crasses et illusoires.

Quelle est donc la sensibilité de ces gens-là, sinon l’attrait de la possession? Que signifie donc le mot “appropriation”, sinon qu’il est entièrement voué à la vaine tentative de la propriété?
Quelle âme, quel homme révèle le procédé?
Oh, rien de neuf sous le soleil, comme on dit. L’éternelle volonté de domination de l’Autre, et l’absence probablement totale d’empathie.

Cela pourrait être risible s’il ne fallait ajouter à ces travers la foutue incapacité de ceux-là qui s’appellent et sont reconnus comme artistes, à créer pour l’Inutile. Car l’Art n’est rien d’autre qu’une autre Vanité.

Mais cette vanité-là, elle procure, elle partage, elle se moque bien d’elle-même; elle a d’autant plus de valeur qu’elle semble avoir disparu…

C’est donc bien un glissement vers l’atrocité de l’Humanité qui s’opère dans le monde de l’art contemporain: l’unique dieu c’est le pognon. Ces “galeries”, ces “artistes”, ces “œuvres”, ces “mécènes” ne sont rien d’autre qu’une suite de chiffres, dont l’intérêt est nul, totalement.

L’équilibre chancelle, retournons donc à nos moutons.

PS: Richard (quel nom!) regarde un peu ce qu’est une des vraies sortes de “appropriation art”, ici dans le domaine de la vidéo ( https://www.youtube.com/watch?v=R8n0EDaEgn4 ). Note bien également qu’il y a une véritable cause, quoi qu’on puisse en penser: http://www.straycatalliance.org/who-is-sca/mission

Adieu les faux artistes, adieu les égoïstes pourris, adieu les idiots, adieu les hommes médiocres et sans âme. Il n’y a que vous, faux enthousiastes impuissants, pour vous essayer à tuer en voulant dénoncer le meurtre, et pour appeler cela:”art”.