Triptyque augmenté (2019)

novembre 12th, 2019

Le fameux triptyque de Bacon est privé de crucifixion. Qu’est-ce donc que je crucifie ici?

Krishnamurti me guide aimablement, bien que mort, en ce moment. Il est d’une grande aide à s’approcher de lui.
Il dit: la véritable paix est créatrice, donc destructrice.


Ci-dessous le texte initial devant accompagner cet article.

Voici donc l’expression de ma vulnérabilité, à la fois réponse à “L’origine de la guerre” d’Orlan, à “L’origine du monde” de Courbet et à tous leurs avatars -dont les miens font partie, évidemment.
[si je réponds à ma propre réponse, ça finit quand?]

Un des éléments du triptyque est donc intitulé “L’origine de la paix”, dans une sorte de sépia qui n’en est évidemment pas un.
L’élément fait de “off color material” est celui en violacé qui veut rappeler les procédés bizarroïdes de tirage argentique. Il est intitulé “No breed vanity”.
Ces deux clichés sont à la fois un hommage à Mapplethorpe, qui reprend ses amours picturaux, mais également une tentative spontanée d’exprimer mon propre ressenti (je n’avais pas connaissance de l’existence de Mapplethorpe il y a encore peu et ce n’est pas lui qui m’a montré la beauté des fleurs et des corps, des sexes).
Mapplethorpe n’est donc pas mon inspirateur (aspirateur?) mais un être photographe que je considère comme une sorte d’alter ego dans l’art.
C’est peut-être fort présomptueux (je sens bien les esprits chagrins qui pensent toutes ces bêtises), mais pour le coup, ses photos me sont proches dans ce qu’elles insinuent.
Il n’y a rien d’autre qu’une communauté de vision artistique, un quelque chose en soi commun, une sensibilité. Bien sûr, la provocation, aussi, mais qui vient seulement ensuite.

Je me fous de la cote de l’art et du marché, et j’adhère à ce que Romuald et PJ tournent en une simple question: “marché de l’art ou art du marché?”

Je pensais auto-censurer la vision directe de l’image en la cachant derrière un lien évocateur et de mise en garde. Finalement, non.
Il n’y a là qu’art et rien n’est répréhensible, pas plus du point de vue du droit que du point de vue médical (!).
Quand bien même la morale de certains serait choquée, qu’importe.

L’acte artistique permet la folie et la sublime et il est évident qu’à la manière d’Orlan, travailler son propre corps épargne de la souffrance de celui des autres.
De l’énergie gagnée.

La performance a duré le temps de la prise de vue, peu avant la clôture de l’exposition Arts Poncin 2019 donnée pour 19 heures.
Alors que déjà nombre d’artistes remballaient leurs œuvres, certains ayant eu la chance d’en vendre participant ainsi à la vie de l’association qui a permis l’exposition, j’ai substitué deux œuvres à deux autres afin de compléter le triptyque tout en l’augmentant d’une quatrième œuvre.

J’aime bien le terme d’ “augmenter”, il fait écho à ce qu’on appelle aujourd’hui l’humain augmenté, dans toute la bêtise du terme.

Nous ne sommes plus ni des hommes ni des femmes, mais des objets, des variables d’ajustement, des ressources.
Je dis non.

L’aspect symbolique est éradiqué des discours tout autant que l’aspect anatomique, physiologique, sans parler même de l’aspect psychologique.
Je dis non.

Valentine

novembre 10th, 2019

La photographie ne commence-t-elle pas, là où la parole est arrêtée ?” Valentine Monnier.

https://www.valentinemonnier.com/j-accuse

Naked pictures of a disintegrated world. /EoF (presque)

novembre 9th, 2019

Ce travail montre la difficulté d’alignement entre soi et le monde.
Que ce soit une critique du puritanisme ambient tout autant qu’une dénonciation de la maltraitance infantile menant au désordre social organisé que nous connaissons, cette série montre et ne montre pas les tabous infligés aux être humains.
C’est une soulographie d’âme et de temps.

L’art doit porter à la réflexion et à la discussion, à la disputation.

“On n’est jamais mieux servi que par soi-même.”

[En recherchant cette expression, je suis tombé sur un bon blog (ça arrive tous les 200 ans), voyez ici, ce n’est pas l’article en question d’ailleurs antithétique de mon propos mais un autre plus croustillant dans lequel j’ai reconnu bien des gens de mon “avant”, des relous occasionnels ou constants: https://bonpote.com/index.php/2019/08/25/la-loi-de-poe/ ]

Alors le finissage de Arts Poncin 2019. J’avais prévu une surprise façon Banksy, mais bon, je ne me mouillais pas trop, j’attendais qu’on m’en parle, et vu que personne ne m’en a rien dit, ça m’a évité de vendre mais surtout de vendre à demi tarif. Tant pis pour vous 🙂

La surprise aura donc été une performance rapide et quasiment inaperçue, mais dont la photographie sera à jamais une preuve qu’elle a bien existé (pour le fichier RAW, préparez vos arguments).

Ça va venir dans un prochain article pendant que les cons célèbreront la guerre (sa fin, son début, son milieu, sa constance…), tiens.
Ensuite je ferai mon catalogue de cette série, puis je m’attaquerai doucement à une autre, si l’intérêt que je porte à mon homonyme Francis Bacon m’en laisse le loisir.

Irina

novembre 4th, 2019

Irina Ionesco déclare à propos de son travail de photographe :

“La photographie est pour moi un élément essentiellement poétique, je l’envisage comme une écriture théâtrale, où je fixe dans un déroulement obsessionnel et incessant tous mes fantasmes. Chaque séance, mise en scène, est conçue comme une séquence théâtrale, intègre la femme dans un univers de rêve, où elle-même est mythique, multiple, inventée, et revêt tour à tour les facettes des mille miroirs dans lesquels l’artiste se plonge. Je ne conçois l’érotisme qu’à travers une dimension métaphysique. J’aime l’excès, l’onirisme, l’insolite. Aussi, je fais mienne cette phrase de Baudelaire : “Dans l’art, il n’y a que le bizarre qui soit beau”.

https://irina-ionesco.com/biographie/

Je viens de voir “my little princess” de Eva Ionesco, la fille d’Irina, qui raconte une partie de sa vie, la vie de la fille de la célèbre photographe.
Gratuitement, il va sans dire puisqu’Internet permet un accès quasi total à ce que les simplets du système appellent la “culture” (en fait l’art). Bon, la plupart des gens n’utilisent le réseau que pour s’envoyer des messages dans un style papier hygiénique, m’enfin, ça, je n’y peux rien.
Je reste dubitatif face à l’écrit d’Irina (également dispo sur le web) et au film de sa fille.
Il est évident qu’Irina a développé un talent artistique certain, mais il semblerait que ce soit aux dépends de sa fille, pour compenser ce qu’elle-même avait subi étant plus jeune.

C’est terrible.
L’époque l’a permis.
Eva dit de sa mère qu’elle est le fruit d’un inceste.

Il semblerait que l’écriture soit plus à même d’être tolérée que l’image. L’image fait peur. Elle semble la réalité alors qu’elle n’est, tout autant que la peinture, qu’un pâle reflet d’une symbolique et d’un indicible.
Mais l’image est d’un accès instantané, inévitable.

Je n’excuse pas, ce faisant, l’attitude d’Irina, mais je la comprends. Elle a pu, à sa façon, blessante pour sa fille, soit, mais à sa façon, créer à partir de traumas.
Évidemment, combattre ou sublimer un trauma en en créant un autre, qui plus est sur une personne fragile et vulnérable, en profitant de son état, n’est pas souhaitable.

Mais comme le disait Paul Claudel, la résilience (resiliency qu’il ne parvenait pas à traduire) a surtout été un trait des Américains.

“En 1936, le Français Paul Claudel, alors ambassadeur à Washington, pouvait écrire à propos de la crise financière de 1929 : « Il y a dans le tempérament américain une qualité que l’on traduit là-bas par le mot resiliency, pour lequel je ne trouve pas en français de correspondant exact, car il unit les idées d’élasticité, de ressort, de ressource et de bonne humeur. […] Et si quelques financiers se jetaient par la fenêtre, je ne puis m’empêcher de croire que c’était dans l’espérance fallacieuse de rebondir » (Claudel, 1965, p. 1205).”
https://journals.openedition.org/sociologies/6633 ( La résilience comme attitude face au malheur : succès et usages des ouvrages de Boris Cyrulnik, Nicolas Marquis)

Voir également – comme il n’y a pas de hasard! –

Sublimation et résilience : Paul et Camille Claudel
Silke Schauder
Dans Bulletin de psychologie 2010/6 (Numéro 510), pages 445 à 448

https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=BUPSY_510_0445

La seule chose qui vaille la peine dans toute l’humanité, ce sont les enfants et la liberté.

C’est facile à dire, mais voilà ce qui est dans la balance.
Et finalement Greta Thunberg est un très bon exemple, bien qu’utilisé par des adultes sans scrupules, de ce qu’est la conscience et la liberté.

https://www.telerama.fr/scenes/irina-ionesco-photographe-libre-mere-perverse,130438.php

https://next.liberation.fr/livres/2017/08/28/eva-ionesco-l-innocence-retrouvee_1592523

https://next.liberation.fr/culture/2010/07/22/eva-ionesco-tombee-des-nus_667609

L’impression de.

novembre 3rd, 2019

Vous avez l’impression que c’est un peu taré, tout ça.
Mais vous ne savez pas quelle est la réalité et la souffrance de celui qui est vraiment entre deux mondes.
Bientôt je ferai un truc sur Ionesco, Hamilton, Carroll, etc. Des sujets extrêmement intéressants quand on outrepasse la pseudo bienséance.

Hashtag mitout les salopes

octobre 31st, 2019

La condition humaine ne changera jamais. C’est un grand malheur.
J’aimerais cependant que la plupart prennent conscience que certaines des femmes qui, avec raison, se plaignent des comportements exécrables de certains hommes, sont peut-être les congénères de véritables tortionnaires, coupables de crime contre l’humanité, contre les bébés et les enfants.

Même si quelques menues preuves ne peuvent être généralisées, il est bon de prendre conscience qu’outre la brutalité des hommes, celle des femmes est tout aussi dévastatrice pour le futur de l’humanité.

Il est également aussi évident que la connerie des mâles (et des femelles) est directement dérivée de ces maltraitances ignobles dont personne ne doit détourner les yeux.

Il est temps de songer, autant que faire se peut, à briser ce cercle vicieux de la violence et de la maltraitance.
L’une des multiples solution est l’abolition totale de la domination des uns sur les autres par le pouvoir de l’argent, ainsi que par tout autre moyen.
Doux rêve, puisque ceux qui possèdent ne pensent qu’à une seule chose: posséder plus et maintenir ceux qui possèdent moins dans leur condition.
N’est-ce pas brigitte?

Ni pute ni soumise, c’est un choix respectable quand on n’est pas non plus le ou la tortionnaire d’un petit ou d’une petite d’homme et de femme.
Il faut briser le cercle pervers de la violence.

PS: petit clin d’œil aux défenseurs des animaux, l’être humain en est un aussi.

 

https://www.bestgore.com/torture/abusive-mother-film-self-beat-child/

https://www.bestgore.com/torture/kindergarten-teacher-caught-beat-child-johannesburg-south-africa/

 

 

 

Exclu du prêt!

octobre 30th, 2019

https://bu.u-bourgogne.fr/EXPLOITATION/doc/ABSYS/14592/historiographie-du-chaudron-de-gundestrup

C’est normal, c’est papier sans éditeur 🙂
Au moins, j’avais, moi, fait les choses comme il le faut, c’est-à-dire déposé un exemplaire à la bibliothèque universitaire ainsi qu’à la bibliothèque de section histoire de l’art.

Pour les 20 ans de ce mémoire épique (et pic et pic et colle et grammes) je le publierai en pdf tout bien corrigé des fautes d’alors.

 

Family business

octobre 26th, 2019

Quand l’esprit n’a plus de choix possible, quand le temps et la volonté inconsciente a fait son office, aidée par l’humanité crasse des trop proches, il n’y a qu’une seule solution, la solution finale, la mort.

Vulnerable nudity

octobre 24th, 2019

A girlfriend of mine, from quite some time ago, told me that nudity means vulnerability.
I guess it’s quite right.

“Many of their works contain nudity, which emphasizes the vulnerability of humans and transforms their appearance so they do not have everyday human bodies. Eiko, when asked about this aspect of their work in an interview, is quoted as saying, “A fish is naked and stone is naked. Why not us?””

https://en.wikipedia.org/wiki/Eiko_%26_Koma#Artistic_style

I wonder why fake female artists (mostly well-known billionaire singers and actresses) seem to keep on showing their panties and body shapes in a manner that completely discredit their famous #metoo.
I know times they aren’t a changing and it’s down to artists to keep humanity aware of human condition and to fight domination.
But it seems that nudity is reserved to some circles like porn or homosexuality or female pseudo artists. Ok, that’s for the common of people, the TV watching people.
But so many of them are using the web to keep their fate in the low and dirty layers. Some use some tricks too, as they can be perfectly stupid but refer to some glossy art newspapers. Double fool.

Nudity has a purpose, it has to be said and told to the dumbs, and not overused.

Le tarif Banksy

octobre 24th, 2019

Pour se moquer du prix que l’on donne à l’art, mais surtout de ce que les capitalistes appellent le “marché” de l’art, Banksy a vendu (bradé, diraient les inconscients) certaines de ses œuvres à des prix symboliques. C’était dans les rues de New-York, je crois.
Alors, on dira que le gamin a de quoi voir venir, et c’est très probable. Mais est-ce là ce qui compte VRAIMENT?

Pour le finissage de l’expo à Arts Poncin, je prépare donc une surprise.
Ce sera le dimanche 3 novembre, mais pas avant 16 heures, j’en ai bien peur 🙂

A bientôt! 😉

https://www.thedailybeast.com/banksys-biggest-trick-yet-selling-his-art-on-the-street-for-dollar60

 

 

Briefly

octobre 23rd, 2019

En bref, parce que je suis fatigué, je mets les liens de ceux qui bossent beaucoup pour cette expo, artistes et organisateurs, et qui ravissent ceux qui y viennent.
Deux de mon triptyque y sont décelables, la troisième et première n’étant pas forcément discrète, dirons-nous, elle est passée à la trappe ^^.

Dossier de presse, vue générale:
https://artsponcin.com/artistes-presents-en-2019/reportage-1-2019/

Un peu d’égo et un aperçu pour ceux qui ne peuvent pas faire le déplacement (vous n’aurez pas la texture du papier et la sensation qu’elle procure):
https://artsponcin.com/artistes-presents-en-2019/lornet-francis/

Un très grand merci à Alain et à toute l’équipe d’Arts Poncin.

 

On va vous étriper, vous pendre et vous faire souffrir…

octobre 16th, 2019

… à la hauteur de votre bêtise.
Voilà un petit message bien pensé à l’attention des politichiens pourris de quelques partis qu’ils soient, puisque leur seul et unique désir est de dominer l’autre.
A l’attention de tous les chefs religieux qui, sous couvert de bienveillance, ne désirent eux aussi que dominer.
Sans JAMAIS connaître la signification de ce qu’est la politique, ceux-là comme ceux-ci, l’histoire de l’humanité le prouvant, doivent périr. Et ça va faire pas mal de monde.
Cette transformation en engrais, bien qu’issue de mauvais graines, se révèlera un bon fumier pour les cultures à venir, s’il n’est pas déjà trop tard.

Faire un truc complètement con, est-ce vraiment “cool”?

octobre 14th, 2019

Bah, on s’en bat les couilles.
Et cela me rapelle l’unique avertissement officiel que j’ai eu au lycée, suite à l’inscription hautement culturelle du titre des Sex Pistols sur la buée d’une vitre de la salle de classe: “never mind the bollocks”.
Il est probable que ce soit plus le refus d’effacer la sentence que les mots eux-mêmes qui soient à l’origine de ce ridicule effet de domination administratif.

Bref. J’ai signé parce qu’au moins je suis absolument certain que ça ne sert à rien.

Revue de presse, renommée municipale :)

octobre 14th, 2019

Bon, c’est vrai que l’examen empirique de la conduite par tous moyens de transport est très révélateur de la façon dont l’être humain se comporte.
Il est vrai que je ne suis pas exempt de fautes, moi-même et mon faux self, j’aime bien rouler sans avoir l’impression de me traîner sur les routes.
C’est pour cela qu’en 27 ans de permis je viens de perdre mon premier point: 91 km/h pour 80 km/h, 86 km/h retenue.
Pas vu ce putain de robot du ministre des enculés 🙂
Les points je m’en tape, c’est une manière d’infantiliser la population.
On donne des points aux enfants de maternelles, mais de façon positive: on donne des bons points (rien que le terme est positif) et ensuite des images, etc. On n’en retire pas. C’est également une méthode discriminatoire, liberticide, mais elle passe mieux, dirons-nous.
Mais il est vrai que la conduite automobile met en jeu la vie et la santé des personnes… comme si les règles et les lois changeaient quoi que ce soit sinon donner l’illusion d’une amélioration. Devrait suivre une longue liste de noms de ceux qui fabriquent les lois pour mieux leur chier dessus -courte description du fonctionnement de l’humanité.
Ça occupe, ça justifie, ça rend l’absolu vide du sens de la vie plus acceptable.

Alors tout ça pour dire que cette exposition à Saint-Gengoux fut très agréable (bien que j’ai dû me défaire d’une somme au fisc en allant installer), que le vernissage que j’appréhendais s’est finalement bien passé et que j’ai été très heureux d’y participer… J’aurais été encore plus satisfait si j’avais vendu une œuvre au moins.
Je considère pourtant (probablement à tort) que l’exercice est superfétatoire. Seules les œuvres et ceux qui veulent bien y regarder comptent. Je suis dans une sorte de monde parallèle et jamais content de ce qui se passe en dehors 🙂

Bref, c’est l’occasion de publier les quelques articles de presse publiés et affiches des expositions faites.
C’est terrible de devoir s’occuper de toute cette paperasse ennuyeuse… sans compter que jusqu’à présent, en 45 ans d’existence, le bilan comptable est négatif 🙁
Oh, et puis je ne suis pas Orlan, je n’aime pas voir ma tête autrement captée en image que dans mes auto-portraits.
Bordenfioute.

Different.

octobre 12th, 2019

Ce qui me ferait tuer…
Les connards avec le bras gauche pendant à la fenêtre de la portière, signe d’une crétinerie crasse; les enculé(e)s avec la main gauche à midi sur le volant -probablement que la main droite gratte une demi paires de couilles ou un vieux clito.
Les possesseurs de véhicules utilitaires de couleur blanche, jamais nettoyés.
Les saloperies qui ne savent pas respecter une priorité, quand bien même le code de la route est le plus simple du monde (c’est d’ailleurs pour cela qu’il est, dit-on, “universel”, c’est bien le seul). Bordel qu’il faut être un putain d’enculé de connard de fils de pute pour ne pas être capable de le respecter, bordel de foutre.

C’est, démocratisation de la bagnole faite, le meilleur moyen de se rendre compte qu’il est aisé pour un demi intello qui s’y croit (un politique, donc) de conduire un troupeau de blaireaux tels que tous ceux-là qui se croient capables de maîtriser un engin motorisé à une vitesse au moins cent fois plus rapide que celle à laquelle leur corps gras et gros, pataud, dépourvu du moindre réflexe cérébral ne pourrait jamais les propulser.

Et il faut se soumettre aux règles qui s’appliquent à ceux-là, bordel. C’est triste. Et c’est très heureux que je n’ai pas de progéniture, je ne saurais pas comment leur expliquer qu’ils existent.

PS: et si tu rajoutes à tout ça le bruit (des échappements libres) et l’odeur (du diesel des faux pauvres)… je t’explique pas le bordel environnemental que tu te prends dans la gueule, dans les oreilles et dans les poumons.

Exposition “Naked pictures of a disintegrated world” @ Art Poncin 2019

octobre 6th, 2019

La prochaine exposition (vente bien sûr) d’une sélection d’œuvres des “Naked pictures of a disintegrated world” aura lieu lors de l’Art Poncin 2019 à Poncin dans l’Ain 🙂
Dates d’ouverture de la galerie comprenant les œuvres de 27 artistes de tous poils, dont F.H.P. Lornet:
Les vendredis, samedis, dimanches de 13 heures à 19 heures 18,19,20 octobre 2019, 25,26,27 octobre 2019, et 1,2,3 novembre 2019.

https://artsponcin.com/2019/06/27/arts-poncin-2019/

Camille Claudel

octobre 1st, 2019

Un excellent film à voir (muni des plugins anti pubs tels que U-block, au minimum):

https://vvw.illimitestreaming.net/2651-01-camille-claudel.html

entre autres liens, évidemment! Mouhahaha hadopipicaca!

Les pieds sur terre

octobre 1st, 2019

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/les-pieds-sur-terre-emission-du-mardi-01-octobre-2019

Excellente émission, même si je ne supporte pas la voix de sa présentatrice qui met des points et des virgules n’importe où et dont l’intonation verbale est déplacée (sauf quand elle vient de passer un bon moment, et vraiment, ça se sent lorsqu’on écoute chaque jour pendant plusieurs années).

 

La tête de zemmour sur une pique littéraire.

octobre 1st, 2019

Eric zemmour est un esprit malade dans un corps chétif, que les bienséants antisémites pourraient qualifier de petit juif crochu.
Bien sûr, il en a l’air. Pourtant, sa consistance est faite de haine pure. Haine dérivée de la peur de l’autre, la xénophobie de celui, différent de soi, qui renvoie par effet miroir toutes les problématiques psychologiques que l’être renferme.
Eric zemmour souffre atrocement; et notre société, si puritaine et pourtant aussi souffrante que lui, lui permet d’exprimer cette souffrance sans culpabilité devant le plus grand nombre à de viles et néfastes fins.
Notre société malade se gave de la pathologie des esprits faibles pour se rasséréner et se dire “à quoi bon?”.

Rays

septembre 29th, 2019

Exposition
« Naked pictures of a disintegrated world »

Création transitionnelle 2018/2019.

 

Il faut d’abord regarder l’image, se plonger dedans, et ensuite lire son titre, qui fait partie de l’œuvre.
C’est très important car c’est un livre.

A ce moment-là, révulsion ou contemplation font de vous, aussi, ce que vous êtes.

“La création artistique prend peu à peu la place des rêves ou les complète : elle est d’une importance vitale pour le bien-être de l’individu et par conséquent de l’humanité. ”
“Artists are people driven by the tension between the desire to communicate and the desire to hide.”

Donald Woods Winnicott.

 

Qu’est-ce que la photo, l’image, sinon un roman vu de l’intérieur, par son créateur?

Voici ce que je dis de moi, à travers mes appareils et ce que reflète la lumière. Les mots indispensables torturent les images et c’est bien comme cela qu’il faut faire.

Camille Claudel disait : « (…) c’est comme ça que je fais quand il m’arrive quelque chose de désagréable, je prends mon marteau et j’écrabouille un bonhomme. » alors qu’elle était déjà dans un état qui la mènerait aux tréfonds de la folie des hommes et de la famille, l’asile et l’enfermement.

Installation

septembre 25th, 2019

Un petit aperçu du travail qui a pris plus de deux heures à deux personnes pour installer l’exposition…

La journée avait bien commencée avec, en plein chargement des œuvres, la visite d’un sympathique contrôleur de la redevance audiovisuelle!
Bon, à la manière de Juan Branco, tu peux toujours y aller pour me chercher des poux dans la tête, je ne sais pas mentir (ça, c’est pas très bon, en fait ^^), et du même coup, quand c’est déclaratif, ben je ne fais pas comme balkany, chirac, pasqua, cahuzac, longuet, dsk, (j’arrête là, la liste est longue des verrues de l’humanité), je déclare tout bien (comme un con, diront les véreux)!
Incroyable non? Ben oui, j’ai eu comme grand-père un homme droit et qui de plus était inspecteur des impôts.
Bref, j’espère juste que la personne que je n’avais pas à faire rentrer chez moi était bien ce qu’elle prétendait être. Je le pense, j’ai beau être “malade”, je suis très loin d’être un idiot.
Et puis comme Juan Branco cité ci-dessous, je n’ai pas peur de la connerie humaine, elle me réconforte à la limite 🙂 [c’est pas vrai, hein, je nous vois crever si stupidement…]

“Un dernier mot sur l’adresse: elle a été laissée en conscience.

Vivre dans la peur, c’est commencer à leur ressembler. La lutte que nous menons est saine. Nous n’avons rien à craindre de personne, si ce n’est d’eux, qui savent déjà parfaitement où nous trouver.

Fin du sujet.”  in https://twitter.com/anatolium/status/1176557925738958848

Bref, une journée où chacun des ‘agent smith’ fait son boulot pour gagner sa maigre pitance, certains avec plus de bonheur que d’autres 😉

La photographie en tant qu’art

septembre 22nd, 2019

Patrick Talbot, « La photographie en tant qu’art », Le Portique [En ligne], 30 | 2013, document 4, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/leportique/2635

Vive l’histoire de l’art! … mais qu’est-ce que c’est chiant, non? 🙂

I am hopelessly not like you. All.

septembre 19th, 2019

Je suis sans commune mesure différent de vous tous / I am hopelessly not like you. All.

Comment vivez-vous, vous, les gens normaux?
J’ai essayé de vous ressembler, de faire comme si vos raisonnements et vos idées m’étaient partagées. Quelquefois, grâce à l’art, la musique, un écrit, une image, je pouvais partager un tout petit bout de moi avec le votre. Mais c’était si fugace; le reste de l’univers m’était différent.
Comment faites-vous pour avoir des enfants, un travail contentant, une petite vie bien réglée (sur béquilles évidemment, diriez-vous dans la confession)?
Ah, oui; vous n’avez pas peur, tout simplement. Sauf de l’Etranger, de l’Autre, de l’incommun.
Je ne peux décidément pas comprendre ce que Raymonde Hazan appelle un “QI”, un esprit à l’intelligence froide. J’en ai connu un, longtemps. Pas seulement matheux programmeux brillant, également aimant le jeu des mots. Mais absolument sans cœur. Les émotions n’existent tout simplement pas pour ces personnes. C’est froid. C’est un point commun avec les pervers narcissiques et les manipulateurs que de partager uniquement une hémisphère gauche. Il paraît que c’est là que siège la rationalité.
J’aimerais bien faire l’expérience d’enlever une hémisphère cérébrale à quelqu’un pour voir si l’autre est bien celle qu’on croit…   🙂

Je n’aime pas également le terme de HP, je parlerais de moi en tant que doté E, comme émotionnel.
Bien que je ne sois pas en extase extravertie devant les manifestations de la vie, d’une façon bête et béate, j’aime m’émerveiller sans chercher à calculer, par exemple les trajectoires des étoiles sur 100 millions d’années (ce qu’affectionnent particulièrement les QI).

Ni fils de multi-millionnaire comme le pseudo-philosophe guerrier juif, ni de diplomate voyageur comme Nothomb, ni de rien qui soit extraordinaire et qui fasse partie d’un pourcentage minime de la société, j’aime cet article.
Et cela contribue évidemment à dire que l’appartenance sociale n’y fait toujours et n’y fera jamais rien.

https://www.academia.edu/1490567/Le_soleil_noir_dAm%C3%A9lie_Nothomb_lecture_psychanalytique_de_Biographie_de_la_faim

Et maintenant que je parviens à être seul, je me rends bien compte des erreurs que j’ai commises une vie durant, en m’entourant de ceux (ce) qu’il y avait là, et pas de ce que j’avais moi.

http://icpla.edu/wp-content/uploads/2012/10/Winnicott-D.-The-Capacity-to-be-Alone.pdf

Heurt de la mort

septembre 16th, 2019

Petit tigré libre a rendu son dernier souffle il y a quelques minutes. Déjà les mouches vertes s’affairent autour des yeux et de la gueule. C’est pas la Syrie, non. C’est pas ces terres, jamais si loin, qui empestent la mort, la pourriture des corps, gueules et bouches ouvertes dans une ultime tentative de respirer l’air vicié; yeux sans expression d’aucune vie, corps boursoufflés d’eau de la noyade…
Mais c’est kif.
Alors aux vivants qui puent la merde de leurs propos et de ce qu’ils pensent être des idées, aux religieux guerriers, aux politichiens haineux, aux faux philosophes français, à toute cette lie de la bêtise, je veux bien creuser un trou et répandre la chaux vive.

Hier, sentant la fin proche, il était venu sans crainte comme le font ceux-là, se faire caresser la tête, accepter une seringue d’eau, et encore, mais non… même les sardines odorantes n’avaient qu’occasionné une simple bouchée réflexe. Déjà les nécrophores voletaient.
La mort a une odeur puante, un son sifflant et râleux, un regard qu’on n’oublie pas, une démarche chaotique qui signifie la fin.
Je la souhaite à ceux qui ne savent que détruire le vivant sans même une contrepartie, à ceux qui jouissent de la souffrance des autres; ce sera leur lot.

Xmas guts

septembre 15th, 2019

Un drôle de la section 8 a envoyé à quelques personnalités féminines et masculines encore vivantes (*grammaire d’avant), ainsi qu’aux héritiers et foutrasses encore vivants(re *grammaire d’avant) de celles mortes, une photo tirée d’un film goûtu accompagnée d’un mot gentil: “les dames d’abord”.
La sorcière belloubet avait été tirée (haha… pour une fois!) de son sommeil cadavérique pour être définitivement fendue en deux grâce à cet objet diabolique.

Il s’agit d’un étui pénien en métal de belle longueur agrémenté d’un coutelas fort aiguisé et pointu, destiné à intromettre les parties molles et creuses de l’anatomie des méritants.

Non content de son effet, ce drôle et son équipe se sont fendu d’un passage à l’acte sur-le-champ, allant jusqu’à déterrer les cadavres de certaines précédemment occiZes.

La purge allait bon train face aux exactions de ceux qui se considéraient comme dominants.

Où se retrouve la faune intestinale?

septembre 10th, 2019

Le coca à 14 francs, le café à 7… ça vaut lAAAaaargement un petit larcin 😉

La peur comme outil politique

septembre 10th, 2019

La peur comme moyen d’action est toujours préférée par ceux qui se pensent dominants et qui sont en réalité très conscients de leur extrême faiblesse.
Les dirigeants politiques, les parents, les patrons, les banquiers, jusqu’au petit gratte-papier en charge de dossiers sociaux, tous ceux qui ont un ascendant sur d’autres.

Ils pourraient choisir la bienveillance, l’éducation, la pédagogie, tout en respectant les règles qui s’appliquent à tous, mais non! ils se savent tellement faibles qu’ils préfèrent infliger la peur; c’est tellement plus jouissif de voir une chose vivante terrorisée. Demandez donc aux spécialistes qu’on appelle “terroristes”.

On peut donc ainsi qualifier de terroristes non pas seulement quelques individus se rendant coupables de meurtres atroces mais bien une organisation systémique des états dits démocratiques dans lesquels nous vivons tous actuellement, dans la société dite occidentale. Et c’est bien sûr plutôt aux présidents et aux ministres qu’il faut s’attaquer directement puisque, sous leurs ordres, tous ceux qui mettent en place des systèmes terrorisants n’en sont pas à l’origine.

Un exemple assez criant de ce terrorisme d’état est la publication de corps morts et d’images médicales peu ragoûtantes sur les paquets de cigarettes, jamais occultés aux regards des enfants, que ce soit chez le buraliste ou lors de réunions familiales pendant lesquelles les paquets désobligeants sont laissés à la vue de tous.

Les tumeurs cancéreuses ne peuvent être directement liées à l’usage du tabac ou de l’alcool ou de la charcuterie ou de je ne sais quoi encore.
Je serais plutôt enclin à penser que monsanto, les pesticides et insecticides (les abeilles et tant d’autres ne vous disent pas merci – mais OSEF un insecte ça cause pas, hein? nicolas hulot), la malbouffe industrielle dégueulasse et ultra transformée que si c’était toi qui la fabriquais t’en mangerais jamais, la pollution atmosphérique ultra nocive (bien plus que la combustion du tabac) voulue par les riches pour faire plus de fric (hop! plutôt des milliards de camions diesel que des trains, merci pour nous et nos actionnaires) et l’hubris inconsciente des quelques débiles à qui est laissé démocratiquement -lol- le pouvoir de choisir et de décider pour la multitude sont à l’origine des fléaux que l’humanité s’inflige à elle-même.

Voici deux photos bien réalistes dont les buts sont pourtant très différents:
– l’une est une image terroriste appliquée sur un paquet de tabac pour dissuader d’en fumer, elle montre une tumeur de la langue, sans aucune précision scientifique concernant l’âge de la personne, son hygiène de vie, s’il fumait ou non, s’il avait une maladie génétique ou pas, etc.
Il faut croire l’état français, son bon président et son ministre de la santé (en plus c’est une femme le plus souvent de nos jours, nantie de l’auréole obligée de la mère bienveillante): cette photo est celle d’une tumeur de la langue DUE au tabagisme. C’est comme avec cahuzac, balkany, sarkozy, hollande, macron, chirac giscard, pasqua, longuet, strauss-khan, etc, etc, il suffit de croire ceux qui, les yeux dans les yeux vous disent un truc, forcément vrai de vrai. Et puis, c’est vu et entendu à la télé, chez les non-menteurs qu’on appelle encore “journalistes”, payés par les milliardaires, ces bienfaiteurs de l’humanité dont ne dit-on pas qu’ils sont forcément “philanthropes”.
Je sens que vous y croyez moyennement, n’est-ce pas?

-l’autre est simplement un “leak” (une fuite) d’une image médicale capturée sur bestgore et montrant l’atrocité d’une tumeur vaginale. Il n’y a pas plus de contexte, le texte accompagnant la photo étant d’un vide complet.
J’ai choisi bestgore parce que je sais que les idiots vont se précipiter, tels les anti antisémites, sur ce genre de référence.

Je vais vous mettre une autre référence, de chez youtube (yen a des milliards hein) un bon et gentil outil appartenant à google, bienfaiteur de l’humanité également:

Bon visionnage les copines 😉

PS: pour ma part, je trouve que ces images (je fais la collection des paquets de clopes, comme si c’était des panini 😉 ) et ces vidéos sont d’une extrême utilité et participent de la Connaissance.
Pour tout un tas d’autres personnes, c’est soit pervers, soit horrible, soit je ne sais quoi encore. J’espère que ces gens-là n’ont pas d’amis chirurgiens ou médecins ou même vétérinaires. Ces braves petites gens, si sûres d’elles-mêmes dans la vie quotidienne, se trouvent donc toutes penaudes devant la réalité de ce qu’est la vie, le sang, les maladies, la chirurgie et au final, la mort.

Faites de beaux cauchemars! 🙂

Cat life

septembre 4th, 2019

Tiens, j’étais en train de regarder -https://www6.123movies.st/watch/cat-skin.mv2px/n39qv1l et la scène de masturbation sous la douche est terrible.
Dans son contexte évidemment. Rien n’est signifiant sans un contexte.

Je me disais que la meilleure photo de ce samedi dernier n’était pas les 300 ou 400 shoots dont seuls quelques-uns sont exploitables.

C’est celle-là, volée et non autorisée. Et donc, je ne la montrerai pas.

Noir miroir (épisode final saison 1)

septembre 2nd, 2019

Y a-t-il une sorte de conscience collective et citoyenne qui aurait permis une telle avancée, dépassant de loin toute télépathie, et occasionnant la neutralisation effective et continuelle de ceux qui, nonchalamment, prennent des bains de foule (ou de gens, comme dirait le gentil révolutionnaire plus jeune sénateur) comme on se vautre dans la fange?

On ne sait pas.

Était-il devenu inéluctable que ceux qui avaient durant des millénaires accaparé à toute force l’énergie vitale des masses soient dorénavant remis scrupuleusement à leur place d’individus mortels, eux qui se prenaient pour des dieux?
La possibilité devenait maintenant mondiale et si elle n’était pas dirigée et fabriquée par les masses elles-même, alors les forces naturelles s’en chargeraient tout aussi inéluctablement.

Il y aurait des sursauts avec l’enterrement des populations et le retour à des systèmes antiques et désuets comme des parlements. Des lieux où l’on ne parle pas. L’inversion des mots, leur univocité, le vide provoqué dans les esprits revenait à conférer aux animaux bipèdes une voracité bienveillante.

La domination de la Maladie, comme on l’appelait sans trop savoir ce qu’elle recouvrait, donnait naissance à une terreur totale et hélas inéluctable.
Bientôt, d’autres prépondérants en feraient également l’expérience…

Interlude 2: le gueux devenu rupin, portrait d’un parfait connard (vidéo)

août 31st, 2019

http://www.leparisien.fr/video/corse-le-rappeur-gims-et-cinq-autres-personnes-abandonnent-un-bateau-en-feu-26-08-2019-8139432.php

Bon, la pollution, OSEF, mais les “montres de luxe” à 30 000 euros, hein…
Ya encore des neurones pour compter les billets, comme dirait dieudo…

Interlude – le passe-temps du milliardaire: tuer du gueux en s’éclatant

août 31st, 2019

https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/hugues-mulliez-petit-neveu-gerard-mulliez-ete-inculpe-homicide-apres-accident-nautique-mortel-grece-1714025.html

Mais c’est qu’on va te rendre la pareille, mais si. De façon plus élaborée, évidemment; tu n’y comprendras rien, avec tes deux neurones.

Section T (épisode 9)

août 29th, 2019

C’est avec la section T que la Table en était venue à se faire connaître et reconnaître. Il fallait mettre un peu d’eau dans la lie que buvaient les citoyens depuis quelques mois.
Mais cela n’arriverait que bien plus tard, tant l’habitude est aussi une consolation.

La section T regroupait ceux des bleuets qui n’avaient que la partie concernée par la violence qui fonctionnait encore dans leur cerveau. Curieusement, les méthodes d’apprentissage de la police avaient réussi à leur octroyer également un soupçon de tactique et de planification.
Hélas pour leur grand chef, cela allait vilainement se retourner contre lui.

A force de castagner des plus faibles, non armés et finalement bien peu violents, sauf avec quelques vitrines, ces bleuets s’étaient mis en tête de faire du galon auprès des jaunes en établissant un acte mémorable.
De la même façon que le commando trogneux avait agi, mais avec plus de moyens, ils s’étaient emparé du premier flic sans trop l’abîmer. Sans savoir que c’étaient eux, leurs collègues robotisés admiraient sous cape ce fait d’arme encore jamais vu dans une démocrature moderne.
Il faut dire que les “malfrats”, comme ils se faisaient appeler, disposaient du même matériel que leurs homologues sis du “bon côté” de la barrière (il y avait déjà pourtant beaucoup plus d’une barrière à cet instant).

Toute la hiérarchie avait déjà été contaminée et le seul endroit où, hors période estivale populaire, personne ne viendrait perturber leur plan était le fameux fort de brégante.
Tous les accès montraient une apparente normalité, sécurisés et répondant “vert”, comme si tout allait bon train, à chaque sollicitation, même élaborée.
De fait, personne hors des réseaux de la Table et de la section T ne pouvait se douter ce qui se tramait derrière les murs et les télécommunications hautement technologiques du fort. De l’extérieur tout était absolument normal.

Et pourtant, Drussac l’avait démontré, c’est bien en ce lieu que castaner s’était fait neutraliser.
Il était arrivé presque étouffé dans un volumineux colis, par hélicoptère, destiné initialement aux réparations d’une piscine dont la commanditaire n’avait plus l’usage. Pour une fois, il n’y avait eu aucune fuite malgré, et cependant grâce à, la tentaculaire organisation des citoyens.
Un coup de bol, ça arrive.

Une fois séquestré, son sort était scellé. La mise en scène était assez simple: prouver que les armes non léthales pouvaient bel et bien tuer, surtout quand il n’y a plus d’hôpitaux à disposition.
Quel dommage que la buzin se soit déjà faite zigouillée, se disaient ceux de la section T.
Mais voilà, chacun mérite la part de sa partie, et eux, c’était des bleus, ils n’avaient droit qu’à l’emballeur de boîte de nuit.

Avec une science très éloignée de l’art du shibari, le cuistre avait été saucissonné façon momie avec un épais scotch toilé de qualité militaire. cependant que quelques interstices étaient laissés découverts entre les bandelettes collantes, on y avait disposé entre les jambes quelques grenades au TNT (non létales) qui exploseraient chacune à quelques heures d’intervalle.

Immobile sur un tabouret, la tête maintenue dans un filet par un crochet au plafond afin afin d’éviter toute esquive, une couronne de LBD 40 (d’autres armes non létales) faisaient cercle et donnait un air jupitérien.

De la même façon, le déclenchement des coups serait progressif. Une petite subtilité: plusieurs LBD étaient dirigés vers les yeux, ainsi, après une première blessure, d’autres suivraient au même endroit. C’était une sorte d’expérimentation sur la résistance des corps aux coups “légaux et non létaux”.

Évidemment, les explosions finales des grenades situées entre les cuisses, sectionnant les artères fémorales, porteraient le coup fatal.

La scène ayant duré plusieurs jours, un monteur vidéo avait été dispatché pour faire en sorte que les coups soient vu au ralenti (on travaillerait également les couleurs afin d’accentuer l’aspect dramatique de l’action) alors que le reste de la décrépitude serait plus ou moins accélérée. Tout cela dans un but de lisibilité évidente, l’internaute ne consacrant que peu de temps à ces gâteries.

La vidéo serait bien sûr également disponible dans sa version brute… si l’on ose dire.

L’intelligence, en ce début de l’ère polluée, avait montré ses limites. La corrélation effective entre elle et le bien-être économique n’avait pas tenu compte du facteur V (la dynamique Vivant).
Du moins, ceux qui étaient les véritables sages n’avaient jamais été écouté, au profit de pseudo élites qui tiraient toutes les ficelles et manipulaient les masses avec une déconcertante facilité.

La sagrada semana (épisode 8)

août 29th, 2019

Deux jours annoncés hors canicule. Des esprits bien frais pour disposer des moches, c’était là le but de cette sagrada semana: la neutralisation populaire des très très vilains de faces.
Cette année encore des ministres à la tête sortie de contes à sorcières, belloubet et pénicaud. Mais également un frustré de première, sans qu’il soit besoin de s’étendre sur le pourquoi, ouelbek.
A-t-on jamais vu de pareils rupins dans de si vilains contes? Leur fin est tragique, se déroule dans des chiottes, et non contée.
Et ça a fait très mal à macron, parce qu’il aime les vieilles dames. Couic.

 

Exposition

août 27th, 2019

La durée a été raccourcie 🙁 … mais c’est pendant un week-end 🙂
Bien sûr les œuvres sont disponibles à la vente.
Des tirages limités à deux exemplaires par image, encres pigmentaires UltraChrome sur papier Lana pur coton contrecollé sur dibond et prêts à la suspension.

Exposition “Naked pictures of a disintegrated world”, photographies et images de F.H.P. Lornet à Saint-Gengoux-le-National.
Musée du patrimoine, Square Lamartine.
Du jeudi 26 au dimanche 29 septembre 2019, de 14h à 18h.
Vernissage le jeudi 26 à 18h.

Interlude – pervers et dotés

août 25th, 2019

Il va falloir que j’en parle avec ma thérapeute, mais j’ai l’impression que je ne peux fuir ce que je suis en réalité, réalité bien cachée et refoulée pour correspondre à ce monde de gens si normalement tristes et prévisibles.
Mais bon, je ne vais pas me risquer à trop en dévoiler, je ne suis pas aussi crétin qu’un yan moix qui n’en peut plus de sa toute-puissance de pervers si bien qu’il l’étale maintenant en public. Ça risque de finir en suicide (en fait non puisque ce genre de malade ne se rend jamais compte de son état), et c’est tout le bien que je lui souhaite en pensant à ses victimes, dont sa famille et en particulier son frère. Quant à ceux qui admirent ce genre d’individus, je les laisse à leur médiocrité intellectuelle crasse.
Mais bref, j’aime à regarder des vidéos quotidiennement par dizaine et à lire des articles (un peu moins, c’est plus ardu sur cairn.info) à propos de ces sujets très importants pour moi. Voici donc deux vidéos qui vous mèneront de clics en liens à d’autres:
Une de Raymonde Hazan, psychanalyste un peu excentrique ( 🙂 ) sur les surdoués et les pervers (elle mélange pas mal les genres des adjectifs et/ou les mots, mais c’est parce que la pensée va plus vite que la parole)


Et une autre d’une psy qui parle trop vite pour les normaux 😉

Une solution transitionnelle (épisode 7)

août 21st, 2019

La peur commençait, timide, à poindre dans les esprits des individus dits de classe supérieure.
On remplaçait bien ceux qui étaient tombés “au champs d’honneur” (selon la terminologie désuète utilisée par les profiteurs) par des copies encore plus viles, mais les candidats se faisaient de plus en plus rares.
Le temps des rabrouages* publics concernant les dégradations des permanences de ceux qui avaient usurpé la représentation populaire et qui se vantaient d’être députés tout en miaulant que la paye n’était pas à la hauteur semblait fini.
Chacun des actes considérés comme terroristes par le pouvoir en place semblait de moins en moins intéresser une population qui n’en pouvait plus de trimer tout le jour durant (pour les plus chanceux) afin que les maîtres puissent se gaver, se plaindre et au final, leur taper dessus sans vergogne.

Ainsi, on retrouva le ministre philippe empalé le long d’un chemin vicinal. Les yeux avaient été picorés par quelques corbeaux dont la pitance se faisait rare en raison de l’utilisation massive et inconsidérée de pesticides dans les cultures des campagnes, de la sécheresse et du génocide des chasseurs à l’encontre de leur espèce.

*(sic et tagl)

Jouissance (épisode 6)

août 21st, 2019

Une décision éthérée fut prise sans que personne ne la décide. Il fallait aller plus vite et éliminer rapidement un grand nombre de nuisants notoires qui sévissaient dans la propagande des médias.
D’abord les vieux, les piliers sur lesquels s’appuyait les plus jeunes encore plus idiots que leurs mentors: BHL, Onfray, Attali. Zemour serait séché sur pieds mais à l’envers, si l’on ose dire, à la gauloise, mais sans être tué auparavant.
Le but avoué de cet exercice était qu’il se chie dessus et finisse par désirer pouvoir manger ses excréments dans une hypothétique tentative de survie. Inutile, bien sûr.
Le corps a été retrouvé trois ans plus tard, pendu par les pieds d’un câble en acier et laissé ainsi dans une cave oubliée et scellée d’un fort à l’abandon. Lui qui aimait tant le ressort de la guerre…
Lorsque les résultats dentaires prouvèrent qu’il s’agissait bien du cuistre, sans bruit, une clameur montât dans les esprits.

Interlude 2

août 18th, 2019

https://www.franceculture.fr/dessin/trois-nouveaux-dessins-du-petit-prince-decouverts-en-suisse

Interlude

août 17th, 2019

Comment ça marche une campagne de beaufs en hexagonie avec les sous des citoyens?
Ben par exemple, comme ça, pour des messages téléphoniques aux gueux crétins: https://wikileaks.org/macron-emails/emailid/71821
Et ça a marché, n’est-ce pas?

La fifille (épisode 5)

août 16th, 2019

Finalement, ça n’a pas tardé. Sous la pression de bien des “amis” et par l’entregent de Mimi Marchand – certains l’appelaient “du Sentier”, la fille trogneux s’est décidé à faire contre mauvaise fortune bon cœur. Elle épouserait en fake noces le mari de sa défunte mère.
On installe quelques figurants et des dizaines de planches peintes pour faire illusion. Un périmètre ultra-sécurisé est établi.
Tout est beau à la tévé des papys dont macron, 40 ans, est la tête de gondole.

On se marre bien chez la section 8.

Au moment même de la bénédiction factice, la bonne mère juive buzin se faisait zigouiller par une équipe d’urgentistes en grève un peu rouillés du bistouri. L’opération de finitude totale avait duré quelques heures avec comme simple anesthésie une trépanation à vif pariétale (pour qu’elle la boucle), histoire de lui rappeler les pratiques ancestrales. Puis le cours de vivisection avait été un succès.
Un maître et une maîtresse de cérémonie énonçaient les noms de ceux qui étaient passés de vie à trépas par négligence et déni dans les hôpitaux publics depuis que la rentabilité au service des pharmaciens suisses était la seule “feuille de route”, comme il était de bon ton de dire chez ceux qui ne se soucient des autres que par vénalité.

L’atmosphère commençait à sentir mauvais.
Les journalistes épargnés par les meurtres ciblés se demandaient quelle était la raison de telles actions et surtout qui était derrière “tout ça”.
On parlait bien d’une section 8, mais ce n’était qu’un mot. On aurait dit que dieu lui-même était à l’œuvre, omniscient et omnipotent, enfin allié avec le diable.

La dotance – interlude

août 14th, 2019

Bon, moi, je dis dotance plutôt que n’importe quel autre mot parce que ça correspond à gifted, en anglais, et que tous les autres machins, ben c’est de la merde.
Mais, les gens ne sachant pas créer de mots, je les leur fournis 🙂
Et puis douance ou dotance, hein, même racine pour ceux qui s’y entendent en linguistique. Et surtout ça rime avec souffrance pour ceux qui n’ont pas un cerveau symétrique.

Rapide, concis et bien fichu:

Pour les quelques secondes de neurosciences et d’imagerie, ainsi que d’explications succinctes:

Féminisme ou le sauna vaginal (épisode 4)

août 13th, 2019

Extrait de retranscription section 8.

– hey, une mise en scène schiappa ben alla, non?
– pas mal. Ils le méritent bien.

– on laisse tranquille les gosses, ils n’y sont pour rien. Mais finalement, deux cons comme ça, leur absence les aidera.
– mouais…

– mieux vaut les liquider que d’élaborer une stratégie grasse.
– ça, c’est sûr.

– bon, c’est fait.
– et l’autre guignol qui sait plus où pisser, alors? Ça commence à faire un moment qu’il échappe à son sort, non?

– j’ai bien une idée… le truc, tu vois, c’est qu’on en a encore pas mal à liquider avant…

interlude 2

août 9th, 2019

Et vous continuez de bosser comme des gros cons pour queudale, de payer vos impôts et de voter?

Mouhaha!

“L’attentat a été attribué à un groupe palestinien dissident de l’OLP, le Fatah-Conseil révolutionnaire. C’est avec des représentants de ce groupe que les renseignements français ont passé un accord peu après l’attentat, selon Yves Bonnet. Le pacte prévoyait que les membres du groupe terroriste soient autorisés à venir en France sans risque d’être poursuivis s’ils s’engageaient à ne plus commettre d’attentat sur le sol français. ”

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attentat-de-la-rue-des-rosiers-l-ancien-patron-du-renseignement-francais-avait-negocie-un-accord-avec-les-terroristes_3570721.html

Le Français (faut-il vraiment y mettre une majuscule?) aime se faire défoncer l’anus pendant l’éternité (parce que ça fait mal et que le franssé est un maso), c’est un Sisyphe de l’enculage, hein? macron trogneux? Tu le sais bien, on te l’a appris, ça, hein?

Bon chien à sa mémère!

Interlude

août 9th, 2019

https://www.cairn.info/revue-l-annee-psychanalytique-internationale-2010-1-page-169.htm

Serial rigolade (épisode 3)

août 8th, 2019

Drussac laissait faire; de toute façon, il ne décidait de rien. C’est comme ça qu’on fait carrière, en laissant faire “ceux qui savent mieux”.
Évidemment, on prend sa dose de pâtissage.
C’était marrant de voir le procureur faire ses mouvements de tête un peu pédale en même temps qu’on le voyait jubiler devant les caméras à chaque intervention médiatique. A chaque fois pour ne rien dire qui n’était déjà su.
Toute précaution d’usage. Toc! Toc! Toc! et puis fermez le rideau.

Au commissariat, ça gravelait sévère.
Après une année au pain sec, éreintés, les couillons en armures se sentaient d’humeur joyeuse que ce soit la vieille au Président qui soit tombée la première.
Certains n’y allaient pas de main morte, sans jeu de mots: “Tu vois bien qu’on peut encore saigner de l’entre-jambe même après la ménopause!” faisant référence à la photo qui circulait maintenant un peu partout.
Les bleubites n’osaient dire mot, le salaire n’étant pas gros et l’avenir carrément incertain, la plupart de leurs ex copains étant au chômage. “Ex” parce qu’ils étaient tous devenus tricards d’avoir oser porter un uniforme qui ne faisait que rappeler les morts des cités et les matraques dans le cul.
Finalement, être pédé était moins invalidant que de devenir flic, se disaient-ils.
“Au moins, c’est de la vraie bidoche”.

Interlude

août 5th, 2019

That’s a special one made specially for donald trump as… well, I was about to say “as he speaks words about mass murders in the us and internet”, but actually for any words he can say.

Just shut the fuck up, donnie.

D’œil (épisode 2)

août 4th, 2019

Macron se demande comment il va bien pouvoir faire sans ces grandes lèvres format raisin dans lesquelles il enfonçait son visage jusqu’aux joues…
Pas d’enfants. Y aurait bien la fille, c’est pas comme s’il ne connaissait pas le chemin.
Fini.

Il s’est échappé dans un salon en interdisant quiconque de venir le déranger. Pas le moment quand la folie revient au galop.

Mais il s’est engagé auprès des rupins que servaient sa femme. Il va falloir y aller de nouveau. Pas le choix.

Les cabinets se sont chargés d’organiser des funérailles nationales, bien sûr sur le dos des GC*. Les ministères ont pris sur eux de charger les ultras de tous poils, jusqu’au vatican, daesh même. Israël n’a pas encore fait savoir son avis.
Il va falloir faire le tri.

Pour le moment, la presse des chiens et des milliardaires ne moufte pas; on se contente des larmoiements habituels et d’une grandiloquence de posture. Aucun ordre venu d’en haut, faire profil bas.
Même la date des funérailles n’est pas communiquée. Inhabituel.

Sur les lieux du crime, aucune caméra n’a rien enregistré.

Drussac se charge de l’enquête, mais il sent bien que rien ne va se passer comme il le faudrait. Plus de fric, des recrues à l’ouest, du matos usé jusqu’à la corde, des bagnoles plus vieilles que les recrues, elles-mêmes plus très fraîches.
Prendre sur soi. C’est ce qu’il se dit. Ça peut être le début d’une carrière.

Sur place, effarement général.
Peu de vidéos (géo)locales, rien sur les réseaux sociaux à part quelques-uns qui se marrent, tout est resté sous les radars.
Des capos se demandent si le manque de moyens criant ne serait pas à l’origine d’un tel défaut d’informations. Ils blaguent sur les collègues qui se retrouvent avec un cancer des couilles à cause des imsi-catchers…

* gentils contribuables ou gueux couillons.

Interlude

août 2nd, 2019

“Dans les treize portfolios que nous avons réunis, la complexité et la variété du désir sont à l’œuvre, à travers les sujets abordés mais aussi dans les manières de photographier. Nos obsessions et celles des photographes sont les mêmes. Désir de rencontrer l’autre et de découvrir les corps ; désir de braver les interdits, d’être libre et sans tabous ; désir inassouvissable de retrouver l’être cher disparu ou de remonter le temps ; désir de vivre autrement et d’être soi-même, désir de nature, d’horizon et de lumière…”

http://www.purpose.fr/purpose10-fr.html

La première mort (épisode 1)

août 1st, 2019

18 octobre 2019, France.

Un vendredi. Pas un samedi.
Alors que les gilets jaunes semblent éteints, que le pouvoir policier mis en place par les banquiers et autres actionnaires capitalistes semble avoir eu le dessus.

Trogneux sort de son trou, accompagnée par ses gardes du corps et une puissante armée de fonctionnaires mitrailleurs adventices, dans une berline blindée.

L’heure est dite.

15 personnes. 5 à l’action, 10 en renfort. Une poignée ou deux de clous tripodes. La voiture est immobilisée. Celle de devant est shootée d’un seul coup de gun antichar. Restent deux à l’arrière, ils seront finis de façon barbare, rapport à leur volonté de sauver ce qui ne peut l’être.

La voiture est seule, chauffeur, Trogneux, un garde.
12 secondes. 3 grenades offensives. On pense à ceux qui ont perdu leur main.

La voiture saute sur ses amortisseurs. Le petit personnel est choqué. La femelle s’est chié dessus.

On passe par le toit, à la disqueuse diamant et à l’écarteur hydraulique, faut bien ça pour une vioque.

Les deux guignols sont liquidés presto, au gros calibre.

On sort la marionnette en prenant soin de la faire glisser sur la tôle écorcheuse. A moitié vive, deux coups de surin à l’intérieur des cuisses, ça pisse.
On prend soin de laisser le tout dans une posture qui fera bon effet sur le polaroïd pris à dessein.

47 secondes. Tout le monde dégage.

Concert

juillet 30th, 2019

Quelques clichés développés du concert de samedi dernier. Un excellent concert, une très belle voix et une musique qui va bien (perfectible, mais qui va vraiment très bien). Une super soirée au Strong Street Pub, importé directement d’Australie jusqu’au cœur du désert brionnais ^^ hihi.

Sinon, je viens de pousser une gueulante à l’aveugle contre deux hystériques qui s’amusent à “faire le spectacle” vocal dans le voisinage.
Ça commence sérieusement à me gonfler le manque d’éducation d’autrui. Une fête ou deux, passent encore, mais le connard de Poméranie qui gueule à qui mieux-mieux accompagné de ses deux connasses hystéro-crétines, tout autant que le jeune branleur qui trafique des bagnoles, et n’a pas d’assurance valide pour sa poubelle, et fait la fête plusieurs jours durant et spécifiquement de minuit à six heures du matin, le tout dans un périmètre bien trop proche et en période de canicule supposant évidemment que tout le monde a ses fenêtres ouvertes la nuit…
Franchement, vu la réaction des pouvoirs publics, on comprend que certains en viennent à des solutions radicales.
Comme le dit Alévêque, le bruit est une torture pour 70% des gens, les 30 autres % sont sourds!

Les cons, les TRES GROS CONS (yen a plein en rase campagne, mais alors… PLEIN! -au moins autant que dans les capitales ^^) sont source d’inspiration!
OUF! 😉

 

L’accent

juillet 28th, 2019

Non, on ne parlera pas de l’accent anglais de merde de macron le gérontophile, le guignol dont il usurpe le nom tel un BHL ou n’importe quel autre crétin médiatique souffrant du vide sidéral de sa pensée au point de faire croire qu’il en a une, non.
On parlera de ce que signifie la domination dans l’humanité.
La domination politique est celle de personnes qui ne peuvent se défaire d’une réalité qu’elles croient réelle.
Il en va de même pour celle que l’on inflige aux plus faibles, les enfants.
La population, communément appelée le “peuple” est tels ces enfants avec lesquels on joue jusqu’à ce que je jouet soit brisé. Peu importe, il y en a encore… plein!

C’est dégueulasse. Mais ce jeu-là perdure depuis que, disons, l’animal parle.

PS: contre la crasse de l’humanité, contre sa structure institutionnalisée dans le vecteur de venin que sont les médias de masse…

 

Chomsky for non english speaking people (like 99% of the frenchies)

juillet 27th, 2019

https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/une-heure-avec-noam-chomsky-5620

Pleurer.

juillet 26th, 2019

Il n’y a qu’une seule communauté, c’est celle du vivant. Que toutes les autres, divisantes, soient détruites.

De nos jours, avec l’incroyable changement, finalement dévoyé, qu’a apporté internet, chacun peut s’exprimer dans son narcissisme le plus pervers.
Le progrès technologique de l’écrit, au sens élargi à la vidéo, permet à la fois de témoigner et de falsifier. Cependant, la falsification en est encore à ses balbutiements et la véracité des films suivants est éloquente quant à ce qu’on appelle la nature humaine.
Ces vidéos montrent la cruauté de femmes envers des enfants. Les hommes ne sont pas en reste, ne vous inquiétez pas, et probablement que des mi-couilles mi-vagins seront prochainement tout aussi bien représentés, puisque chacun pourra bientôt prétendre à AVOIR une bestiole domestique, autrement appelée “enfant”, sans même avoir à se soucier de ce qu’est l’humanité et l’acte procréatif, ce qu’il implique en matière d’éducation.
Bon, c’est une manière comme une autre pour les puissants enculés de continuer à exploiter la masse des plus faibles, tel un mâle dominant dans une horde d’animaux. Après tout, l’Humanité fait partie du règne animal, pourquoi ne pas sophistiquer un peu la façon de faire, n’est-ce pas?

Alors voilà ce qu’on pourrait visionner spécialement le jour de la fête des mères (on peut aussi le faire le jour de la fête des pères, n’est-ce pas, il suffit de changer un terme dans le moteur de recherche).

Ces liens sont désactivés (ce n’est pas mon habitude, mais bon) parce qu’ils nécessitent un “+18”.
Est-ce que ce sont ces liens, ces vidéos atroces ou bien ce qu’elles montrent qui obligent ceux qui ont éventuellement subit de telles tortures à attendre la prescription des faits pour pouvoir s’en rendre compte?
Une volonté de sélection peut-être? certains s’en tireront, d’autres souffriront à tout jamais…
La question ne semble pas vraiment réglée malgré le bonheur de la philosophie et la jouissance que ceux qui ont échappé à ces traitements odieux se permettent.
Bien sûr, ils aident, mais aussi louable que ce genre d’acte puisse être, une certaine fatalité s’abat sur le monde et l’humanité qu’il abrite.

-https://www.bestgore.com/torture/abusive-mother-film-self-beat-child/

-https://www.bestgore.com/torture/argentina-woman-beat-daughter-pick-up-hair/

-https://www.bestgore.com/torture/woman-caught-cctv-brutal-beat-torture-sexual-abuse-children/

-https://www.bestgore.com/torture/woman-uganda-video-brutal-beating-child/

 

Les niants.

juillet 23rd, 2019

Alors alors… hadopi qui sert à rien…
Alors j’ai regardé plusieurs films là, hein.
Bon, la catégorie ‘inceste’ est pas hyper glamour, mais curieusement ça m’intéresse beaucoup.
Donc:
Carne
Le souffle au cœur (Louis Malle, et tiens! c’est à Dijon que la scène prend place…)
Precious
Le ruban blanc
etc.
Vous en trouverez une liste assez bien faite ici: https://www.vodkaster.com/listes-de-films/sujets-tabous-cinema-l-inceste/1157324

Et bien sûr que tous ces films sont regardables sur le net gratuitement, n’est-ce pas? Il suffit d’avoir un peu de perspicacité, de s’équiper contre les saloperies publicitaires des amis milliardaires des puissants enculés, comme dit dans un post précédent, et tout roule! 🙂
Que faire d’autre que de s’instruire quand le climat est devenu une justification légitime pour dormir à la cave? (et que le voisinage, en tout cas dans mon patelin de crétins, est devenu absolument -je pèse mes mots- insupportable?)

Tu vois, S., qu’ils n’ont pas cassé notre jouet. Ils aimeraient le faire croire, mais toi plus que n’importe qui d’autre qui jouait du proxy il y a déjà plus de 20 ans, le sait très bien.

Bonus!

Miroir aux scorpions

juillet 20th, 2019

Technique de préservation ultime en cas de débordement intime.
Pour le reste on va faire plus soft, mais tout aussi efficace.

La danse de la colère

juillet 19th, 2019

J’ai regardé un très bon film; et un film français qui plus est. Ça ne court pas les rues.

NB: munissez-vous au minimum d’un U-block Origin, d’un WebRTC, d’un HTTPS everywhere en guise de plugin pour votre Firefox, hein… sinon, c’est le grand capital qui arrive sur votre bécane sans crier gare ^^

Comme je suis bien navré que la licence globale soit prohibée en hexagonie des connards! :’) Du coup, ben ils peuvent tous se brosser, quoi… (ah oui, sauf les 40 guignols qui se partagent 4 millions aux frais du contribuable crétin, c’est vrai…).

En avance.

juillet 18th, 2019

Comme en toutes matières, l’esprit anglo-saxon (pas celui des connards, qu’ils soient juifs (ou de n’importe quelle religion), américains (ou de n’importe quelle nationalité) ou que sais-je encore) est largement en avance sur le reste de la planète.
C’est une grande chance que je comprenne, parle et écrive la langue de ceux qui surpassent tous les autres (même dans la connerie).

https://thequeenandking.blogspot.com/

(probablement une forte similitude avec ce que j’ai enduré pendant toute ma vie)

En retard, bien malgré moi, je n’entretiendrai plus aucune relation avec ma famille. Terminé.

 

Plus clair.

juillet 17th, 2019

Article documenté:

https://bpdfamily.com/content/have-your-parents-put-you-risk-psychopathology

Article plus accessible (pour les moyens QI ^^ hihi; nan j’déconne, c’est libéral publicitaire pour une institution):

https://www.bridgestorecovery.com/blog/being-raised-by-a-mother-with-borderline-personality-disorder/

 

 

 

Pour les moyens QI ^^

juillet 16th, 2019

– Rhoo, ce titre 🙂 pas très gentil, ça!
– Ta GL, je l’ai regardé aussi, ce documentaire 🙂

C’est très accessible, c’est “vu à la tévé”, ça conviendra à ceux qui aiment ce genre de format, de montage et de mise en scène.

 

Auto diagnosis

juillet 15th, 2019

You bet they don’t want to tell any diagnosis, even more than prognosis.

So, there it is, mine:

Borderline personnality disorders with many incursive paranoïd psychopathic moves.
Detected around 19 with beginning of severe depressions, but many occured before, non detected by the concerned person.

Not enough people can stand it. Almost no one can stand it. That makes them participating in “another world”.

Boy, interrupted.

juillet 15th, 2019

https://series9.biz/movies/21610-girl-interrupted

Nature morte

juillet 14th, 2019

You almost had a naked self-portrait, but it’s gonna be a nature morte 😉
Cheers.

Alita

juillet 14th, 2019

https://www1.series9.to/film/alita-battle-angel

Banzaï

juillet 8th, 2019

Don’t ask why I don’t go anymore in restaurants (outside Japan). I use better materials and make them with my heart bypassing the rules.

Even the ones made by japanese (out of Japan) are not as tasty as those (I will consider prettyness later, of course 😉 )

PN et HP

juillet 8th, 2019

Pour ceux que la lecture rebute. Mais attention, ça va vite.
L’exemple choisi n’est pas celui que j’ai vécu, mais c’est kiff.

Et puis pour tous ceux qui dénient (ceux qui ont peur de continuer une relation, en gros tous ceux que j’ai connus jusqu’à présent à quelques exceptions près), allez juste vous faire foutre et rethink your life too, if you can, bastards 🙂

Love. My door‘s always open anyway.

Me comprendre, moi.

juillet 6th, 2019

http://trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com/article-etre-fils-ou-fille-de-pervers-122105684.html

C’est un article un peu long, mais il résume vraiment très bien ce qu’est de vivre avec un père manipulateur et une mère qui n’a jamais su dire stop pour se protéger elle et ses enfants.
Vivre toute sa vie sous la coupe d’un tyran, dans un monde perverti, un système sans lumière, donne ce qui m’arrive aujourd’hui: une situation extrêmement fragile et une psychologie brisée dans les relations sociales et interpersonnelles.
C’est la disparition d’un élément familial, ma mère, qui a fait remonter encore plus fortement qu’au cours d’autres moment de ma vie, une terrible sensation d’horreur qui n’est pas la mort en elle-même, inéluctable et lot de tous, mais un système pervers mis en place par mon père destiné à anéantir autrui sans AUCUNE émotion et en trompant tout son petit monde (qui aura bien du mal, même en connaissant tous les acteurs de ce drame à se dire que lui aussi, elle aussi s’est fait berné).
Imaginez ce qu’il en est pour un enfant, celui que l’on retrouve dans l’adulte brisé…

Happy family? fuck me!

juillet 6th, 2019

1993

juillet 4th, 2019

Alors, c’est de l’enregistrement sur bande passé sur cassette puis sur PC (mais ya longtemps donc c’est pas du flac hein…)
J’ai toujours la bande magnéto (malgré mon grand âge ^^ cocotte) mais plus de lecteur, arf.
OSEF.
Donc Jimmy ( des Shtauss ) à la batterie (meilleur batteur du monde, tout petit, tout potelé hihi, ultra humain, ses petiots dansaient comme des fadas devant le groupe, ça restera un bon souvenir à jamais), Mika au lead guitar (on n’entend que lui, mais c’est aussi bien), Charles à la basse, et Francis au chant guitare rythmique (et pompier psycho 😉 )

Et vraiment “Pasqua tire-toi!” (connard).

🙂

 

Louie Louie

Psycho

Can’t seem to make you mine

Sympathy for the devil

Wild man

Fête de la musique 1993 Dijon, place Grangier.
Groupe: X-men.
Enregistrement: Lanternier.

Aux nantis ignorants.

juillet 2nd, 2019

 

“It is easier to build strong children than to repair broken men.”

Frederick Douglass

Aux bourreaux des bureaux

juin 27th, 2019

On ne meurt pas du manque d’amour. On meurt de ce qu’on met en place pour y remédier.
Les idiots disent qu’on ne vit pas d’amour et d’eau fraîche. Ils n’y entendent rien. Je vais leur expliquer.
Avec l’eau, ô précieuse, la vie existe et nous est permise.
Avec l’amour, tout le reste vient.
C’est irréductible.

Sans titre (pour A.)

juin 25th, 2019

Pilot

juin 25th, 2019

“Why is it,” Jonathan puzzled, “that the hardest thing in the world is to convince a bird that he is free, and that he can prove it for himself if he’d just spend a little time practising?
Why should that be so hard?”

Richard Bach, Jonathan Livingston Seagull a story, 1970.

Easy

juin 23rd, 2019

Lo que no se ve

juin 13th, 2019

Dramatic

juin 12th, 2019

Catching a rainbow usually makes the first shoot perfect, as the rainbow fades away quickly, like a dancer.
That also means you had already the polarizing filter on the camera if you want to make it a bit dramatic.
Otherwise you go post-production (anyway you will have to develop the picture, as usual) and work out the photo to make it fit your desire.

You’ll find out or just buy the great movie ‘Parada‘. I love it. It’s an intelligent dramatically life-like movie. And you will Roll Over (the) Floor Laughing.
That’s what matters in dark ages.

Psychose

juin 10th, 2019

Une famille où l’on ne raconte pas.

Ma mère avait 23 ans quand elle m’a mis au monde et elle n’était pas prête à avoir un enfant.
Elle ne voulait pas d’enfant, au moins pas à ce moment-là.

Elle n’a pas su surpasser la difficulté d’un nouvel être humain qui venait s’imposer vivant dans sa jeune vie.
Qu’est-ce qu’on sait à 22 ans des hommes et des bébés mâles?
Elle, pas grand chose, c’est certain.

Mais dans une famille très religieuse, c’est “comme ça”. La vie fonctionne ainsi, sans que l’on ait à dire sa volonté propre. Alors que le désir et la volonté des êtres humains est justement ce qui les différencient de ceux qu’ils appellent les animaux.

L’animal n’a qu’un instinct de survie.

Il ne pense pas, il ne philosophe pas, il n’aime pas. Il vit d’instinct, se sustente, se nourrit et se reproduit.
Seul l’Homme profite de la vie parce qu’il sait qu’il va mourir.

Pour cela, il lui est encore difficile de s’épargner la souffrance. Il vit souvent dans la peur, quand l’amour fait défaut.
L’Homme qui a peur souffre. L’Homme qui n’est pas élevé comme un humain, qui ne reçoit pas d’amour quelles qu’en soient les raisons, ne peut se développer sainement.
Il grandit dans la peur. Il développe une panoplie de symptômes communs mais propres à chacun, à chaque individualité.
A travers ses symptômes, aussi douloureux peuvent-ils être, se trouve les solutions de sa reconstruction.

C’est d’y faire face, de prime abord, qui est le plus difficile.
Puis c’est ensuite de ne pas renier ce qu’il vit qui est un barrage.
C’est aussi la confrontation avec ceux qui ne savent pas ou qui croient savoir -ce qui est bien pire- qui vient créer un empêchement.

La colère.

La colère qu’on a contre soi-même, de s’être fait berné. D’avoir été impuissant parce qu’on n’était rien qu’un nourrisson, puis un bébé, puis un tout jeune enfant… et que le monde c’est celui que les parents, mais surtout la mère donne à voir.
Quand ce monde est dépourvu d’amour vrai, quand il n’est qu’une scène de théâtre dont on s’aperçoit qu’elle est très mal jouée et que les acteurs ne peuvent rien transmettre. Quand on grandit dans un tel monde… comment savoir que l’on n’est pas responsable de ce que l’on ressent?

Maman, tu n’as pas su. Tu ne sauras jamais, c’est fini. C’est fini pour toi, mais c’est également fini pour moi. Bien d’autres souffrent, mais ce qui est important pour moi, c’est moi.
Pas d’amour dans ces bras. Ont-ils même servi à autre chose qu’à faire des moulinets inutiles?

C’est triste.

Pour faire des Hommes bons, il faut des mères aimantes. Ce ne peut être une règle, évidemment.
Il y a un espoir de pouvoir retourner les pires situations, quand l’ubris est connue, comprise et sublimée.

Le tramadol te faisait faire des cauchemars… Je ne savais pas que dans les substituts d’opiacés, des anti-douleurs, se trouvait la clé des cauchemars…
Mais les opioïdes, la morphine pourtant peu dosée, tu as pris soin de la rendre à la pharmacie… des fois que ma douleur ait pu être atténuée, n’est-ce pas? Cette douleur que tu m’as insuflée, quand bien même de façon inconsciente. C’est peut-être cela que tu expiais chaque dimanche en allant au pardon de la messe messianique…
“Mon dieu!” qu’il est bon de fauter et de se voir pardonner par une illusion, n’est-ce pas?
mais ce ne sont pas de toxines dont j’ai eu besoin et qui semblent bien pauvres, c’est d’amour quand je n’étais qu’une petite chose gigotante.

https://www2.series9.io/film/mapplethorpe
Et c’est pas pour des enculés de tarlouzes de merde, ce genre de film, n’est-ce pas.

PS: un film doublement gratuit puisque la licence globale n’existe pas (au profit des enculés d’hadopi, haha) et que donc, personne ne paye rien, même pas un ou deux euros le mois, pour avoir un accès global aux arts graphiques.
Exactement comme moi qui paye mon NDD et serveur pour vous montrer un site et mes créations photos, sans aucune publicité.
Et, de rien, hein.

Postérité

juin 5th, 2019

Aux incultes.
Aux esprits de trous.
A moi.

Des mères de toi

juin 4th, 2019

Les mères sont avant tout des femmes, et surtout des êtres humains aussi salauds et donc salopes que peut l’être ce ‘genre humain’.

https://www.europe1.fr/societe/exclu-e1-violee-pendant-son-enfance-elle-attaque-letat-tout-ce-que-jai-subi-est-incomprehensible-3699869

PS: une fois n’est pas coutume, c’est un lien… dont chacun saura ce qu’il y a à en penser.

‘Feminism’ for the 99%

juin 4th, 2019

https://www.franceculture.fr/oeuvre/feminisme-pour-les-99-un-manifeste

Une liberté

juin 4th, 2019

“Toute information figurant sur sa plate-forme est accompagnée d’une source brute qui permet à chacun de la vérifier et de s’en emparer, ce qui supprime les privilèges que la caste journalistique s’est octroyés.

Un tel pari sur l’intelligence collective renverse les principes de notre temps. Au-delà de l’effet de révélation immédiat, il permet l’émergence d’un regard critique partagé, éloigné de toute forme de connivence. Devenu une sorte de métamédia, WikiLeaks écrase toute concurrence et suscite d’intenses jalousies.”

https://www.monde-diplomatique.fr/2019/05/BRANCO/59876

Hadopi = gaspi

juin 3rd, 2019

Alors ce machin, c’est 4 millions (sûrement plus) d’argent public dépensé par an, pour pantoufler 40 copains des rupins, et ça sert à rien, sauf à entretenir les susdits rupins (je viens de résumer Crépuscule de Branco, là, non? 🙂 )

En plus ils en sont très fiers, ces cons!

https://www2.series9.io//film/colette

PS: il y a des millions de sites comme ça, hein, au cas où vous prendrait l’envie d’essayer de faire quoi que ce soit de stupide -puisque vous ne savez rien faire d’autre.

 

The french dictature (EN subs)

juin 1st, 2019

The structural system of neoliberal capitalist pseudo democratia is made out of oligarchic power.
System has people to serve it. Killing (make them out of order-ing) those ones won’t change the system, but it’s a first step to decent life.
Let’s make them drink few liters of roundup from monsanto, as they say it’s very safe, for example.

Minettes!

mai 29th, 2019

Colette Renard – Les Nuits D’Une Demoiselle

Chatte nue.

mai 28th, 2019

The Pucci

mai 25th, 2019

Ma mère maltraitante

mai 24th, 2019

C’est extrêmement difficile d’en parler, mais ma mère a été maltraitante envers l’enfant que j’ai été.
Issue d’une famille par trop catholique et forcément bien sous tous rapports, elle est probablement restée très infantile et ne voulait probablement pas d’enfant. Mais c’est un passage obligé, les enfants, c’est ce con de dieu qui l’a dit.
Du moins, s’il fallait lui trouver une excuse (c’est bien là le trait du maltraité d’excuser lorsqu’il s’agit de parler d’une figure d’attachement) elle n’a pas su faire.
Ce n’est pas excusable, aucune maltraitance n’est excusable, même celles affligées aux croulants dont on pourrait penser que la vie est derrière eux.
Mais la négligence, l’absence de maturité nécessaire pour élever un bébé, un enfant est catastrophique et je vis aujourd’hui les conséquences terribles de ce vide complet d’affection que je ne pourrai plus jamais combler.
Et c’est moi le seul qui ai dit une sorte d’oraison funèbre lors de ses funérailles. Quel con.
Relire mon texte prend aujourd’hui un tout autre sens, particulièrement les paroles de Brel qui l’encadrent.
Elles disent l’amour que j’éprouvais pour elle et dont elle était incapable pour moi: “Quand on n’a que l’amour / A offrir en prière(…)”
Elles disent la névrose dans laquelle on s’enfonce en raison de l’absence d’amour que l’on croit pourtant exister; une mère aime forcément ses enfants, n’est-ce pas? « Parce que c’est tellement beau [tout cela] / Quand on croit que c’est vrai. »

Lèche ma chatte, redneck.

mai 23rd, 2019

L’art est forcément politique

mai 22nd, 2019

Marisa Papen. Photo by Gary Breckheimer.

Très belle série de noir et blanc.
Marisa Papen et son équipe, et son (ses) photographes font vraiment un excellent travail.

https://www.marisapapen.com/stories/the-day-after-purim-by-gary-breckheimer

[Hey! brice willis de nice, tavu tavu? c’est un détail de nu didonc, hein? pov’ guignol]

Les pattes

mai 20th, 2019

On m’a cassé les pattes alors que je n’en avais pas encore.
Ça ne se voit pas, mais ça se sent. Ça fait peur aux gens. Ils se disent “je ne le comprends pas”, “il y a quelque chose qui ne va pas”.

Le fait d’avoir les pattes cassées n’a qu’un intérêt qui n’en est évidemment pas un: il permet de reconnaître les salauds et les salopes. J’entends par là les maltraitants et les maltraitantes, les toxiques, les profiteurs et les profiteuses, les méchants et les méchantes.
Ces individus sont en effet ceux qui aiment à profiter des plus faibles, pour compenser leur inaccomplissement définitif.

J’aime bien les mots d’argots parce qu’ils se rapprochent de la vérité vécue des victimes. L’argot devrait être réservé aux victimes pour qualifier ceux qui commettent  des exactions.
Ce sont des mots forts qui permettent à la fois d’exprimer la colère ressentie par une injustice et de qualifier l’auteur de cette injustice avec une certaine exactitude, qui plus est compréhensible par tous.
Dans un monde technologique de science-fiction, un monde évidemment sans liberté, on verrait les salauds/salopes se balader avec en guise d’auréole au dessus de la tête le mot “salaud” ou “salope”. Personne n’aurait le droit de les appeler ainsi, mais ils auraient leur bonnet d’âne pendant une période variable, afin que chacun puisse savoir que ce sont là des parias.
Dans la vraie vie, hélas, c’est le contraire, ce sont évidemment les justes qui sont accusés d’en vouloir à ceux qui savent par trop bien manipuler les masses.
Ce sont les victimes qui doivent combattre les mauvais, et en général elles n’obtiennent jamais réparation. On le voit de plus en plus dans la société néo-libérale qui élimine les services publics: la justice n’a plus les moyens de rendre la société vivable. A défaut de laisser la loi du plus fort (et donc du plus con) s’exercer, cette société fait le lit de la loi du plus riche. Quand on voit le gamin Lagardère on se demande qui, du plus fort ou du plus riche, est vraiment le plus con…

Les gens dits “normaux” avec une intelligence moyenne voire basse trouveront toujours des moyens de réfuter les évidences. Ils penseront que, même condamné par la justice par exemple (alors que c’est en général déjà un miracle quand cela arrive avant la mort de l’inculpé), tel ou telle homme ou femme politique trouve encore grâce à leurs yeux.
Que justement la condamnation efface, en quelque sorte, le mal accompli.
Telles les racailles qu’ils ne peuvent pas sentir, ils se comporteront pourtant comme elles, glorifiant ceux qui ont défié le droit et qui se trouvent finalement auréolés d’une condamnation.

Le commun semble rassuré par ce genre de monde à la ramasse qui marche sur la tête.

Un enculé de salaud

mai 20th, 2019

J’ai bien envie de vous raconter la vie d’un enculé de salaud que j’ai un peu connu, à mes dépens.
Enculé parce que c’est un homosexuel mâle. Et salaud pour l’ensemble de son œuvre.
Il s’appelle David G. Comme Gogol ou Grossemerde.
Quand on était ado ou jeunes adultes, c’était celui qui, ayant infiltré la petite bande qu’il pensait bourgeois d’une ville de même acabit, avait déjà eu plusieurs voitures alors qu’il n’avait même pas le permis. Il avait même emmené au tribunal un vendeur de fiat uno pour vice caché. Alors qu’il n’avait pas le permis!
Je crois bien qu’il avait gagné.
C’est dire le niveau de saloperie de l’individu.
Plus révélateur encore, alors qu’il avait acheté une 2CV de collection pour ne pas avoir à payer la vignette (les voitures de collection en étaient dispensées) et qu’il nous emmenait faire un tour en campagne, il s’est subitement arrêté. Se retournant vers les passagers, il escroqua 10 francs par-ci par-là “pour payer l’essence”…
Sous peine de nous lâcher à quelques kilomètres de nos foyers et surtout de gâcher la promenade.
C’est ainsi que les salauds agissent. Leur petitesse d’esprit se nourrit de la menace et du chantage.

Ce simple portrait démontre déjà quelle est l’attitude des pervers envers l’argent.
Il habitait un quartier dit pourri, de pauvres. Pourtant, que ce soit vrai ou pas, il avait hérité de plusieurs dizaines de milliers de francs de je ne sais qui, alors à peine adulte. C’est vrai qu’il pouvait dépenser sans compter pour acheter des disques. Pas autant que d’autres véritablement plus fortunés, mais beaucoup plus que la plupart de ceux qu’ils considérait comme “plus avantagés” que lui.

Sa perversion était de faire croire qu’il était dépourvu face à ceux qu’il croyait nantis alors que c’est probablement le contraire dont il s’agissait.
De plus, cette perversion s’ancrait dans des objets, à savoir l’argent, sans aucun rapport avec la réalité vécue, celle forcément psychologique.
Comme c’est plus simple, n’est-ce pas?

Cette individu donc, dont la veulerie est la marque de fabrique, avait menti en prétendant que c’était sa tante (plutôt que sa mère) qui était venu nous voir jouer à une fête de la musique. Bon. Il en avait honte parce qu’elle était en longue maladie, en surpoids, etc.
C’est le même individu qui m’avait dit que “on ne juge pas ses parents, jamais!”
Un sacré connard, non? pour dire le contraire de ce qu’il faisait de façon non justifiée d’ailleurs.

Mais le geste qui restera à jamais un motif valable pour l’éliminer vient ensuite.

Son père est mort, cachetons, alcool, tout seul dans sa bicoque, on ne sait pas trop.
C’est à la crémation que j’ai rencontré sa mère et du peu que j’en ai connu, je pense qu’elle ne méritait pas la honte qu’il avait d’elle. Mais comment savoir?
Là n’est pas l’importance.
Pour soutenir cet enculé de salopard, je m’étais fait beau pour honorer la mémoire de son père que je ne connaissais pas d’ailleurs.
Bon.

Quelques jours après, lui qui n’arrêtait pas de chier sur la compagne d’un de mes amis d’enfance, qui tenait un magasin de vêtements, a fait croire que c’était moi qui critiquait cette pauvre femme.
Oh, non qu’elle était exempte de défauts, c’est certain. Je me rappellerai toujours qu’elle disait à sa fille de 2 ans “t’es une petite pute”, confondant sans doute ce qu’elle était elle-même ou ce qu’elle pensait d’elle-même dans un sursaut de lucidité avec ce que sa fille, évidemment, ne pouvait être.
[Oui, c’est une mère toxique et mauvaise, quand bien même elle le disait avec le sourire, mais, et surtout, devant un couple d’amis]

C’était en 2007, je commençais à peine mon activité de graphiste.

Par cet acte odieux de salaud, David G. a détruit une amitié datant de la maternelle que j’avais avec Mathieu M.
Lui qui était plus ou moins également graphiste (en se vantant de ne pas payer ses cotisation sociales bien qu’étant à la MDA, il faisait ainsi son balkany ou son cahuzac, bref, il se reconnaissait dans les pires salauds que la terre ait porté, il est de cette race de vermine) a dû penser qu’ainsi, et cela advint, il pourrait tirer quelques fric de la communication graphique d’un magasin de vêtements puis du restaurant que le couple allait bientôt acheter et monter.
Mais plus que cela, il enviait les relations affectives et d’amitié, s’amusant à les détruire comme un rat dont il a d’ailleurs la tête.

La plupart des gens du cercle d’amis (peut-on parler d’amis, je ne le crois plus) avaient une haine de cet individu qu’ils cachaient, faisant croire que “tout allait bien”. C’est hélas comme cela que les perversions psychologiques s’ancrent et s’enracinent dans la vie: parce qu’on n’ose pas dire que la merde, ça pue.

Raconter les saloperies de tous ceux qui méritent qu’on les passe à la roue me fait le plus grand bien.
Je n’ai rien contre eux, mais ils méritent qu’on sache qu’ils sont mauvais.
C’est pour ma santé. Suite au prochain numéro.

Aphorisme #001

mai 18th, 2019

Quand une mère n’aime pas son enfant, qu’elle ne lui parle pas, qu’elle ne le considère pas…
Voici comment l’enfant voit le monde, parfois toute sa vie:

Tumeur vulvo-vaginale. Photo d’écran.

Bon appétit les broutte-minous! 🙂

PS: pour ceux qui ne jurent que par les conneries pour débiles, du style la patrie, le drapeau, l’armée, la police, etc, reportez-vous sur les paquets de cigarettes dont le graphisme est fabriqué par l’état français. Montrez-les bien à vos gosses, aussi.
Et apprenez à penser, surtout 😉

Refusé, deuxième.

mai 18th, 2019

J’ai répondu qu’il ne fallait pas oublier le salon des refusés.
Qui se souvient des artistes et des œuvres de ceux qui ont précédés les impressionistes? Pas grand monde. Et on ne parle même pas de la valeur marchande des œuvres produites, puisque c’est la seule valable à notre époque néo-libérale capitaliste.
Qui se souvient de ceux qui étaient en bonne place au salon des acceptés? Oui, ceux-là même qui ne sont plus rien, tandis que les refusés ont aujourd’hui toutes les faveurs et toute l’attention.

Alors oui, ce fameux salon des refusés, c’est une sacrée idée.

En tout cas, je viens d’économiser mille balles en me faisant refuser du off libre d’Arles. J’avais vu ça, qu’une association, le collectif du hérisson (avec un excellent logo, bravo au graphiste) proposait pour 1040 euros (adhésion + 950 € de frais) l’exposition de photographes dans quelques galeries à Arles pendant le festival de la photo. J’étais prêt à payer bien que cela m’aurait ruiné.
Je reste donc très riche.

Je suis également assez en colère car je m’aperçois que le monde est vraiment un triste ramassis.
Mais baste! je prends cela comme une bienveillance qui m’épargne de côtoyer ceux qui n’en valent pas la peine. Bon, j’aurais bien aimé visiter Arles quand même. Zut quoi.
Aller, je me remets à mes prints et à mes contre-collés.
Le monde est vaste et l’art le multiplie à l’infini. Et il me reste, je crois, quatre amis.

FHP déverse 20 tonnes de sperme véritable sur l’obélisque parisien pour célébrer la jouissance de l’oligarchie et des dominants sur la populace engluée

mai 17th, 2019

Geste artistique grandiôse!
Aux oubliettes la roberta de clitoris avec son petit pot de sang menstruel étalé sur une photo qu’elle n’a même pas créée!
Oublié le plug anal de kapour le petit et son vagin métallique (faudra lui dire que c’est la ceinture qu’est en métal cloutée^^)!
Fini à jamais le minuscule koons avec ses jouets de pédophile grandeur “adulte”!

Haha! 🙂 Le phallus de pierre a enfin éjaculé!

PS: et yen a partout 😉 … A quoi ça tient, l’ “art”.

De la menace.

mai 10th, 2019

Il n’y a aucune analyse à faire, la réalité est triste et merdique (sic).

Paris, paradis des vendus, ville de merdes.

mai 7th, 2019

 

Excellent!
http://www.icidailleurs.com/index.php?route=product/category&path=121

Action.

mai 6th, 2019

Mayday

mai 1st, 2019

Favorite audio and video creative band of young lovers 🙂

Le refusé

avril 29th, 2019

Depuis une gestation humaine que je recherche des modèles photographiques, je n’ai presque essuyé que des raclures de plâtre.
A l’exception de deux modèles femmes, correctes, éduquées et discutantes, et avec lesquelles hélas aucune session photographique n’a pu être faite en raison d’empêchements indépendants de la volonté des parties engagées -empêchements qui ne peuvent être que d’un caractère définitif, tant la relation artiste modèle est ténue et fragile, les autres modèles et les photographes (peut-on même les appeler ainsi?) avec qui j’ai eu des relations ne méritaient pas que je perde mon temps.

Il y a parmi les modèles femmes défrayées ou rémunérées plusieurs types:

Il y a celles qui recherchent de l’argent facile quitte à vous emmener dans un hôtel -sous le prétexte d’avoir à y déposer des affaires, par exemple- alors que le but d’une première rencontre est de se connaître.
Un shooting de nu réunit en général un photographe et un modèle qui ne se connaissent pas. Une discussion préalable est donc indispensable. Mais pour l’avoir vécu, il semblerait que certaines modèles se moquent pas mal de la discussion et recherchent l’argent avant tout, que ce soit pour une session photo ou pour tout autre prestation d’ordre plus intime.
Bon, c’est très dommage, mais je ne recherche pas de prestations de ce type et je dois avouer que j’ai encore moins le profil à payer pour ces menus plaisirs.
C’est comme ça, désolé, mesdames 🙂

Il y a celles qui se permettent un jugement a priori alors qu’une sollicitation polie a été faite et qu’elles sont publiquement en demande de shooting.
Je mettrais cela sur le compte de la jeunesse et de la tête qui tourne sitôt qu’arrivées à Paris et avec pour tout bagage une ou deux années de “beaux-arts”, tout en se targant d’avoir un book (avec, en général, des photos prises dans des boîtes à partouzes), elles commencent à se poudrer le nez et à imiter le comportement insultant et malheureusement caractéristique des habitants de la capitale française, qui ne sont effectivement pour la majorité que des culs-terreux venus de province. Il suffit de voir l’arrogance et la niaiserie des présidents de la république pour s’en rendre compte (doit-on rappeler les “ceux qui ne sont rien” prononcé par un de ceux-là, justement; ou encore les “sans-dents” par un qui, s’il n’en avait pas, aurait sûrement conservé son poids de forme, etc, c’est VOS élites et VOS exemples, bande de nazes 😉 , pas les miens, pour sûr ).
Ces adoptés de la pollution décadente d’une capitale mourante sont l’affaire du monde puisqu’ils prétendent (et sont pris pour) la vitrine d’une “culture”.
De rayonnement il n’y a plus, obfusqué par la pollution des âmes autant que par celle de la bêtise.

Heureusement, il y a de rares exceptions qui confirment ces tristes règles. Des mecs biens, des gonzesses bien. Oui, y’en a. Mais pas beaucoup 🙁
Ces perles rares parmi les modèles sont de celles qu’on aimerait solliciter à nouveau, puisque les rendez-vous manqués ne l’ont été, d’un côté comme de l’autre, qu’indépendamment de la bonne volonté des parties.
Mais s’il y une règle à respecter dans toute relation, surtout naissante, c’est de ne jamais s’imposer.
Je n’insiste jamais auprès d’inconnus. J’aurai à découvrir bien d’autres perles. Le temps n’existe pas.

Côté photographes:

Il y a ceux qui, rongés par le désir fantasmatique de viol qui empreint chacun de leurs clichés, s’amusent à jouer aux chevaliers blancs en accusant d’autres de leurs vices propres.
On a déjà parlé trop longuement de ceux-là.
Il y a ceux également qui s’adonnent ouvertement et avec l’aide de moult subventions parisiennes à une pornographie prostitutive dont le caractère artistique, que l’on chercherait vainement, ne tient qu’à la médiocrité des images, de la mise en scène et de tout le reste.
Ceux-là sont adoubés par à peu près toutes les institutions étatiques finançantes à tous les niveaux politiques géographiques.

Que reste-t-il aux très peu nombreux artistes dont la sensibilité est dégradée, brutalisée, utilisée à des fins viles et crasseuses par tous ces médiocres qui n’existent que dans un temps et un espace tout aussi vains que l’est leur nullité?
Il n’y a plus d’artistes, et ma tour d’argent est bien plus rouge et turgescente que l’ivoire d’un sceptre artificiel et maléfique, brandi par les muets de l’âme.

Monde, je ne t’écoute plus, je te donne et tu ne pay (EN) aucune attention (EN/FR).
Je ne regrette aucune de mes insultes, réfléchies ou sous le coup de la colère.
Monde, je t’emmerde, ad vitam and with much love 🙂 … ’cause you are my sunshine!  https://www.youtube.com/watch?v=E5_j91FjsXM

Light yellow

avril 27th, 2019

Le premier de mai 2019

avril 26th, 2019