Archive for avril, 2018

Printemps…

mardi, avril 24th, 2018

… s’en va la cruche à l’eau, qu’à la fin… forcément 🙂

 

Les Malpolis, dix ans de ratures et de punk!

lundi, avril 2nd, 2018

Pour les glandus patriotes et forcément colons (du cul, of course)


Pour les fanatiques de la tora et autres conneries sans noms (ah ah!)

Pour les amoureux de l’argent qui baisent leur vieille maman (toute ressemblance avec un président serait fortuite)

Pour les fanatiques de la religion (une deuxième couche est nécessaire)

Pour les parents anxieux du devenir de ceux qui vont leur survivre…

Un geste pour vous en image fixe!

A propos du travail…

 

Leur site web? -> www.lesmalpolis.com

 

Bonus! pour les gens qui bossent et qui sont contents de bosser (les cons!)

De la bêtise.

lundi, avril 2nd, 2018

Prenons comme prétexte un événement tout chaud: https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/saint-nazaire/contre-ingerence-du-politique-culture-apres-deprogrammation-bertrand-cantat-1406707.html
L’éviction de Bertrand Cantat d’un festival où il devait se produire. Les pressions des diverses communautés de lobbying, politique? religieuse? qui sait encore? ont obligé les organisateurs de cette manifestation musicale à changer leur programmation.

Ce faits divers est un des signes que l’humanité est sur un très mauvaise pente. Ce n’est pas tellement l’ingérence d’un lobby plutôt que d’un autre, non. C’est la tendance de l’âme humaine à se soumettre à la facilité.
Chacun, après avoir bien mariné soit dans l’opulence capitaliste dite occidentale, soit dans la plus extrême pauvreté des pays dits émergents, veut à tout prix (le mot est choisi) prendre possession du grand tout. Le pouvoir, les richesses, le commandement des Hommes, le grand tout qui ferait de l’individu en question un dieu commémorable (sic, mais DTC l’académioches), une sorte de chose à laquelle on devrait se référer dans les temps futur, une fois son destin révélé par la seule chose qu’il pensait vaincre, en réalité, la mort.

Il en va donc des politiques, des religieux et des médecins comme de chacun: la soif de pouvoir.
L’envie de peser sur des décisions, qui, du moins dans les pays qualifiés de démocratiques, semble contredire la vertu des régimes en place que tous les lèche-bottes aiment à parer de perfection.
Une moindre mesure étant d’être riche.

L’on a donc vu ces dernières années en France, un gouvernement dont le but a été de faire taire un humoriste, via des sortes d’injonctions aux pouvoirs qu’il détenait, le fisc, la justice, la police, etc, plutôt que de penser à mener une politique dont les supposés bienfaits seraient retombés au moins sur le plus grand nombre. Mais non. Attaquons les artistes, faisons les juger et quand bien même, ostracisons-les.

Cela en dit long sur l’éventuelle ouverture d’esprit, respect des institutions qu’ils ont eux-mêmes créées, et réelles volontés de ceux qui se présentent nonchalamment comme les ‘élites’. Elle est bien bonne.

Faut-il être stupide pour ne pas voir que les décisions de justice peuvent, lorsqu’elles seront bientôt disponibles au public (tiens, c’est drôle, un truc complètement public qui n’est pas disponible sur le web…) mettre en lumière les arrangements immoraux et illégaux entre lobbies pharmaceutiques et responsables politiques? entre puissances d’argent lobbyistes et petites mains?
En France, le système tentaculaire des collusions est manifeste. Le souci, c’est que c’est la même chose partout puisque ce sont des Hommes qui dirigent. les systèmes divers ne font que tâcher de s’adapter à des velléités particulières.
Il faut noter tout de même que le système capitaliste, celui que tous s’accordent à hisser au plus haut niveau de la réussite humaine, est formidablement bien construit afin de laisser croire qu’il est invincible.
Tout ce qui peut arriver a été qualifié: c’est « conjoncturel », « local », « régional », « structurel », et donc, c’est normal puisque ça va encore changer.

C’est drôle de savoir que l’on a créé de nouvelles famines, de nouvelles guerres, de nouvelles dominations grâce à un système qui s’adapte presque parfaitement aux « perversions » de l’âme humaine. Comme si on ne pouvait pas faire autrement.