Archive for the ‘Artwork’ Category

Nature morte

dimanche, juillet 14th, 2019

You almost had a naked self-portrait, but it’s gonna be a nature morte 😉
Cheers.

LĂšche ma chatte, redneck.

jeudi, mai 23rd, 2019

FHP dĂ©verse 20 tonnes de sperme vĂ©ritable sur l’obĂ©lisque parisien pour cĂ©lĂ©brer la jouissance de l’oligarchie et des dominants sur la populace engluĂ©e

vendredi, mai 17th, 2019

Geste artistique grandiĂŽse!
Aux oubliettes la roberta de clitoris avec son petit pot de sang menstruel Ă©talĂ© sur une photo qu’elle n’a mĂȘme pas crĂ©Ă©e!
OubliĂ© le plug anal de kapour le petit et son vagin mĂ©tallique (faudra lui dire que c’est la ceinture qu’est en mĂ©tal cloutĂ©e^^)!
Fini Ă  jamais le minuscule koons avec ses jouets de pĂ©dophile grandeur “adulte”!

Haha! 🙂 Le phallus de pierre a enfin Ă©jaculĂ©!

PS: et yen a partout 😉 … A quoi ça tient, l’ “art”.

De la menace.

vendredi, mai 10th, 2019

Il n’y a aucune analyse Ă  faire, la rĂ©alitĂ© est triste et merdique (sic).

Le refusé

lundi, avril 29th, 2019

Depuis une gestation humaine que je recherche des modĂšles photographiques, je n’ai presque essuyĂ© que des raclures de plĂątre.
A l’exception de deux modĂšles femmes, correctes, Ă©duquĂ©es et discutantes, et avec lesquelles hĂ©las aucune session photographique n’a pu ĂȘtre faite en raison d’empĂȘchements indĂ©pendants de la volontĂ© des parties engagĂ©es -empĂȘchements qui ne peuvent ĂȘtre que d’un caractĂšre dĂ©finitif, tant la relation artiste modĂšle est tĂ©nue et fragile, les autres modĂšles et les photographes (peut-on mĂȘme les appeler ainsi?) avec qui j’ai eu des relations ne mĂ©ritaient pas que je perde mon temps.

Il y a parmi les modÚles femmes défrayées ou rémunérées plusieurs types:

Il y a celles qui recherchent de l’argent facile quitte Ă  vous emmener dans un hĂŽtel -sous le prĂ©texte d’avoir Ă  y dĂ©poser des affaires, par exemple- alors que le but d’une premiĂšre rencontre est de se connaĂźtre.
Un shooting de nu rĂ©unit en gĂ©nĂ©ral un photographe et un modĂšle qui ne se connaissent pas. Une discussion prĂ©alable est donc indispensable. Mais pour l’avoir vĂ©cu, il semblerait que certaines modĂšles se moquent pas mal de la discussion et recherchent l’argent avant tout, que ce soit pour une session photo ou pour tout autre prestation d’ordre plus intime.
Bon, c’est trĂšs dommage, mais je ne recherche pas de prestations de ce type et je dois avouer que j’ai encore moins le profil Ă  payer pour ces menus plaisirs.
C’est comme ça, dĂ©solĂ©, mesdames 🙂

Il y a celles qui se permettent un jugement a priori alors qu’une sollicitation polie a Ă©tĂ© faite et qu’elles sont publiquement en demande de shooting.
Je mettrais cela sur le compte de la jeunesse et de la tĂȘte qui tourne sitĂŽt qu’arrivĂ©es Ă  Paris et avec pour tout bagage une ou deux annĂ©es de “beaux-arts”, tout en se targant d’avoir un book (avec, en gĂ©nĂ©ral, des photos prises dans des boĂźtes Ă  partouzes), elles commencent Ă  se poudrer le nez et Ă  imiter le comportement insultant et malheureusement caractĂ©ristique des habitants de la capitale française, qui ne sont effectivement pour la majoritĂ© que des culs-terreux venus de province. Il suffit de voir l’arrogance et la niaiserie des prĂ©sidents de la rĂ©publique pour s’en rendre compte (doit-on rappeler les “ceux qui ne sont rien” prononcĂ© par un de ceux-lĂ , justement; ou encore les “sans-dents” par un qui, s’il n’en avait pas, aurait sĂ»rement conservĂ© son poids de forme, etc, c’est VOS Ă©lites et VOS exemples, bande de nazes 😉 , pas les miens, pour sĂ»r ).
Ces adoptĂ©s de la pollution dĂ©cadente d’une capitale mourante sont l’affaire du monde puisqu’ils prĂ©tendent (et sont pris pour) la vitrine d’une “culture”.
De rayonnement il n’y a plus, obfusquĂ© par la pollution des Ăąmes autant que par celle de la bĂȘtise.

Heureusement, il y a de rares exceptions qui confirment ces tristes rĂšgles. Des mecs biens, des gonzesses bien. Oui, y’en a. Mais pas beaucoup 🙁
Ces perles rares parmi les modĂšles sont de celles qu’on aimerait solliciter Ă  nouveau, puisque les rendez-vous manquĂ©s ne l’ont Ă©tĂ©, d’un cĂŽtĂ© comme de l’autre, qu’indĂ©pendamment de la bonne volontĂ© des parties.
Mais s’il y une rĂšgle Ă  respecter dans toute relation, surtout naissante, c’est de ne jamais s’imposer.
Je n’insiste jamais auprĂšs d’inconnus. J’aurai Ă  dĂ©couvrir bien d’autres perles. Le temps n’existe pas.

CÎté photographes:

Il y a ceux qui, rongĂ©s par le dĂ©sir fantasmatique de viol qui empreint chacun de leurs clichĂ©s, s’amusent Ă  jouer aux chevaliers blancs en accusant d’autres de leurs vices propres.
On a déjà parlé trop longuement de ceux-là.
Il y a ceux Ă©galement qui s’adonnent ouvertement et avec l’aide de moult subventions parisiennes Ă  une pornographie prostitutive dont le caractĂšre artistique, que l’on chercherait vainement, ne tient qu’Ă  la mĂ©diocritĂ© des images, de la mise en scĂšne et de tout le reste.
Ceux-là sont adoubés par à peu prÚs toutes les institutions étatiques finançantes à tous les niveaux politiques géographiques.

Que reste-t-il aux trĂšs peu nombreux artistes dont la sensibilitĂ© est dĂ©gradĂ©e, brutalisĂ©e, utilisĂ©e Ă  des fins viles et crasseuses par tous ces mĂ©diocres qui n’existent que dans un temps et un espace tout aussi vains que l’est leur nullitĂ©?
Il n’y a plus d’artistes, et ma tour d’argent est bien plus rouge et turgescente que l’ivoire d’un sceptre artificiel et malĂ©fique, brandi par les muets de l’Ăąme.

Monde, je ne t’Ă©coute plus, je te donne et tu ne pay (EN) aucune attention (EN/FR).
Je ne regrette aucune de mes insultes, réfléchies ou sous le coup de la colÚre.
Monde, je t’emmerde, ad vitam and with much love 🙂 … ’cause you are my sunshine!  https://www.youtube.com/watch?v=E5_j91FjsXM

Penseuse

mardi, avril 16th, 2019

C’est pas une photo pour les tarlouzes, et encore moins pour celles qui se reconnaĂźtront.
😉

Pour le peloton des attardĂ©s…

mardi, avril 9th, 2019

… et la version beta k foirĂ©!

( https://www.youtube.com/watch?v=B5P0p55sdX0 )

Et pour la route: allez tous vous faire foutre! (ça fait vachement du bien 😉 )

Nude again.

lundi, mars 25th, 2019

A touch of Japan

vendredi, mars 22nd, 2019

For sale 50 grands each 🙂

Hemispheric touch of japan.

Les 7 erreurs

vendredi, mars 22nd, 2019

Et il manque queuwoua?

Be RITE ^^

Mapplethorpe, mon amour.

jeudi, mars 21st, 2019

Well, ok, now it’s time to confess.
( 🙂 @froggies playing with words’ sounds)
I am very aware I’m still in the beginning of my art, as, watching some websites about the great photographer Mapplethorpe (like this one, this one, or that one) I was stuned about the way I follow, unconsciously, quite the same path. Making it short: flowers and penises.
Do not focus on those. The best part is always the one you don’t notice at first sight.
Let the flow goes.

robert-mapplethorpe-self-portrait-with-a-polaroid-automatic-360.jpg

Kiss my ass @ OK Corral

dimanche, mars 17th, 2019

This is what you can call a cold revenge.
Some like 20 years ago I’ve been part of a pseudo artist work that ended in a bad manner (not for him of course), thanks to the pseudo artist himself, a bit like the story with Roberta de Clitoris.
Let’s make clear the very end: a 100 box instead of the 10% of the 6K previously promised (which is 600 box) for quite some amount of work with quite some hardware and at any time of day and night.
What reminded me about this story is the picture of some graph play on words tagged in a Cartier shop in Paris last saturday, during the 18th week of ‘yellow jackets’ protest (with some great destruction of riches’ symbols): it says “Pas de Cartier pour les bourgeois” which actually means “no mercy for the bourgeois” in with ‘mercy’ is ‘quartier’ in french which is pronuonced just like the famous luxury trademark ‘Cartier’.
The dĂ©chu artist I won’t name him (but you’ll easily find who he is…) was- as an ‘artist’ I mean-so, was at the time, early 2000’s, making me work on my computer to scan and develop photos and make some graphic artwork for him, of course as ‘tests’ (meaning non payed or ‘for the fun’ of it, for the most part of it …).

I’ve been through some pages about the guy’s new work as a gallery manager, after he left his pseudo artwork. I quote him:
“Deux ans plus tard, il raccroche ses ambitions artistiques. “J’ai eu un moment de luciditĂ©, dit-il. Parfois, il est bon de persĂ©vĂ©rer, et parfois, non.” “( in  )
“À l’origine il y a un changement brusque, existentiel : arrĂȘter d’ĂȘtre artiste, faire les choses autrement, changer de vie. C’est un choix Ă©goĂŻste, pas politique. Je l’ai fait pour moi, pas contre le systĂšme. Et ça n’a rien Ă  voir non plus avec le marchĂ© dont je ne connais alors rien, et dont je ne me soucie pas. Cela a plus simplement Ă  voir avec une crise de luciditĂ© un peu plus aiguĂ« et longue que d’habitude : je ne suis pas un grand artiste, je ne vais pas le devenir et je vais crever de dĂ©sespoir et d’amertume si je m’entĂȘte une minute de plus dans cette voie.” ( in  )

As an art historian with quite some background, as an artist myself, and as an ex acquaintance, I can say: AT LAST!
But that’s not really my point here. He owes me 500 plus the 100 of interests. I don’t care much about such a money, but now, he will know that the past is NEVER forgotten, however people can live through some high difficulties. Furthermore, I know HE likes much money though… “I mean, we’re across the street from the Carlyle!” ( in  )
What I care about is not being taken for an idiot.
Having passed by a quarter analysis doesn’t make you someone. Knowing you’re bad and making profit out of it using people’s weaknesses is really common.
That’s not a character trait. It’s just going deeper into the ‘sickness’ of humanity.

I wish him good luck in ‘la petitesse’ of his life. It’ll all end like ‘petits fours dans les raouts’: shit.
Plus, you can also give back the money and stop manipulating people with a stupid smile, thanks!

Farewell!

True.

jeudi, janvier 17th, 2019

That’s a fish eye, darling.

Monster love

mardi, janvier 8th, 2019

Ain’t got no money…
Got my pretty tail 😉

This is the caterpillar of the now famous butterfly appearing in “The silence of the lambs” movie.
Shot on some potatoes plants at home. The damn beast eats quite a lot but I’ve let it do. No harm. Thanks for the pics buddy worm 😉
It is said that the butterfly itself has a cry like one would have read in Edgar Allan Poe short novel “The sphinx” (here in french audio, here in english text).
I wouldn’t believe it if I had not heard myself the cry of the caterpillar…
That’s a audio/video bonus of the cry, when someone -me- shake the branch the damn beast sits on 😀
A weird defensive “tak tak tak” sound.

About the photo title itself, one will look at this below video of Nina Simone song (and of course read carefully the lyrics):

Just like in Poe’s novel, my aim is not the main subject, but what I can tell through some commonly ‘common’ said pictures.
If one jumps freely from an idea to antoher, it’ll get soon to a famous Dali photography.
And will find a bit of its meaning too (and how it was created with women’s bodies).

Then, do not stop.
And let’s stay friends, girlfriends 😉

Une autre photo encore plus obscÚne (série de 2 photos, 2/2)

vendredi, octobre 26th, 2018

Qu’il est bon de parler et d’Ă©crire, n’est-ce pas?
Dans les infra des trous de lapins, on ne se modĂšle pas.
La femelle n’est peut-ĂȘtre finalement pas si maline que ça, en plus de son handicap physiologique… 🙁
Heureusement, la vie n’apporte qu’espoirs. Et dĂ©sillusions cruelles ^^.
N’empĂȘche…

 

Le premier volet et la photo 1/2: http://www.lornet-design.net/une-photo-obscene-serie-de-2-photos-1-2/

L’Ă©cho (des bushes) poignait

mardi, octobre 16th, 2018

Outre ce bon mot titulaire pour qui saisit l’humour forcĂ©ment franco-anglais qui m’assaille…
🙂

Il semblerait que quelques Ă©chos poignent (ndla: ya pas de subjonctif, j’utilise un bĂȘte indicatif).
Et lĂ , je me rends compte Ă  quel poing, si j’ose siquer de la sorte 🙂 , j’ai sous-estimĂ© le doux mot de S…bip concernant mon Ă©tude de nu.
Mais cependant, on peut noter, outre le propos d’icelle quelque peu convenu, qu’une certaine circonspection est toutefois de mise.

C’est heureux.

Soyons d’autant plus patient que le temps s’Ă©coule aussi lentement qu’il n’existe Ă©videmment pas…

Fuck the world as we know it.

samedi, octobre 6th, 2018

NRA

vendredi, septembre 28th, 2018

On disait que la nuit, on n’y voyait que pouic.
On y voit simplement d’autres choses, invisibles le jour.

Et ça vaut pour un NRA comme pour tout le reste.

Nus 2018 onwards

vendredi, septembre 21st, 2018

http://www.lornet-design.net/nus-2018-onwards/

It’s all up to you, women.

lundi, septembre 17th, 2018

Freedom is choice.
You can choose to have ‘a’ man, raise some children, and work like a slave. Have some affairs, like your ‘perfect’ husband does too… and hashtag ‘me too’, too!
You can choose not to talk too.
You can also choose some’ different.

UP TO YA’LL! 🙂

L’arsenal de Sun Tsu.

mercredi, septembre 5th, 2018

Porto

vendredi, août 31st, 2018

Next performance when kids at school.

mardi, août 28th, 2018

Of course it’s gonna be music and vid, or maybe pics… who knows?
Maybe it’s gonna be a complete fail… who knows?


Not for me at least 😉

U-Turn

mardi, août 28th, 2018

That’s a dead end, baby. Ain’t it sad?
Come over, we’ll make it happier.

La chatte à mémÚre

lundi, août 27th, 2018

Fighting domination.

mercredi, août 22nd, 2018

 

To all girls and women I know that have suffered in any way and/or may still suffer.
This one’s dedicated especially to Nina, with love.

PS: they can all ask for a free signed print 😉

Hommage Ă  Louise

mercredi, août 22nd, 2018

Til min kére. 😉

PS: https://en.wikipedia.org/wiki/Louise_Bourgeois

Who is ArachnĂ© in greek mythology (in french 😉 )?

Extrait du “Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine”, Pierre Grimal, PUF (Presses Universitaires de France), 1951,  ISBN 2 13 050359 4

Sarah

jeudi, août 16th, 2018

Voici ma poupĂ©e japonaise Sarah 🙂
Elle est trĂšs docile et se contente d’aimer plutĂŽt que de contrĂŽler 😉

C’est une figure du shintoĂŻsme, mais je ne pense pas que vous puissiez comprendre.
Vous y verrez bien ce que vous voudrez.

Bises @Sarah 😉

Le frondeur

jeudi, août 16th, 2018

Réveillé à 4 heures 30 du matin, je décidai de faire quelques clichés vers 6 heures.
Cette superbe photographie sera tirĂ©e Ă  quelques exemplaires seulement, sur un papier aquarelle de trĂšs haute qualitĂ©, au format plus ou moins A2, avec des encres pigmentaires dont Epson assure que la durĂ©e de vie minimale est d’un siĂšcle. L’exemplaire vaudra 4000 euros.
Bande de veinards, vous la voyez avant 🙂
Le message est trĂšs clair: “on vous attend et on sait se dĂ©fendre”.
Le sujet reprĂ©sentĂ© est un jeune enfant qui tient non pas une fronde, tel David ou un Palestinien, mais bien un lance-pierre. Il est situĂ© Ă  l’entrĂ©e du village de Plogoff ou Plougon.
L’avertissement est sĂ©vĂšre, mais ce n’est qu’une statue 🙂
Ne tentez pas le diable… quand mĂȘme 😉

Le frondeur, F.H.P. Lornet 2018.

 

Teaser PERF

lundi, août 6th, 2018

Un teaser qui en dit long tout en Ă©tant trĂšs court.

🙂

PS: pour ne pas ĂȘtre censurĂ© et crier Ă  la censure comme le fait Roberta, il suffit de faire ça chez soi. Hihi.

La stop-Roadeuse

lundi, août 6th, 2018

Les entretiens presque imaginaires…

dimanche, août 5th, 2018

CE: Bonjour F.H.P. Lornet, vous avez mis au vu et au su du monde entier vos genitalia en scĂšne sur une photo, quel Ă©tait le but de la manƓuvre?
F.H.P.: C’est un acte artistique et d’abord une rĂ©ponse Ă  DĂ©borah de Robertis qui m’a insultĂ© en se voulant castratrice, elle a agit avec moi comme elle le fait avec le reste du monde. J’ai voulu mettre fin Ă  cette pĂ©riode douloureuse pour elle autant que pour moi.
J’ai donc utilisĂ© le mĂȘme principe qui lui tient tant Ă  cƓur en le hackant: utiliser, non pas l’Ɠuvre d’un autre Ă  son profit, ce qu’elle fait, mais ses crĂ©ations intellectuelles.
CE: Une querelle d’artistes?
F.H.P.: Oui, je l’ai exprimĂ© ainsi, mais c’est bien plus une querelle philosophique Ă  propos des relations humaines via un support artistique. Qu’y a-t-il d’autre dans la vie?
CE: Comment l’a-t-elle pris?
F.H.P.: Je n’en sais rien, mais je lui laisse le temps de rĂ©pondre et la possibilitĂ© de ne jamais le faire. J’espĂšre qu’elle apprĂ©cie autant mon geste que mon Ɠuvre… et ce qu’elle reprĂ©sente, bien sĂ»r 😉
CE: Sur les rĂ©seaux sociaux, elle a de nombreux suiveurs, vous n’en avez aucun. Pourquoi?
F.H.P.: je n’aime pas les suiveurs, j’exĂšcre facebook, je n’utilise que LI et TW. Qu’ils vivent leur vie, tous, comme je la vis dorĂ©navant avec amour et bonheur.
CE: Vous parlez d’amour et pourtant semblez distant.
F.H.P.: Et vous? 🙂
CE: Pour revenir aux suiveurs, vous suivez pourtant quelques personnes?
F.H.P.: C’est vrai, c’est donc que je ne suis pas si distant que ça et que je m’autorise Ă  ne pas m’aimer autant que le contraire.
CE: Un mot Ă  faire passer?
F.H.P.: Oui, je pense que son Ɠuvre la plus rĂ©ussie est la photo mimant l’Olympia de Manet, car d’abord c’est une photo et ensuite parce qu’elle est rĂ©ussie.
Il manque cependant la servante noire et le chat. Si j’Ă©tais chafouin (vous verrez ça quand ma correspondance privĂ©e avec elle sera publiĂ©e, donc lorsque nous serons morts et que les ayants-droits l’auront autorisĂ©), je dirais que cela fait Ă©cho Ă  ce que je lui reprochais alors: ne pas payer ceux qui travaillent c’est de l’esclavagisme. Period.
Mais du coup, je lui proposerais bien une collaboration en tant que photographe, puisqu’elle aime ainsi exposer son corps.
Collaboration artistique et contractuellement Ă©crite, Ă©videmment 😉
On pourrait s’amuser! … Mais vaste est la matrice, disons-le ainsi, et nul ne peut enfreindre la libertĂ© des uns, et le manque cruel qu’en ont tous les autres…

 

Femme Ă  sa toilette

samedi, août 4th, 2018

F.H.P. Lornet (2018)
Femme Ă  sa toilette

 

On m’a demandĂ© de mettre (^^) une photo sexy de mon Ă©pouse, alors je m’exĂ©cute 🙂
Il faudra, lorsque je n’aurai plus Ă  me prĂ©occuper de faire moi-mĂȘme les tirages (haha) qu’elle soit exposĂ©e en trĂšs grand format.
6 x 3,4 … mĂštres.
Ça reste raisonnable tout en montrant que le fameux “4 par 3” n’est rien de plus qu’une invention de publicitaires dĂ©biles pour des consommateurs crĂ©tins.
L’art ne s’accoquine pas avec le caniveau des “Ă©lites”.

Lapin au foin

jeudi, janvier 11th, 2018

Lapin au foin, colibri Ă  l’eau de vie, et entonnoirs fumĂ©s. C’est le menu.
La voix est rouillĂ©e de n’avoir pas servi comme telle depuis vingt ans, les doigts aussi, mais ça fera un marqueur (autant dire une un-nĂ©cessitĂ©).
F.H.P. Lornet (lyrics et sing) sur Taylor 410, DeArmond 210, Rþde NT-2, Acus OneforAll et carte son pas faite pour ça, mais bon 🙂

Conte concis tout public.

Shortlist failure

lundi, mars 6th, 2017

Tristement, de place il a manquĂ© pour que les clichĂ©s des “18 vues de Kyoto” soient retenus dans l’Ă©crĂ©mage du jury de la WPO 2017.
C’est donc un ‘almost fail’ qu’auront subis ces clichĂ©s pourtant fort pourvus de sens, mais peut-ĂȘtre pas assez “en eux-mĂȘmes” Ă  en juger par les rĂ©sultats de la compĂ©tition.

A voir toutefois cette page concernant les clichĂ©s dits recommandĂ©s  sur le sujet culture de la compĂ©tition dite ouverte. A mon avis, certains des meilleurs clichĂ©s sont lĂ . Vous apprĂ©cierez ou pas la navigation anti-ergonomique du site fashion-like de WOP qui vous permettra de vite en avoir marre de ne plus savoir oĂč vous en ĂȘtes de votre visionnage… et de, hĂ©las, finalement aller voir ailleurs 🙁

Voici donc l’aperçu, certainement critiquable, de ma contribution. J’essayerai de faire moins bien une prochaine fois; des concours, mĂȘme gratuits, y en a plein 😉

Man troubles ( part of “18 views of Kyoto” 2015)

Those images are part of the 25 photos from the work “18 views of Kyoto” (18 vues de Kyoto) by F.H.P. Lornet.
They’re taken out from series 2 (A temps / On time)  and 3 (META) out of the 3 series ( http://www.lornet-design.comhttp://www.lornet-design.net/category/photographie/ ).

These 6 pictures mainly focus on Man ‘initial problem’: Woman and war, through a depiction of contemporary Japan.
It focuses on the need of real communications, as vain as it can be, to banish most extreme social apartheid as well as to keep cultural moves and freedom.
This series shows also the weakness of men, through their futilities, compared to the real need of the humanity to live in peace in a ‘given’ world.
Finally, the signature photo “Pause” is a wish for all mankind to take the time to rethink the vanity of its own existence and try to accomplish its real but still vain aim.
It means: make a pause in the darkness of life.

Those pictures were shot in Kyoto, Japan, in 2015 and published in january 2016 for the first 2 series, december 2016 for the third series.
They are the remains of a 15 years wait to feel how’s life in Japan and a mean to share a different vision of the world.
There was no disappointment: it’s very different, it’s much beautiful, it’s really lovable, but it stays human and has quirks.

Japan Touch 2016 compte-rendu et impressions

mercredi, mars 1st, 2017

Alors que la brume de pollution s’Ă©tendait depuis une bonne semaine sur l’hexagonie, il a fallu s’enquĂ©rir de la possibilitĂ© de se mouvoir en automobile jusqu’Ă  l’emplacement d’eurexpo dans la banlieue de Lyon. Heureusement, le contournement par les autoroutes Ă©tait autorisĂ© aux plaques comportant un numĂ©ro pair, dont hĂ©las mon carrosse fait partie.
L’arrivĂ©e le vendredi soir fut heureuse, mais aprĂšs avoir commencĂ© par installer un dĂ©but d’exposition, afin d’ĂȘtre bien sĂ»r que les crochets et le systĂšme de suspension faisaient leur office sur les parois bon marchĂ© du stand, l’absence de chauffage et la possibilitĂ© d’installer le lendemain matin finirent de nous convaincre qu’il Ă©tait temps de remballer pour bĂ©nĂ©ficier d’un repos bien mĂ©ritĂ©.
C’est donc autour de huit heures le samedi matin, et bĂ©nĂ©ficiant du chauffage Ă  air pulsĂ© (horreur par ces temps de particules fines), que nous pĂ»mes installer les 25 Ɠuvres originales constituant l’exposition des “18 vues de Kyoto” ainsi que les “variations”, des formats vectorisationnĂ©s (tagl), plus grands et imprimĂ©s sur forex.
Un trĂšs grand tissu permit de recouvrir la table et de cacher les cartons de rĂ©cupĂ©ration qui avaient servi au transport des Ɠuvres.
Evidemment, c’est toujours aprĂšs coup qu’on se dit qu’une moquette aurait donnĂ© un cachet plus cosy au stand, mais cela aurait certainement occasionnĂ© la location d’un vĂ©hicule plus adaptĂ© au transport de gros cubages, et bon… disons que zut, quoi 😀
D’un point de vue logistique et organisation, c’Ă©tait presque parfait. L’inconvĂ©nient majeur Ă©tant le systĂšme de chauffage par air pulsĂ© aussi bien Ă  l’hĂŽtel que sur le salon et qui m’ont littĂ©ralement abĂźmĂ© le vestibule rhino-laryngĂ© au point que j’ai cru ĂȘtre malade. Au final, non, une fois partie loin de cette pollution dĂ©gueulasse (merci total) tout est rentrĂ© dans l’ordre.

Il faut le dire de suite, la Japan Touch n’est pas vraiment dĂ©diĂ©e Ă  l’art. Si j’Ă©tais mĂ©chant, je dirais mĂȘme que c’est plutĂŽt le temple des marchands.
Mais soit, c’est grĂące Ă  eux que les artistes et autres associations peuvent exposer Ă  moindres frais et procurer un regard certainement diffĂ©rent sur le Japon que ce que proposent les revendeurs.

Le salon se dĂ©roule sur deux jours: le samedi, c’est le jour des fadas de cosplay anime et de la jeunesse folle :), le dimanche est plutĂŽt familial et cosplay steampunk.
L’Ă©nergie et la libertĂ© des cosplayers fait plaisir Ă  voir: 22000 mÂČ dĂ©diĂ©s Ă  la folie des rĂȘves permet de s’exprimer autrement que dans cette hexagonie Ă  l’agonie, c’est une Ă©vidence.
Je n’aurais pas cru adhĂ©rer au dĂ©lire finalement trĂšs humaniste des ‘free hugs’, mais l’ambiance donnĂ©e par le dĂ©guisement tout carnavalesque d’une bonne partie de l’audience ne permettait pas de se passer de l’envie de se laisser aller.

Je mets quelques vidĂ©os histoire d’illustrer ces douces rĂȘveries tout autant que les aspirations de la jeunesse qui contrastent fortement avec ce monde stupide de vieux croĂ»tons dirigeants.

 

 

 

 

18 vues de Kyoto Ă  la Japan Touch 2016

mercredi, février 1st, 2017

Bon, ce qui est rassurant, c’est qu’il y avait des extincteurs de chaque cĂŽtĂ©, vu qu’il y avait des portes de secours fort mal isolĂ©es, et que du mĂȘme coup, il est certain qu’on n’a pas eu trop chaud…
Au pire en cas d’incendie avivĂ© par les courants d’air, on aurait fait face 🙂

VoilĂ  donc le stand de Lornet-Design Ă  la Japan Touch de l’hiver 2016. Brrrr. La structure du stand est fort lĂ©gĂšre, trĂšs pratique, modulable, toussa… Mais bon sang que c’est laid …
Alors on a fait de notre mieux: choix de fils en perlon donc transparents, disposition des Ɠuvres Ă  l’Ɠil (pas mĂ©content du rĂ©sultat) et table en avant de l’espace d’exposition, histoire de laisser le visiteur dĂ©ambuler tranquilĂŽsse. (le tissu recouvrant la table a Ă©tĂ© dĂ©pliĂ© aprĂšs la prise de vue, je vous rassure, pour cacher le pied et les cartons situĂ©s en dessous 🙂 )

Concernant la disposition, les Ɠuvres originales sont disposĂ©es Ă  l’intĂ©rieur et au centre du stand, les Ɠuvres disposĂ©es Ă  l’extĂ©rieur Ă©tant les “variations” vectorisĂ©es et imprimĂ©es sur forex de certaines des Ɠuvres originales. Un prochain billet en fera Ă©tat plus en dĂ©tail.

Tout cela est fort ennuyeux, je le concùde, alors place au bonus! 🙂

 

Update Japan Touch 2016

vendredi, décembre 9th, 2016

Une série minimale de variations sera proposée lors de la Japan Touch 2016, en plus de la mostra de la derniÚre série des 18 vues de Kyoto intitulée META.

Grand format, beautĂ© du travail graphique, accessibilitĂ©… et en exclusivitĂ©, bien sĂ»r!

Ces Ɠuvres seront signĂ©es sur place lors de la vente (une sorte de dĂ©dicace, mais surtout un Ă©chappatoire au manque de temps ^^).
A dans quelques heures!

La mort en substance

dimanche, septembre 11th, 2016

mortLorsqu’elle frappe plusieurs coups Ă  la porte du temps, de façon rĂ©pĂ©tĂ©e, psalmodiant son air hĂ©bĂ©tĂ©, on souhaite toujours que ce soit pour quelque dĂ©bile motocyclĂ©, quelque crĂ©tin chienlit dĂ©racinĂ©.
HĂ©las, elle s’immisce toujours parmi les bons, parmi ceux qui font de la vie, courte, un questionnement honteux et jouissif, parmi ceux qui ne sont pas des autres, lĂ .
On m’a dit une fois que c’Ă©tait une salope, non, pas elle, l’autre; mais c’est tout le contraire. La salope donne Ă  jouir avant de saloper. Elle, elle ne fait que prendre.

A Françoise.

Mastering portrait with love (and luck)

dimanche, août 28th, 2016

denis_webb_web_lornet-design

Nouvelle exposition des “18 vues de Kyoto” (mai 2016)

vendredi, mai 20th, 2016

Affiche: 18 vues de Kyoto Ă  l'espace Lyon-JaponA vos agendas! ^^

Exposition vente Ă  l’Espace Lyon-Japon (16 rue Bellecombe 69006 LYON) du 2 mai 2016 au 4 juin 2016 (vernissage le samedi 21 mai de 16h Ă  19h).
En savoir plus? -> 18 vues de Kyoto

 

“Yoko Ono prĂ©cise qu’elle tient absolument Ă  se rendre Ă  Lyon courant mai (…)” 😉

 

La geste créative

mardi, février 9th, 2016

murLes estampes japonaises sont d’abord des impressions monochromes qui deviendront polychromes avec les progrĂšs de l’imprimerie. Ce sont bĂȘtement, si l’on peut dire Ă©tant donnĂ© la maĂźtrise nĂ©cessaire Ă  leur rĂ©alisation, de gros tampons de bois gravĂ©s et encrĂ©s appliquĂ©s soigneusement sur du papier.
La fascination qu’exercent les estampes provient du trait de l’artiste qui dessine le sujet, mais aussi de l’art du graveur qui doit faire apparaĂźtre en relief sur une planche de bois de cerisier chaque trait, aussi fin soit-il, chaque aplat de couleur, le tout en se souciant de l’exacte superposition des diffĂ©rents tampons, tels des calques.
On peut dĂ©jĂ  soupçonner que cette notion de calque et de superposition donnera lieu aux dessins animĂ©s dont les Japonais sont incontestablement les maĂźtres, tant techniquement que d’un point de vue crĂ©atif.

La crĂ©ation se nourrit non seulement de la quotidiennetĂ© mais aussi et surtout de la souffrance expĂ©rimentĂ©e, et c’est ce qui lui donne autoritĂ© et altruisme, on y reviendra peut-ĂȘtre plus tard.

L’apparition des estampes au XVIIĂšme siĂšcle Ă  Edo (aujourd’hui Tokyo) a Ă©tĂ© favorisĂ©e par les bourgeois et les artisans qui voulaient promouvoir un art qui leur ressemble, abordable et accessible, Ă  la diffĂ©rence de l’art aristocratique qu’Ă©tait la peinture sur fond d’or, que l’on retrouve dĂ©corant les somptueuses demeures et chĂąteaux des puissants sous la forme de kakĂ©monos, de paravents, ou de parois mobiles.
Les estampes reprĂ©sentent les mĂ©tiers, les animaux, la nature, les scĂšnes de la vie quotidienne; bref, c’est un art que l’on pourrait qualifier de populaire.
On peut mĂȘme aller jusqu’Ă  dire que c’est un art de calendrier (sans aucune comparaison avec les chatons de celui des PTT, encore que les chats sont Ă©videmment trĂšs vĂ©nĂ©rĂ©s au Japon, comme tout ce qui existe, d’ailleurs).

L’estampe est peu onĂ©reuse et elle est destinĂ©e Ă  une diffusion la plus large possible, grĂące Ă  l’imprimerie.
C’est justement une voie qu’on me conseillait de suivre lorsque je m’enquis de l’avis de quelques amis Ă  propos de mes rĂ©centes crĂ©ations photographiques. Je fus d’abord un peu intriguĂ© par l’exemple d’un Warhol dont je n’apprĂ©cie guĂšre le dĂ©lire publicitaire, Ă©tant donnĂ© les consĂ©quences nĂ©fastes, visibles aujourd’hui, d’un amusement tout Ă  fait acceptable et mĂȘme enviable Ă  l’Ă©poque.
Evidemment, je prĂ©fĂšre me rĂ©fĂ©rer Ă  la multiplication des estampes pour m’autoriser Ă  faire profiter le plus grand nombre (encore que limitĂ©) de reproductions de mes Ɠuvres.
Concernant cette problĂ©matique du nombre infini de reproductions contre l’unicitĂ© d’une Ɠuvre, j’ai mon avis: la sĂ©riation est une donnĂ©e d’abord marchande avant d’ĂȘtre Ă©ventuellement pĂ©dagogique, et elle peut dĂ©naturer le geste crĂ©atif, le sentiment mis dans une Ɠuvre. C’est probablement ce que doit vouloir signifier, entre autres, l’exposition d’objets tout Ă  fait usuels et banals tels qu’une fourchette sans valeur historique, par exemple, dans un musĂ©e.
Cependant, le capitalisme nĂ©o-libĂ©ral a Ă©galement fait sienne l’unicitĂ© des Ɠuvres, en faisant croire que c’est une raison pour augmenter indĂ©finiment la valeur marchande d’icelle.

Il faut donc trouver un milieu, juste, afin que la plupart puisse acquĂ©rir des Ɠuvres, sans qu’elles deviennent de bĂȘtes objets de supermarchĂ©.

Je pense, Ă  contrario de bien des gens du milieu, que l’Ɠuvre doit Ă©galement ĂȘtre dĂ©corative et prĂ©senter une esthĂ©tique digne (en cela je laisse son libre-arbitre Ă  l’amateur).
On a l’impression, le plus souvent, que plus une Ɠuvre est bizarre ou laide ou interlope, plus elle a de valeur. Cela doit ĂȘtre une maladie de notre temps.
N’y a-t-il point eu une pĂ©riode Art nouveau, caractĂ©risĂ©e par des lignes et des motifs plutĂŽt vĂ©gĂ©taux, alors que l’industrie battait son plein, et que justement les avancĂ©es techniques permettait de crĂ©er des Ɠuvres appelant Ă  la nature plutĂŽt qu’Ă  la technique?

Il existe aussi de façon cruelle et quasi hĂ©gĂ©monique dans l’art contemporain de la fin du XXĂšme siĂšcle et du dĂ©but du XXIĂšme une vision qui sĂ©pare irrĂ©mĂ©diablement l’Ɠuvre, en tant que signifiant, de ce son signifiĂ©. C’est ainsi que j’ai pu”admirer” un empilement de cailloux d’occasion perchĂ©s sur un pilier de section carrĂ©e au Palais de Tokyo, Ă  Paris.
SacrĂ©e recherche artistique… ou bien n’est-ce qu’une imposture de plus afin d’attirer les subventions publiques pour s’Ă©pargner le combat de l’accession au graal du RSA?  🙂

Il n’empĂȘche que dans cette gesticulation artistique, chacun peut rĂ©unir trois galets afin de les superposer, et cela sans bourse dĂ©lier. C’est un point non nĂ©gligeable.
Mais ce ne sera pas l’Ɠuvre unique, bien qu’aisĂ©ment reproductible, de l’auteur. Quant Ă  sa valeur dĂ©corative… il paraĂźtrait que c’est d’un chic fou… On s’autorise Ă  penser que ce serait mĂȘme “zen”…
Pour moi, la valeur “zen” commence une fois l’Ă©quilibre atteint irrĂ©mĂ©diablement (haha!) lorsqu’on a empilĂ© 42 galets.

Extrait de la collection iconographique imprimĂ©e “Le temps n’existe pas”

samedi, décembre 19th, 2015

Anecdote de travail.
Environ deux jours de travail, pour chaque Ɠuvre, me sont nĂ©cessaires pour que je parvienne Ă  un rĂ©sultat qui me satisfasse. Ce temps de travail n’est hĂ©las qu’un minimum, car il est impĂ©ratif de pouvoir bĂ©nĂ©ficier d’une lumiĂšre correcte pour apprĂ©hender le rĂ©sultat produit. La nĂ©bulositĂ© climatique est Ă  cet Ă©gard de premiĂšre importance: si elle dĂ©passe 40%, le travail est ralenti.
Les jours lumineux sont propices Ă  la crĂ©ation graphique; un soleil qui donne, mais point trop, une heure de bonne augure, une ambiance rĂ©vĂ©latrice… toutes choses que le commun a souvent bien du mal Ă  saisir… et pourtant il sait combien la lumiĂšre peut changer un paysage ou l’intĂ©rieur de sa maison!
Triste lot que celui de l’amoureux de la lumiĂšre et des arts qui doit se soumettre aux caprices d’Ă©lĂ©ments imprĂ©visibles!
Il faut hélas souffrir un peu, et de bien des maniÚres, pour parvenir à une création.
Fin de l’anecdote.

Quatre premiĂšres Ɠuvres sont proposĂ©es Ă  la vente et deux sont visibles dĂšs Ă  prĂ©sent dans la boutique Galerie au 51 de la rue de Godrans Ă  Dijon (les deux autres le sont sur demande), oĂč vous pourrez Ă©galement admirer et acquĂ©rir, entre autres objets d’art de provenances diverses, une superbe collection de netsukĂ©s japonais.
Ces quatre Ɠuvres signĂ©es Lornet-design font partie de la sĂ©rie verte intitulĂ©e “Le temps n’existe pas”. Les dimensions des Ɠuvres encadrĂ©es sont de 530 x 370 mm.
La collection dans son entier est prĂ©sentĂ©e sur cette page dĂ©diĂ©e aux Ɠuvres sur le Japon.
L’amateur dĂ©sirant acquĂ©rir une Ɠuvre peut le faire soit sur demande ( contact  at  lornet-design.com ) soit sur place.

Pour se mettre dans l’ambiance: http://www.petitpalais.paris.fr/en/expositions/fantastic-kuniyoshi-demon-prints

Signature (dégoulinante en JPG dégueulasse)

dimanche, décembre 13th, 2015

signatureIl est certain qu’Ă  moins d’acquĂ©rir une Ɠuvre originale et authentique crĂ©Ă©e par… moi, Ă  un prix tout Ă  fait abordable mais cependant fort justifiĂ©, vous n’aurez rien d’autre que cette capture assez vilaine, constituant elle-mĂȘme une Ɠuvre, gratuite. 🙂

Il n’est donc pas improbable que le rĂ©sultat d’une compression de fichier numĂ©rique fasse un jour prochain l’objet d’une attention plus particuliĂšre.

La teinture Yuzen

mercredi, novembre 11th, 2015
Kakejiku (Kakemono) réalisé à l'atelier Yuzen de M. Nishimura Yoshio (Kyoto 2015). Technique du pochoir.

Kakejiku (Kakemono) rĂ©alisĂ© Ă  l’atelier Yuzen de M. Nishimura Yoshio (Kyoto 2015). Technique du pochoir.

Kyoto Yuzen Dyeing Nishimuraya workshop.

Kyoto Yuzen Dyeing Nishimuraya workshop.

 

 

 

 

 

 

 

 

La teinture Yuzen est un procédé de décoration des tissus inventé à Kyoto au XVIIÚme siÚcle.
A partir du XIXĂšme siĂšcle la mĂ©thode du pochoir s’est rĂ©pandue.

Petite histoire de la teinture Yuzen (en anglais)

 

Photo

jeudi, octobre 8th, 2015

La photographie est un art, mais c’est avant tout un moyen de mettre Ă  distance. On se dare.
La photographie, c’est Ă©videmment une prise de vue, une prise de conscience, un point de vue, une position, un moment.
La photographie c’est aussi le dĂ©veloppement des clichĂ©s. On y voit ce qu’on veut. En cela, c’est bien de l’art.
Outre le plaisir rude du moment clichĂ©, c’est Ă©galement un papier, une vision, un tirage.
C’est une vaine partie du monde et une sensibilitĂ©. C’est un temps chaotique et immuable, ordonnĂ©, celui de l’indicible.

Prochainement, une production Ă  multiples visages, aux angles de vue diffĂ©renciĂ©s. EncadrĂ©es, exposĂ©es, et mĂȘme offertes.

La photographie c’est du travail, et quand il est bien fait, en gĂ©nĂ©ral, il ne paye pas 🙂

En attendant, regardez donc Le chat du rabbin d’Antoine Delesvaux et de Joan Sfar (2011). animation

Un tea mité

lundi, août 24th, 2015
Pavillon de thé, temple Tenryu-ji, Arashiyama. Photo Lornet-Design, 2015.

Pavillon de thé, temple Tenryu-ji, Arashiyama. Photo Lornet-Design, 2015.

Comme je le disais, on n’entend le monde que l’on ressent que par ses propres yeux. Chaque phĂ©nomĂšne, chaque son, chaque image rĂ©tinienne n’a de sens que par son propre arbitre. Il est donc tout Ă  fait inconcevable que l’on puisse mĂȘme imaginer communiquer de l’un Ă  l’autre, puisque chaque rĂ©alitĂ©, chaque fantasme a autant de sens qu’il y a d’individus.
Il faut Ă©galement compter avec les connaissances que l’on a, et que l’autre a, d’un sujet ou d’un monde.
Le Japon a d’Ă©tranges, au sens Ă©tymologique, mƓurs; et elles semblent mieux me convenir que celles d’ici, imprĂ©gnĂ©es de la bĂȘtise culturelle judĂ©o-chrĂ©tienne, mĂątinĂ©e Ă©videmment de tout un tas d’autres Ă©lĂ©ments provenant de diverses cultures et de temps parallĂšles.
En tant que natif de l’hexagonie, d’un continent que l’on appelle Europe, je me rends bien compte de quelle fascination pour l’Orient je suis l’objet. C’est Ă  peu prĂšs la mĂȘme qui habite ceux qui, crĂ©ateurs du soleil levant, voient en cette Europe, souvent historique plutĂŽt que contemporaine, une sorte d’eden.
Du coup, n’est-ce pas bien plutĂŽt la rencontre de ces fascinations qui importe plus que leurs sujets?

Extrait de la correspondance privée du Voyage à Kyoto, agrémentant des photographies non publiées:

“Tout d’abord quelques maisons en allant vers le chemin des philosophes, un exemple d’autel dans un sanctuaire shintĂŽ. Les sanctuaires shintĂŽ sont probablement trĂšs similaires Ă  ce qui existait en Gaule Ă  l’Ă©poque celtique et romaine: vastes et remplis de dizaines d’autels plus ou moins imposants, tous en relation avec un lieu ou des animaux ou les Ă©lĂ©ments ou des personnes. Je vous laisse dĂ©couvrir ce qu’est le shintoĂŻsme sur la wikipĂ©dia.”

Il y a, Ă  l’Ă©vidence des cƓurs, une similitude remarquable, mais hĂ©las opposable en raison de l’Ă©cart temporel qui les sĂ©pare, entre le shintoĂŻsme et les religions, pour le peu qu’on en connaĂźt, celtiques. Du point de vue de l’archĂ©ologue, la topographie des lieux est fort semblable: sur une colline tenant plus de la montagne, abritĂ©e par une forĂȘt, serpentent plusieurs chemins dallĂ©s reliant plusieurs autels et habitations. Certains sont dĂ©labrĂ©s, les portillons de bois ne tiennent plus que par une inertie fragile. S’ils ont encore quelques lanternes de pierre, il est heureux qu’elles soient droites et debout. La forĂȘt cache et abrite, couvre et protĂšge un havre de paix et de moustiques voraces.
Le visiteur impromptu pourrait penser que c’est lĂ  un endroit dĂ©sertĂ©, abandonnĂ©, laissĂ© vacant; mais il se ravise bientĂŽt en croisant, rarement, mais certainement, plusieurs visiteurs du cru, venus faire quelques vƓux, ou simplement respirer l’air paisible d’une civilisation sur son dĂ©clin.
Car oui, le 25 juin dernier, a eu lieu la premiĂšre exĂ©cution capitale de l’annĂ©e, pratiquĂ©e par pendaison uniquement. Oui, l’appĂąt du gain a permis la remise en route des installations nuclĂ©aires sur un sol volcanique, oui, le pays s’est engagĂ© Ă  soutenir un effort de guerre aux cĂŽtĂ©s de ceux qui les ont soumis.

La politique et ses consĂ©quences est l’une des matiĂšre les plus facilement prĂ©visible. Elle est comme la volatilitĂ© de l’HumanitĂ©, instable, insatiable, soumise Ă  la fulgurante bĂȘtise de ceux qui la font.
Il y a pourtant un lieu, un espace plutĂŽt, oĂč l’on peut se retrouver soi-mĂȘme. Une sorte d’Ă©chappĂ©e, fugace, intemporelle, hors les murs. Cette obĂ©dience, c’est la curiositĂ©, le dĂ©sir de connaĂźtre, la soif d’en savoir plus, le plaisir de la rassasiade. Le bonheur de savoir qu’on est tel que l’on peut ĂȘtre, et que, malgrĂ© la vanitĂ© de l’existence, il y a une rĂ©compense.

Bonus: oĂč l’on ne parle ni de catastrophe nuclĂ©aire, ni d’humanitĂ©; oĂč l’on ne se moque pas des “premiers ministres” et encore moins des “ministres de la dĂ©fense” ou, comme on dirait ici “de l’intĂ©rieur”. En clic. Une Ɠuvre de qualitĂ© mĂȘlant dessins calculĂ©s en 3D et dessins traditionnels 2D , comme savent les crĂ©er les Japonais. 13 Ă©pisodes d’une vingtaine de minutes chacun. Bon visionnage sachant que vivid entre crochets vous y aidera 🙂

jp_critique

La sortie de la série animée (en 2013) a semble-t-il été repoussée de quelques années en raison de la catastrophe nucléaire de Fukushima, en 2011.
Il est Ă©vident, Ă  parcourir le manga papier du mĂȘme nom que la sĂ©rie animĂ©e, que cette derniĂšre a Ă©tĂ© fortement Ă©dulcorĂ©e! Une BD en 22 volumes Ă  offrir pour les prochaines Ă©trennes 😉

Beware

jeudi, mai 28th, 2015
Caterpillar. Photo Lornet-Design, 2015.

http://www.kyotomm.jp/ Caterpillar. Photo Lornet-Design, 2015.

Coucou Richard Prince!
Prends garde,  honorable vieillard, car jamais plus tu ne feras grasse matiÚre fécale de ceux qui ne te demandent rien.
Et ne viens jamais me taquiner, car tu sauras Ă  qui tu t’es frottĂ© (un petit minimum de quelques millions de dollars bien vieux et trĂ©buchants).
Crois-moi, j’ai plus de temps que toi 🙂

Croûton!

Samaplukiléplu

vendredi, mai 8th, 2015
Jardin aprĂšs la pluie. Photo Lornet-Design, 2015.

Jardin aprĂšs la pluie. Photo Lornet-Design, 2015.

Oui, ça lave des conneries mondialisĂ©es de l’art contemporain qui prend une vitrine de coiffeur de quartier pour objet de tergiversation inutile (post prĂ©cĂ©dent), prĂ©textant une “vision” et glosant Ă  posteriori pour de futiles motifs mercantiles.
Oui 🙂
Il a donc plu. Et c’est tout.

PS: cette photographie est également à vendre, à partir de 300 euros, en fonction du type de papier utilisé et du format demandé.
L’encadrement est possible.
Bien le bonjour par chez vous!

Feedback

vendredi, avril 3rd, 2015

Suite Ă  crĂ©ation d’un pace car fonctionnel pour le championnat WEST (conduisible par la direction de course et Ă©quipĂ© de girophares visibles de jour comme de nuit), l’Ă©quipe de moddeurs Enduracers a intelligemment intĂ©grĂ© ce nouvel Ă©lĂ©ment dans le dernier Service Pack de leur mod internationalement reconnu comme Ă©tant tout simplement le meilleur pour rFactor.
L’Ă©quipe d’Enduracers est constituĂ©e de passionnĂ©s qui, pour certains, travaillent Ă©galement dans le monde du sport automobile. Ainsi, les tests sont effectuĂ©s par de vĂ©ritables professionnels, techniciens, ingĂ©nieurs et pilotes de course.
Chaque dĂ©tails du mod Endurance Series est peaufinĂ© et testĂ© avant d’ĂȘtre dĂ©voilĂ© publiquement, ce qui explique un temps d’attente parfois long 🙂
Le SP3 du mod Endurance Series comprend Ă©galement les scĂšnes 3D ainsi que les templates de dĂ©coration des voitures sous licence Creative Commons (CC BY-NC-ND je suppose). Il est ainsi entiĂšrement personnalisable sous condition d’accord avec Enduracers, gratuit et non commercial.
La page d’annonce de la sortie du SP3 du mod Enduracers Endurance Series pour rFactor (screenshot ci-dessous).
La page de crĂ©dits du mod Endurance Series d’Enduracers (screenshot ci-dessous)
Vous aurez compris, mĂȘme Ă  la NSA, qu’Ă©tant crĂ©ditĂ© pour ma maigre contribution (la flĂšche verte sur les images), je fasse un peu de pub pour cette production de qualitĂ©.

Enduracers_SP3_release

Enduracers SP3 release website screenshot.

Enduracers_credits

Enduracers credits website screenshot.

 

 

 

Etude de main anatomiquement ratée

lundi, janvier 19th, 2015

Sondage au pifomĂštre

 

Fusain et sanguine, crayon, sur papier 90g.

Tous unis pour toutes les causes

mardi, juin 11th, 2013

Lornet-Design soutient l’association La pĂ©niche du cƓur avec la crĂ©ation d’un logo!

rFactor skin BMW E90 "La pĂ©niche du cƓur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

“La pĂ©niche du cƓur”

rFactor skin BMW E90 "La pĂ©niche du cƓur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

“La pĂ©niche du cƓur”

rFactor skin BMW E90 "La pĂ©niche du cƓur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

“La pĂ©niche du cƓur”

rFactor skin BMW E90 "La pĂ©niche du cƓur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

“La pĂ©niche du cƓur”

rFactor skin BMW E90 "La pĂ©niche du cƓur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

“La pĂ©niche du cƓur”

rFactor skin BMW E90 "La pĂ©niche du cƓur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

“La pĂ©niche du cƓur”

rFactor skin BMW E90 "La pĂ©niche du cƓur" TUPTLC 2013. Graphic design Lornet-Design.

“La pĂ©niche du cƓur”

 

 

 

 

 

 

La FFSCA (fĂ©dĂ©ration française des simulations de courses automobiles) parraine une course d’endurance “open” de 4 h sur le jeu rFactor Ă  l’occasion de l’Ă©vĂ©nement “tous unis pour toutes les causes“, organisĂ© par la ligue Tourisme et GT et le site PilotesF1.com.
Le but de cette compĂ©tition de simulation automobile est de reprĂ©senter des associations Ă  vocation humanitaire ou sociale et de rĂ©colter des dons qui seront offerts Ă  l’association soutenue par le gagnant de la course.
C’est donc un Ă©vĂ©nement placĂ© sous le signe de la gĂ©nĂ©rositĂ© auquel chacun peut participer grĂące Ă  un site web dĂ©diĂ©: TUPTLC.fr

La course se dĂ©roulera le 4 juillet 2013 sur le circuit d’Interlagos au BrĂ©sil, les voitures utilisĂ©es seront des BMW E90, tirĂ©es du mod BMW E90 Super Trophy (WTCC – BMW E90 Mod by Thome – Converted by MaNTzEl aka AmStaFF). Chaque Ă©quipage de 2 personnes doit crĂ©er une carrosserie reprĂ©sentant l’association qu’il a choisie afin d’en faire la publicitĂ©.
Lornet-Design a choisi, sur d’avisĂ©s conseils, de reprĂ©senter l’association PĂ©niche du cƓur, qui a pour but l’hĂ©bergement d’urgence dans une ambiance conviviale, favorisant les Ă©changes humains, dans l’esprit et le respect de la charte des Restos du cƓur.
SituĂ©e Port Saint Bernard / Jardin Tino Rossi dans le 5Ăšme arrondissement de Paris, la pĂ©niche du cƓur accueille des personnes sans-logis. Pour en savoir plus, visitez Ă©galement l’ancien site www.penicheducoeur.org.

L’Ă©quipe courra sous les couleurs de la team LCC (Les Casse-Cou) qui ne mĂ©nage pas ses efforts pour permettre aux pilotes de s’entraĂźner sur leurs serveurs ouverts et qui organise de nombreux opens.

Lornet-Design a rĂ©alisĂ© la peinture de la carrosserie de la voiture numĂ©ro 22 “PĂ©niche du cƓur” de la team LCC. Le cahier des charges demandait de rappeler les couleurs de la pĂ©niche ainsi que sa silhouette longitudinale, afin que l’association soit clairement identifiable. Le choix d’un thĂšme bicolore blanc et bleu utilisĂ© sur la pĂ©niche s’imposa, de mĂȘme que la reproduction des lisses de coque bleues, dĂ©calquĂ©es sur les flancs de la voiture.
Afin d’obtenir une texture de qualitĂ©, il a fallu reproduire le cartouche portant le nom de la pĂ©niche au format vectoriel, ce qui permet de le dimensionner Ă  loisir sans pixellisation.

Il manquait toutefois un vĂ©ritable logo, car l’association ne semble pas en possĂ©der. L’idĂ©e de la bouĂ©e, symbole du sauvetage, m’a permis de rĂ©unir les Ă©lĂ©ments constituants le nom de l’association en un seul logo: la pĂ©niche ainsi que sa mission sociale sont figurĂ©es par la bouĂ©e, et le cƓur est dessinĂ© grĂące Ă  la saisine en corde. Le logo a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© dans un format vectoriel, en deux variantes, l’une en relief (visible sur la voiture), l’autre en aplat de couleurs.

Ces logos, utiles pour la communication imprimĂ©e et via les Ă©crans seront gratuitement mis Ă  disposition de l’association, si elle le souhaite. L’ unique contrainte, inhĂ©rente Ă  la crĂ©ation artistique sera l’obligation de ne pas modifier la crĂ©ation sans le consentement de l’auteur.

Recyclage graphique

mardi, janvier 15th, 2013

AprĂšs tout, pourquoi pas. Ça fera la nique Ă  l’outsourcing, principe de base des concours graphiques destinĂ©s Ă  faire travailler d’honnĂȘtes et pauvres artistes gratuitement.
Voici donc une livrĂ©e recyclĂ©e, un peu Ă  l’arrache, les dĂ©lais Ă©tant assez courts, mais surtout parce que le carrossier a dĂ» la peindre en piĂšces dĂ©tachĂ©es 🙂 -il s’attachera Ă  mieux faire les raccords la prochaine fois-
Une premiĂšre qui en amĂšnera peut-ĂȘtre d’autres. Le site des Casse-Cou, sympathique Ă©quipĂ©e belge s’adonnant aux joies de la simulation automobile sur RFactor.

Chevrolet Lacetti by LD

Chevrolet Lacetti by LD

Neural engine

jeudi, avril 5th, 2012

Team Screw Driver

Screwed

Fast cars and koons-eries

vendredi, octobre 8th, 2010

Personnellement le homard gonflable ne me sied que trĂšs peu. Mais je dois bien avouer que j’aime assez avoir champs libres sur roues. Illustration : “champs libres” par Lornet-Design et BMW art car 2010 par Jeff Koons.

Champs libres versus Koons BMW art car.

Ultime bistouri

lundi, septembre 27th, 2010

Photographie

Ultime bistouri, derniĂšre chance.

Se faire entendre ou se faire Ă©tendre…

jeudi, juillet 1st, 2010
Humanity 2010

Humanity 2010

Le systĂšme global que servent aveuglĂ©ment les individus broie l’HumanitĂ©.
La démocratie indirecte souffre de ses intermédiaires compulsifs et vénaux.
On ne fera jamais table rase. Aujourd’hui, l’Ă©coute est un vain mot, l’irresponsabilitĂ© une rĂšgle de nantis.
La souffrance demeure grandissante, et GaĂŻa est difficilement atteignable. C’est pourtant lĂ  que nous sommes tous amenĂ©s Ă  finir.

Dijon 3D, une initiative artistique numérique

samedi, mars 20th, 2010

Lornet-Design lance un nouveau site pour illustrer sa vision en 3d de la ville de Dijon.
Pour ces dĂ©buts, seules des images et une vidĂ©o de la rue StĂ©phen LiĂ©geard et de la rue des Forges Ă  Dijon sont accessibles, en attendant une solution satisfaisante et “universelle” pour prĂ©senter une vĂ©ritable 3d aisĂ©ment navigable. Les langages VRML et X3D seraient Ă  mĂȘme de satisfaire ces besoins, mais ils sont encore tributaires de plugins.
Java reste la meilleure façon d’afficher une vĂ©ritable 3d multi-plateformes (entre autre grĂące Ă  Jmonkey). Une collaboration avec un programmeur talentueux est en cours…
Le site de Dijon en 3D par Lornet-Design.

3D tourisme Ă  Dijon

Islanda 6000 Artwork

mercredi, janvier 6th, 2010
3D chat

3D chat

Cyberspace

Cyberspace

Big stick and the woman

Big stick and the woman

Paradise beach

Paradise beach

Blonde girl

Blonde girl

Nymph at night

Nymph at night

Islanda 6000 3d island Online with chat

samedi, janvier 2nd, 2010
Islanda beach

Islanda beach

Islanda 6000 U is online :
http://www.tourisme-3d.com/islanda6000u/blaxxun/contact.htm

You need to install Blaxxun plugin and use IE based browsers 😉  More infos and links on Outside page.

Enjoy virtual world and mini-game (use your mind)  🙂

##############################################
Islanda 6000 U – Notice des crĂ©ateurs – 2010
# ISLANDA 6000 U : a mini-game artwork created by Lornet-Design for http://www.revemonde.net blaxxun server
# @ http://outside.revemonde.net
# Web location :
http://www.tourisme-3d.com/islanda6000u/blaxxun/contact.htm
# Copyrights Lornet-Design 2009-2010.
http://www.lornet-design.com 
# contact(at)lornet-design.com
#No reproduction allowed without permission of the authors.
#Thanks to Sarah for her unconditionnal help for 10 years.
#Thanks to ArsĂšne for the stop-animation script and for help on the SharedEvent setup and much more.
#Thanks to GilTheB for giving the keywords “Drawop” and for his “nobeam” code.
#Thanks to Bob Crispen for the disappear script.
##############################################

Creative web3d : Islanda 6000 U

lundi, décembre 28th, 2009

Voici un aperçu en vidĂ©o de l’Ăźle 3D crĂ©Ă©e par Lornet-Design: Islanda 6000 U.

Cette Ăźle prĂ©sente deux cĂŽtes et une pointe rocheuses. Une forĂȘt s’adosse sur les grandes falaises de l’est, alors qu’Ă  l’ouest une pointe rocheuse menace les bateaux en perdition. Au sud, des falaises affaissĂ©es accumulent les galets roulĂ©s par la houle incessante et mĂąchĂ©s par les dĂ©ferlantes. Trois plages permettent l’accostage facile des bateaux luxueux qui s’aventurent parfois sur Islanda 6000 U…

MĂȘme dĂ©serte, Islanda 6000 semble ĂȘtre habitĂ©e. Un curieux destin attend ceux qui s’aventurent sur son sol…

Game design : a 3D island

mardi, décembre 15th, 2009

Lornet-Design connaĂźt bien Internet : il en est issu.
Internet n’est pas seulement un moyen de communication ou de commercialisation, c’est aussi une machine Ă  Ă©mulsions et on y trouve quelques perles rares (dĂ©pĂȘchez-vous, l’ivraie est en train de supplanter le bon grain) .
Avant de se lancer dans un ambitieux projet de web 3D, Lornet-Design s’attaque Ă  l’Ă©laboration d’une scĂšne 3D VRML reprĂ©sentant une Ăźle. TraitĂ©e comme un dĂ©cor de jeu vidĂ©o dans lequel quelques interactions multi-utilisateurs seront possible , cette scĂšne est un Ă©lĂ©ment d’un scĂ©nario plus global…
C’est Ă  la fois un challenge graphique et une approche de la programmation VRML qui permet de partager les animations Ă  plusieurs : grĂące Ă  un serveur une animation dĂ©clenchĂ©e par un des participants est visible pour les autres et entraĂźne des consĂ©quences visibles par tous 🙂 .

L'Ăźle eau, une Ăźle en 3D VRML

L'Ăźle eau, une Ăźle en 3D VRML multi-utilisateurs

L’Ăźle eau est un travail de maĂźtrise. Toutes proportions gardĂ©es, cette Ăźle 3D fait appel Ă  diffĂ©rentes technologies de pointe (bien sĂ»r 🙂 ) : le multi-texturage, les Ă©vĂ©nements partagĂ©s, les animations 3D et sonores ainsi qu’un gameplay simple mais efficace.
Pour suivre le dĂ©roulement de la crĂ©ation et remercier par la mĂȘme occasion l’aide prĂ©cieuse apportĂ©e par les RĂȘvemonde angels, je vous propose un lien : live creation of a 3d multi-user VRML island
A bientĂŽt pour la campagne de promotion.

Querelle # 2 – 009

vendredi, juin 12th, 2009

Juin 2009.

Querelle # 2, juin 2009.

Querelle # 2, juin 2009.

Le magazine Querelle numéro 2, émanation des derniers hommes (art de la scÚne, arts visuels et nouveaux médias) est enfin paru. Il rassemble une sélection de graphismes choisis parmi ceux édités numériquement dans les quatre numéros annuels de Querelle en ligne.
Querelle papier est distribué :

– Ă  Dijon, librairie Chapitre Privat Lib de l’U (17, rue de la LibertĂ© ou 5, rue de la Poste), librairie Grangier (14, rue du ChĂąteau, place Grangier), librairie Gibert Joseph (22, rue des Forges), librairie Fnac (24, rue du Bourg)
– Ă  Paris, librairie Beaubourg (par lĂ , oui), librairie Artazart (83, quai de valmy), librairie Palais de Tokyo (13 avenue du PrĂ©sident Wilson)
– Ă  Nantes, librairie du Lieu Unique (2, rue de la biscuiterie)
– Ă  Lyon, librairie Descours (31, rue Auguste Comte)

et sûrement ailleurs, en tout cas partout grùce à la commande en ligne sur www.querelle.fr dont voici un récapitulatif :

Querelle papier # 1 (40 pages, 21×26 cm) : 5 €
Querelle papier # 2 (80 pages, 21×26 cm) : 8 €

Commande par chĂšque Ă  l’ordre de “les derniers hommes”.
Les derniers hommes
19, rue du Tillot
21000 Dijon

Walking the Dog ?

jeudi, mai 14th, 2009

“Les rĂ©sultats du concours seront annoncĂ©s sur ce site Ă  partir du 11 mai
Telle est la sentence annoncée sur le site de Dark Dog concernant les résultats du concours de graphisme 2009.
Diantre, il n’y a pas de date limite… c’est des petits malins 🙂 .
Alors que tous croyaient Ă  une rĂ©solution de l’ “affaire” avant la mi-mai, il semblerait que, soit par stratĂ©gie marketing, soit par commoditĂ©, soit encore par gromerdierdanslesvotesdunet, Dark Dog prenne son temps et ait dĂ©cidĂ© de promener le chien histoire de prendre l’air … Ok, vacances ! 🙂 .

Promener le chien… Rufus thomas

Ça, c’est funky gentil… Et ça c’est un brin plus consistant et sonic :

Bonne promenade DD 🙂

Edition spĂ©ciale ! En ce vendredi 15 mai 2009, les rĂ©sultats du vote des internautes sont publiĂ©s. OĂč l’on apprĂ©ciera la valeur de ce type de votation… On en reparlera 🙂 .

Dark Dog trendy e-marketing ?

mardi, mai 5th, 2009

Le concours Dark Dog 2009 est terminĂ© : encore une semaine avant les rĂ©sultats officiels du vote des internautes qui semblent d’ores et dĂ©jĂ  prometteurs Ă  en juger par les commentaires du “mur d’expression” sur le site du concours Dark Dog 🙂 .

Une bonne partie des participants a mis en scÚne ses créations graphiques en 3D : simple image 2D plaquée sur une silhouette de canette, véritable rendu 3d (parfois avec quelques malheurs de mapping), toutes les techniques ont été utilisées avec plus ou moins de succÚs, mais la plupart sont éloquentes.

Lornet-Design a Ă©galement choisi de mettre en scĂšne sa canette en 3D (des rendus image, une animation vidĂ©o) , mais a poussĂ© le vice jusqu’Ă  faire revivre une scĂšne VRML (3D temps rĂ©el pour le web) de discothĂšque , avec musique live, gogo danceurs et tout le toutim n’est-ce pas :).  C’Ă©tait sur Outside ça.
Attention, la vidéo a été filmée avant que la scÚne soit terminée.
Cette scĂšne n’est plus en ligne depuis le 30 avril 2009, date de la clĂŽture des participations au concours Dark Dog.
Peut-ĂȘtre la retrouverez-vous Inside… Mais l’ entrĂ©e de ce site est un vĂ©ritable parcours du combattant: mieux vaut vous inscrire Ă  la starac 🙂 .

Au fait, est-ce que Dominique des Dogs aurait bu du Dark Dog ? 🙂  Et que dire de Slaughter and the Dogs ? Et les Sham 69 ne disaient-ils pas qu’il fallait donner un os au chien (Give a dog a bone dans la langue de Shakespeare) ?

dark dog / dark dogs

dark dog / dark dogs

Punk is not dead ! 🙂

Collector Dark Dog bottle by Lornet-design (3D animation)

samedi, avril 4th, 2009

Voici la vidéo animée de la bouteille Dark Dog édition limitée #4 réalisée par Lornet-Design pour le contest 2009.

N’oubliez pas de votre pour ce visuel sobre et pourtant efficace sur le site du concours Dark Dog 2009 !

Dark Dog # 4, les détails by Lornet-Design

vendredi, avril 3rd, 2009

Voici quelques dĂ©tails de l’ “incredible bottle” dessinĂ©e par Lornet-design pour le contest Dark Dog 2009:

Dark Dog bottle view # 1

Dark Dog bottle view # 1

Dark Dog bottle view # 2

Dark Dog bottle view # 2

Dark Dog view #3

Dark Dog view #3

Doggy detail Lornet-Design for Dark Dog

Doggy detail Lornet-Design for Dark Dog

Limited edition #4 by Lornet-Design 4 Dark Dog

Limited edition #4 by Lornet-Design 4 Dark Dog

Dark Dog logo by Lornet-Design 2009 (detail)

Dark Dog logo by Lornet-Design 2009 (detail)

Lornet-Design participe au concours Dark Dog 2009

vendredi, avril 3rd, 2009
La proposition de Lornet-Designpour le Dark Dog contest #4, 2009

La proposition de Lornet-Design pour le Dark Dog contest #4, 2009

Dark Dog est une marque de boisson Ă©nergisante (ou soft drink) Ă  forte teneur en cafĂ©ine. Elle est utilisĂ©e par une population de jeunes adultes Ă  l’occasion de soirĂ©es en discothĂšque ou dans les bars afin de maintenir un Ă©tat d’Ă©veil forcĂ©. C’est une boisson sociale qui permet d’ĂȘtre plus « performant » qu’Ă  la normale, ou tout du moins de s’endormir moins vite 🙂 .
Dark Dog a une politique marketing agressive : la marque est le sponsor de plusieurs types de sports extrĂȘmes (motos, snowboard, dragster, drift, voltige et mĂȘme le rugby Ă  13) ainsi que de soirĂ©es musicales (technoparade, soirĂ©es sonores, festivals de musique electronique…).
Dark Dog est aussi l’organisateur de soirĂ©es d’hiver en discothĂšques associĂ©s Ă  des contests de snowboard et d’Ă©vĂšnements de plage pendant l’Ă©tĂ©, sur fond de concerts techno.

Et bien sûr, Dark Dog organise des concours variés ainsi que des jeux en ligne.
L’essence de la boisson Dark Dog, condensĂ© d’Ă©nergie goĂ»t guarana, se reflĂšte dans les happenings marketing de la marque : sports de glisse extrĂȘmes ou mĂ©caniques, folles soirĂ©es musicales ou se trĂ©moussent de pulpeuses demoiselles, le tout dans une ambiance jetset.

On peut dire qu’avec Dark Dog tous les sens sont en Ă©moi 🙂 .

Le concours de crĂ©ation graphique pour l’habillage de la canette Dark Dog Ă©dition limitĂ©e # 4 produite Ă  100 000 exemplaires.

Ce concours n’Ă©chappe pas Ă  la rĂšgle du rĂšglement 🙂 : je passerai sur les formalitĂ©s administratives pour m’intĂ©resser directement aux contraintes crĂ©atives.

« IdĂ©alement, votre crĂ©ation reflĂ©tera votre perception et interprĂ©tation de la boisson et de l’univers Dark Dog Ă  la maniĂšre d’un Tribute ou d’un Fan Art et vous intĂ©grerez naturellement votre signature de maniĂšre discrĂšte dans le visuel. »

La signature est demandĂ©e, Dark Dog veut une Ɠuvre d’art dĂ©diĂ©e Ă  la marque. Pour l’artiste, c’est un excellent moyen d’Ă©panouir son ego (diantre) et d’Ă©tendre sa notoriĂ©tĂ©.

« Pour ce qui est du style et des couleurs, votre crĂ©ation est totalement libre. RĂ©alisable en quadrichromie, toutes les techniques de crĂ©ation sont acceptĂ©es (illustration, graphisme, photographie, photomontage, graffiti, collage, …) Ă  la condition d’envoyer votre crĂ©ation sur le template de gabarit officiel (…) »

Une totale libertĂ© de crĂ©ation s’offre alors Ă  l’artiste, s’il respecte quelques contraintes de bon sens :

  • le patron de gabarit officiel
  • les rĂ©fĂ©rences couleurs si la crĂ©ation est Ă  dominante rouge et/ou jaune
  • le logo s’il est intĂ©grĂ©
  • la mention « LIMITED EDITION # 4 »
  • la mention du pseudo de l’artiste
  • les spĂ©cifications techniques
  • les spĂ©cifications relatives aux contraintes d’impression sur la canette
  • l’image de la marque et de celle des marques concurrentes
  • les rĂšgles morales et Ă©thiques
  • les droits d’auteur s’il y a utilisation de photos ou d’Ă©lĂ©ments graphiques extĂ©rieurs

La principale contrainte technique est de prendre en compte la dĂ©formation du motif dans sa partie supĂ©rieure, due Ă  la mĂ©thode de fabrication et d’impression de la bouteille.

La canette est un tube d’aluminium cylindrique ouvert Ă  une extrĂ©mitĂ©, crĂ©Ă© par emboutissage d’un opercule de mĂ©tal.

Le motif est peint directement sur ce cylindre,  dont la partie supĂ©rieure est ensuite mise en forme par Ă©crouissage, d’oĂč la dĂ©formation du motif peint initialement.

Voir cette vidéo sur la fabrication de la canette de collection Dark Dog : http://www.darkdogcity.com/fichiers_upload/videos/vid-171020070300or.flv

On ne sait toutefois pas si le motif va ĂȘtre peint ou imprimĂ© sur un film plastique qui sera ensuite thermo formĂ© et scellĂ© sur la bouteille… Il en rĂ©sulte en tout cas une dĂ©formation au niveau du col.

On peut cependant empiéter sur la zone déformée (en bleu sur le template ci-dessous) comme le montre la canette collector # 2, dont le graphisme a été réalisé par SlashDesign.

http://www.trendsnow.net/darkdogcancontest/2007/02/cest_avec_un_im.html

La zone hachurée en vert semble tout à fait utilisable.

dark dog bottle technical settings

Le gagnant du Dark Dog design contest # 2 : zone de déformation

Une seconde contrainte technique est l’obligation de peindre une sous-couche blanche sur toute la surface de la canette dans le cas oĂč un aplat jaune est utilisĂ© dans le dessin, et ceci quelle que soit la taille de l’aplat.

L’utilisation du jaune rend donc impossible le jeu avec la transparence (la canette est en aluminium).

Une troisiĂšme contrainte implicite : la canette Ă©tant cylindrique, on ne voit Ă  la fois qu’un tiers du dĂ©veloppĂ© de l’illustration. Les prĂ©cĂ©dents contests ont montrĂ© que le fait de crĂ©er un motif occupant un tiers ou deux tiers de la surface de la canette importe peu.

La crĂ©ation de Lornet-design expliquĂ©e : “Dark Dog Deluxe”

Le « design graphique » (arg, je l’ai dit le mot interdit !) conçu par Lornet-Design est tout autant une dĂ©marche marketing qu’une Ɠuvre d’art : les motifs, les couleurs bref le design est fait pour que la bouteille edition limitĂ©e # 4 Dark Dog soit vue comme la seule digne d’intĂ©rĂȘt parmi une foultitude d’autres boissons Ă©nergisantes.

On ne doit voir qu’elle dans les rayons et sur les zincs, et l’on comprend Ă  cette aune l’intĂ©rĂȘt marketing de la charte graphique standard de Dark Dog.

La symbolique du dessin doit renseigner en moins d’une seconde sur le contenu de la bouteille, en plus d’ĂȘtre esthĂ©tiquement agrĂ©able Ă  l’Ɠil et cela, de la tĂȘte de gondole de supermarchĂ© aux tables des discothĂšques et autres night-clubs.

Dark Dog c’est le coup de foudre Ă  la premiĂšre rencontre.

Le logo Dark Dog ainsi que la police utilisée sont forts bien choisis et ne méritent donc pas de retouche dans le cadre de ce graphisme original.
Conserver le logo est un atout marketing, c’est sur la connaissance et la reconnaissance de son image qu’une marque construit sa notoriĂ©tĂ©.

Qui plus est  le respect du logo, s’il est intĂ©grĂ©, est une des contraintes imposĂ©es par Dark Dog.

La canette limited edition # 4 est un objet collector qui risque d’ĂȘtre conservĂ©, comme tous ces objets publicitaires du siĂšcle dernier que l’on retrouve dans les vide-greniers et les brocantes et qui font le bonheur des dĂ©corateurs et chineurs d’aujourd’hui.
Sans prĂ©tendre atteindre l’indĂ©modable « universel », un objet collector se doit Ă  mon avis  d’ĂȘtre emprunt de sobriĂ©tĂ©. C’est cette idĂ©e qui dirige ma crĂ©ation.

Afin de coller Ă  la fois Ă  l’image de la boisson Ă©nergisante Dark Dog tout autant qu’Ă  l’image du sponsor de sports mĂ©caniques, la bouteille est conçue comme un carter de moteur.
Elle symbolise donc la puissance d’un moteur Ă  explosion, puissance que le buveur va pouvoir s’approprier tel un carburant.
La texture couvrante simule donc un métal finement granuleux, sablé et anodisé bleu nuit dans lequel sont usinés en défonce les textes et le logo Dark Dog.

Un lĂ©ger effet de relief sur les pourtours de ces motifs trompe l’Ɠil afin qu’ils semblent ĂȘtre gravĂ©s dans la matiĂšre. La surface principale du logo et de la marque n’est pas imprimĂ©e et laisse donc transparaĂźtre l’aluminium.

Les zones en rouge ne sont pas imprimées et laissent apparaßtre l'aluminium.

Les zones en rouge ne sont pas imprimées et laissent apparaßtre l'aluminium.

Seules les mentions de l’auteur « by LORNET-DESIGN » et de la dĂ©finition de la boisson « GUARANA ENERGY DRINK » sont imprimĂ©es entiĂšrement car la graisse des polices ne permet pas de jouer Ă  la fois avec la transparence et de leur appliquer un effet de relief.

Le dynamisme et l’Ă©nergie contenue dans la boisson sont symbolisĂ©s par un Ă©clair qui passe derriĂšre les polices et le motif du logo. Il est de couleur violacĂ©e avec un lĂ©ger halo clair sur son pourtour.

Il part de la lĂšvre du goulot, passe par l’Ă©paule et fini par s’Ă©tendre sur toute la surface du fĂ»t de la bouteille.
La partie supĂ©rieure de l’Ă©clair principal (sur le col et l’Ă©paule) est plus Ă©paisse afin de conserver une taille homogĂšne malgrĂ© la dĂ©formation du graphisme sur cette partie (voir les dĂ©tails).

La mention « more energy » est Ă©vincĂ©e : le motif donnĂ© dans le kit de participation figurĂ© comme un lettrage tamponnĂ© n’est pas trĂšs heureux. Et mĂȘme si on peut le travailler ou le rĂ©interprĂ©tĂ© ce genre de rajout commercial n’a pas sa place sur un objet collector.