Archive for the ‘sancat’ Category

Nouvelle: La froutiniasse – ode à la baise

mercredi, mars 1st, 2017

Alors qu’il arrivait sur le quai de la gare, à potron-minet, dans un halo de brumasse et de froideur tiède d’un automne délavé, Constant se sentit soudainement pris d’un élan poétique. L’apparition de la lueur solaire le mit en émoi. Les quelques rares figures qui se dessinaient sur le quai devinrent tout-à-coup de véritables œuvres de la nature et, parmi elles, il distinguait celle d’une nymphe aux formes corporelles parfaites: une poitrine rebondie et audacieuse, mais sans outrecuidance, un fessier ferme surmontant une cuissauderie galbée, le tout dans une apparente perfection des proportions.
Cependant, voici que le train premier venait à sa rencontre. Il s’ébroua mentalement les idées afin de se soustraire à toute velléité de fornication subite et pressa le pas tandis qu’il enjambait le marchepieds du wagon.
Une fois à l’intérieur, la délicatesse de la jeune femme qui avait perversement choisi la même rame que lui, le prit à la gorge. Une irrésistible envie de consulter les nouvelles insipides outredivulguées par les canaux médiatico-sociaux le prit et il se décida à compulser son téléphone ordinateur.

Le temps n’était pas à la joie, le système global, comme il l’aimait à l’appeler, semblait se faire de jour en jour plus épineux face à ceux qui le vénéraient, et ses principières convictions commençaient à s’effriter dans un mouvement de flux et de reflux incessant.

« Cesse donc de te focaliser sur l’insipidité d’un houellebecq ou la misère d’une loana qui, tout deux, sont les fruits de l’inexistence de ces temps, ou, du moins, en sont les parties émergées seules visibles par la crétinerie démocratisée » se dit-il en lui-même.

Voilà que la nymphe se décidait à aller aux toilettes et, passant à côté de lui, faisait sentir le parfum enivrant d’un canal expérimental.

-il la suivit.