Archive for novembre, 2018

L’art de la table

vendredi, novembre 30th, 2018


“L’art de la table” means, in french, both at the same time the way you cook and the way you appreciate the food, in a sense you may eventually find in japanese food art.
It’s not at all the matter, here, whatever categories this post may be in 🙂

“L’art de la table” signifie, en français, à la fois la façon dont on cuisine et la façon que l’on a d’apprécier la nourriture, au sens que l’on peut éventuellement retrouver dans la cuisine japonaise.
Ce n’est absolument pas le sujet ici, peu importe les catégories associées à ce billet 🙂

Landing

dimanche, novembre 25th, 2018

Let’s go back slowly to some physical work after so many futilities.
In the meantime, let’s keep on publishing some work to feed the web.

Female french voice, superb ;)

lundi, novembre 19th, 2018

C’est une libertine,
Avec n’importe qui elle s’acoquine
C’est une vraie femelle,
Une authentique rebelle

🙂

Sample from:

Le chaperon

vendredi, novembre 16th, 2018

Il est de coutume pour les modèles de toujours imposer un chaperon, surtout pour les shootings de nu… forcément.
Le photographe étant généralement mâle et le modèle femelle… ^^

Omagad… :

Bref, il était pourtant bien marqué qu’on était conscients, vaccinés, toussa, non?

Bah. L’infantilisation est un des leviers de la domination et la ‘sécurité’ un de ses prétextes.

Les voies des saigneuses…

jeudi, novembre 8th, 2018

Le Canard Enchaîné 31 octobre 2018.

 

Prenons le temps de nous gausser 🙂

Déconvenue ferroviaire

vendredi, novembre 2nd, 2018

Alors que j’avais deux shootings prévus, obtenus de haute lutte, la bêtise humaine et son corolaire économique qu’est le capitalisme m’ont empêché de réaliser le travail prévu.
Sur une ligne ferroviaire déjà amputée de sa seconde voie, dont les rails vétustes ne permettent plus de rouler à une vitesse efficace, la neige s’est abattue sur les arbres encore feuillus. L’entretien au rabais de la voie, je le connais, les branches touchent les wagons comme j’ai pu m’en apercevoir il y a quelques jours encore.
Deux jours à déblayer les branches de la voie, pas de train… Et sitôt le jeudi de la Toussaint arrivé, date à laquelle la circulation devait revenir à la normale…
Je vous le donne Émile, une grève pour le pont de la Toussaint… serait-on tenté de dire. Toujours pas de train.

On pourrait ajouter qu’avec le prix exorbitant de l’énergie et les lourdeurs de contrôles des masses véhiculées…

Alors la start-up de mémère sa fransse à son gigolo qui turlute les banquiers…

Rien de neuf donc dans le pays du roi des cons.