Archive for juillet, 2018

Devoir de vacances

mardi, juillet 10th, 2018

😉

J’adore la pensĂ©e soufi, mais Idriss, tu dis une bĂȘtise Ă  la 32e minute: le cerveau peut gonfle et le crĂąne le permet. Il est fait pour ça.
Cher Idriss, toi qui es si passionnant, averti et instruit, et surtout critique (quel bonheur!), tu dois savoir que le seul os de l’ĂȘtre humain qui ne soude (fusionne) jamais, c’est le crĂąne. Ou alors vers la fin de la vie, quand l’espoir de toute Ă©volution est bel et bien fini 🙂 .

Revois donc les bases de l’ostĂ©ogenĂšse et de son Ă©volution 😉
Finalement lorsqu’on compare la croissance de tous les os et les Ăąges diffĂ©rentiels auxquels ils fusionnent (c’est une des mĂ©thodes de mĂ©decine lĂ©gale et anthropologique pour dĂ©finir un Ăąge, d’ailleurs), on s’aperçoit que les derniers Ă  ĂȘtre fusionnĂ©s sont ceux qui entourent le SNC (systĂšme nerveux central).
Un endosquelette (celui du SNC) Ă  gĂ©omĂ©trie variable, mieux que celui d’un insecte 🙂

Ton voisin, c’est ton larbin!

mardi, juillet 10th, 2018

Un cas d’Ă©cole Ă  propos de ce que l’on appelle l’ubĂ©risation de la sociĂ©tĂ© (capitaliste ultra libĂ©rale, forcĂ©ment). L’ubĂ©risation, c’est le fait de libĂ©raliser, sans aucune sĂ©curitĂ© ni mĂȘme sureté un travail d’esclave -le terme suretĂ© est, Ă  propos, employĂ© plutĂŽt dans la Constitution.
On n’ira pas jusqu’Ă  dire que c’est le dĂ©but du renversement total de ce qui, jusqu’Ă  prĂ©sent, faisait une certaine cohĂ©sion sociale, mais on peut toutefois dire que c’est l’idĂ©e. Bien qu’Ă©videmment propice au pouvoir et aux puissants, la Constitution se trouve donc fortement attaquĂ©e en ce qu’elle protĂšge non seulement les plus faibles, mais aussi la cohĂ©sion sociale. « En mĂȘme temps » : renverser le pouvoir dit politique au profit de celui du capital de propriĂ©tĂ©, le tout sous couvert de « tout le monde aura sa part » -ce qui, Ă©videmment, s’avĂšrera et s’avĂšre dĂ©jĂ , une bien triste illusion.
Lordon aurait une analyse bien plus fine que la mienne, grossiĂšre et probablement bourrĂ©e d’erreurs.
Mais le fait mĂȘme que des ‘start-up’ (entreprises dĂ©biles) partent Ă  la conquĂȘte de ce ‘nouveau marchĂ©’ (ya un billet Ă  se faire) est significatif de la permissivitĂ© accordĂ©e par les politiques au pouvoir financier de domination des masses.
On notera que c’est le Figaro qui Ă©met l’article dont je parle. Ah, qu’il a changĂ© le Figaro depuis ses dĂ©buts… bref.
http://www.lefigaro.fr/entrepreneur/2018/07/09/20012-20180709ARTFIG00173-chez-leader-price-et-franprix-on-peut-se-faire-livrer-ses-courses-par-son-voisin.php
Ordoncques, le cƓur de l’article se situe Ă  la fin, prĂšs du sphincter conclusif.
On y apprend que l’une des boĂźtes qui s’adonnent Ă  ce petit jeu est en relation avec l’organe de presse (dont je ne vous fais pas l’affront de vous dire qui est son patron… si? la famille Dassault et le groupe du mĂȘme nom, des marchands d’armes et de p’tits zavions pour des gens pas comme vous et moi).
« (…) elle a indiquĂ© au Figaro qu’elle allait lancer (…) »
On pourrait croire Ă  un simple entretien « journalistique ». Mais le terme ‘indiquer’ au lieu de ‘communiquer’ montre le degrĂ© d’accointance… En ces pĂ©riodes oĂč tout va si vite, hein?
C’est Ă  se tordre, c’est vrai.
Ce ne sont pas des flĂšches des sciences humaines, juste des journalistes, et surtout, ils VEULENT que ça se voit. Ça doit donner des points bonus sur la fiche de paye, je suppose. « Bon chien, voilĂ  ta croquette ».

Le dernier mot.
Le dernier mot, celui sur lequel on reste, la note finññññaaaleuuuu! 🙂

ben lĂ , c’est « autoentrepreneur »…

Les boules.

Je ne vais pas vous emmerdez (lapsus orthographique de terminaison que je laisse 😉 ) avec des articles de presse, mais vous laisser avec la version vulgarisĂ©e de l’INSEE (tant qu’il existe…) du bilan de l’autoentreprenariat en France:

« Auto-entrepreneurs Au bout de trois ans, 90 % dégagent un revenu inférieur au Smic au titre de leur activité non salariée »

C’est pas brillant quand mĂȘme non? pour une ‘start-up nation’ comme dirait le gĂ©ronto, hein? faut dire qu’il s’y connaĂźt en allumage… avec mĂ©mĂšre 🙂
Faut le temps de faire chauffer le four… et chalumeau ou pas, ya une inertie… fatale :’)

Moins que le smic quand tu bosses, mĂȘme avec certains avantages comme une plus ou moins grande libertĂ© de travail (j’ai mĂȘme pas dit « mĂ©tier », hein), ça fait pas gras. Et l’esclave est, croit-il, devenu son propre maĂźtre… haha. Bonheur de l’auto-esclavagisme!

En conclusion? (qui devrait ĂȘtre le dĂ©veloppement 🙂 )
Ben en conclusion, le systĂšme a Ă©tĂ© bien prĂ©parĂ© pour fabriquer du travailleur pauvre (bon ok, ça fait Arlette 🙂 mais rien n’est moins vrai) et il ne se prive pas, sous couvert de pseudo-progrĂšs -c’est neuf! c’est donc forcĂ©ment bon!, de laisser libre choix aux gens de s’incarcĂ©rer. Pour bouffer, oui.
Oui, c’est du chantage Ă  la mort.
Voyez ici plutĂŽt: https://blog.mondediplo.net/-La-pompe-a-phynance-

PS: j’aurais pu dĂ©velopper que n’autoriser les ubĂ©risĂ©s Ă  ne gagner QUE 400 balles, c’est vraiment dominer le pauvre de toutes les façons, mais bon, il aurait fallu que je cause des moyens de dominations, et vu que je sais de quoi il retourne, que ce soit dans le monde du petit commerce de province ou de l’art parigo, je vous lĂąche l’affaire.
DĂ©brouillez-vous! Article 15, comme elle disait 🙂

Ajout de derniĂšre minute, mais c’est au final ce Ă  quoi je voulais en venir: inscrire, comme si c’Ă©tait une Ă©vidence et un progrĂšs, la marchandisation de ce qu’on appelle un service rendu, un coup de main, une aide gratuite est la panacĂ©e des formes de marchandisation de l’humain.
Elle s’appuie non seulement sur le fait que la structure sociale le permette, grĂące aux changements faibles mais continus des lois qui la rĂ©gissent, mais Ă©galement grĂące Ă  la torture psychologique infligĂ©e aux plus faibles par des demandes de rentabilitĂ© et de compĂ©titivitĂ© toujours plus Ă©levĂ©es.
Un temps, la religion combattait le veau d’or Ă  son profit. Le veau d’or tient, semble-t-il, du phĂ©nix…
La sociĂ©tĂ© ne fait plus corps, elle devient intrinsĂšquement domination. Il n’y a plus d’ĂȘtres, de sentiments, de volontĂ©, et le pire: il n’y a plus d’amour.
Y voir la mimique, dans les plus basses couches sociales, de ce qui s’est passĂ© dans l’Ă©pisode du viol dont s’est rendu coupable un directeur du fond monĂ©taire international, est tout Ă  fait appropriĂ©. Y voir la mimique d’un ministre du budget qui fraude le fisc et ment devant une population et toutes ses institutions, et contre lequel la justice semble bien dĂ©pourvue de moyens, est tout Ă  fait raisonnable.
La logique fonctionne bien Ă  tous les niveaux, pourquoi ne pas l’appliquer partout?

La perversitĂ© de l’humain est telle qu’elle a toujours une longueur d’avance sur tout ce qui peut ĂȘtre bon pour l’HumanitĂ©.

Pas lĂącher

dimanche, juillet 8th, 2018

« Pas lĂącher » qu’elle avait dit. Et que c’est vrai qu’il ne faut pas lĂącher. Mais c’est si dur, par moments. Ces moments qui durent si longtemps…
Alors on se force un peu, si on peut 🙂
Elle le sait bien que ce sont ceux qui ne lĂąchent pas, hĂ©las incompris, qui font la beautĂ© et la crĂ©ation du monde. N’est-ce pas Szarah? 🙂

Alors pour continuer de ne pas lĂącher, je partage avec mes lecteurs un article de la rubrique ‘Lettres ou pas lettres’ du Canard du 27 juin 2018.
Non seulement l’article principal est, au final, un Ă©tat des lieux de notre sociĂ©tĂ© renversĂ©e pour le pire, mais l’encadrĂ© montre que l’espoir, dans les pires moments, est aussi prĂ©sent.
[Nan hein! HĂ©! Quoi? Si? C’est la coupe du monde de football qui est devenu le pire moment de l’intellect humanoĂŻd? … hihi]

Je suis Ă©galement d’accord avec la conclusion de PagĂšs, qui a bien compris les travers d’un Jungien 😉

Et puis, artistiquement dans l’association libre, j’ai laissĂ© quelques mots en bas de la coupure…

AntisĂ©mitisme, l’excuse de la bĂȘtise crasse.

jeudi, juillet 5th, 2018

Chomsky:

Halimi Ă  propos de Hazan et Badiou:
https://www.monde-diplomatique.fr/2011/05/HALIMI/20504

Qu’il est bon de penser le monde. Qu’il est bon de comprendre. Qu’il est bon de travailler avec son cerveau.
Mais quelle tristesse de savoir que tant d’autres n’arrivent pas Ă  rĂ©flĂ©chir et sont la cible privilĂ©giĂ©e des dominants haineux qui ont tant de pouvoir sur eux.

La sécurité routiÚre

mardi, juillet 3rd, 2018

J’ai eu la chance d’avoir pour moniteur d’auto-Ă©cole un homme dont je veux ici saluer la mĂ©moire. Il s’est donnĂ© la mort par auto-suffocation (un bĂȘte sac) car il ne supportait plus la vie avec un morceau de visage en moins, suite Ă  une ablation nĂ©cessaire pour traiter un cancer de la langue, bouche, mĂąchoire.
Vous voyez la gueule Ă  Freddy Kruger? ben c’Ă©tait pire.
Quand on ne peut plus manger ou boire que par un tuyau, et qu’on a quand mĂȘme un certain Ăąge, qu’on est rongĂ© par une maladie incurable, il aurait Ă©tĂ© Ă  tout le moins bienvenu qu’on proposĂąt un moyen de mettre fin aux souffrances d’icelui en toute conscience. Mais non, mon bonhomme, allons idiots de la patrie… etc.
J’en profite pour conchier la façon dont on traite la mort et la vieillesse, en bons cathos-mĂ©dicos, dans ce pays soi-disant si dĂ©mocratique et socialement avancĂ© qu’est la France. Bande de salauds. Ramassis de crevures.

Jean-Pierre, puisque c’est son nom, avait perdu son fils ĂągĂ© de 20 ans dans un accident de voiture. Un vĂ©hicule n’ayant pas respectĂ© un feu rouge est venu percuter celui de son fils. C’Ă©tait probablement dans les annĂ©es 80, Ă  un moment oĂč la sĂ©curitĂ© active et passive des vĂ©hicules Ă©tait loin de celle qu’on connaĂźt maintenant.

Jean-Pierre Ă©tait un moniteur dur. Un vrai pĂ©dagogue. Il en a fait chialer des prĂ©tendants au permis, et pas que des gonzesses 🙂

Il donnait des conseils qui s’avĂšrent vitaux pour la survie au volant:
– quand on a la prioritĂ© (feu vert, etc) on passe le rapport infĂ©rieur pour pouvoir Ă©ventuellement vite dĂ©gager, et on REGARDE si ya pas un gros connard qui va vous griller la politesse et accessoirement vous tuer ou vous estropier Ă  vie.
– on adapte sa vitesse Ă  la route ( pas besoin de rouler 30 km/h en dessous de la limite lĂ©gale dans une ligne droite de 10 km avec une visibilitĂ© parfaite, ça fait chier tout le monde et ça crĂ©e plus d’accidents que ça n’en Ă©vite)
– on respecte scrupuleusement les prioritĂ©s et le code de la route

Il Ă©tait motard Ă©galement (comme Dennis) et aimait la vitesse et son pouvoir grisant, et comme on le constate, ce n’est pas cela qui l’a tuĂ©.

– on regarde dans ses rĂ©troviseurs toutes les deux secondes maximum sur les routes Ă  vitesse Ă©levĂ©e comme les autoroutes, un bolide qui arrive Ă  250 km/h (ce serait certainement un vĂ©hicule prioritaire au sens du code de la route bien sĂ»r 😉 ) n’attend pas qu’on l’ait vu pour passer.
– on roule Ă  droite (en France) et on tient sa file
– on signale ses mouvements de direction et de franchissement (vous savez, grĂące Ă  ce qu’on appelle des clignotants ou avertisseurs visuels de changement de direction)
– on respecte tous les usagers de la route avec la conscience nĂ©cessaire de leur position (un motard n’a qu’une toute petite liquette pour se protĂ©ger en cas de choc, un piĂ©ton est littĂ©ralement Ă  poil 🙂 )

Aujourd’hui, si je me fais son suiveur, j’ajouterais que le tĂ©lĂ©phone au volant est absolument Ă  proscrire (et lĂ , je vise aussi bien les crĂ©tins d’artisans en utilitaires « moi j’travaille mĂŽssieur » – en gĂ©nĂ©ral des bas du front qui n’en ont que pour le fric et qui bandent en pensant qu’ils bossent pour la grandeur d’un drapeau haha!, que les p’tites touffes en chaleur qui ne peuvent pas se passer de texter des conneries Ă  des vitesses que leur p’tit corps moulĂ© du cul ne sera pas en mesure de sauver lors d’un choc, sans prĂ©judice des dĂ©gĂąts collatĂ©raux, Ă©videmment).

Nous voici donc face Ă  la fort grande bĂȘtise de dominants qui veulent jouir de leur pouvoir pour emmerder le petit peuple (comme disent leurs milliardaires de copains, qui les rincent Ă  qui mieux-mieux): la fameuse nouvelle limitation de vitesse Ă  80 km/h.
C’est vrai que les pauvres culs-terreux en diesel antiques pourraient tĂącher d’arrĂȘter de croire qu’en agglomĂ©ration on roule Ă  70 km/h et qu’on peut monter le premier rapport jusqu’au rupteur (rĂ©gulateur sur un diesel), histoire de bien faire du bruit pour emmerder les habitants (merci les cons!) et de polluer un max notre air (re merci les neuneus).

J’ai trouvĂ© un article fort intĂ©ressant sur le sujet: https://www.huffingtonpost.fr/loic-prud-homme/pourquoi-la-limitation-a-80-km-h-naura-pas-limpact-positif-pretendu-par-le-gouvernement_a_23470059/

J’y ajouterais deux choses:
– la diminution de la vitesse maximale ne changera rien au nombre de morts ou de blessĂ©s sauf Ă  les augmenter (rdv dans deux ans pour le bilan, philippe, mon gros malin Ă  tĂȘte de caniche), non parce que c’est pure conjecture, mais parce qu’avec le confort actuel des voitures et leurs assistances diverses (on est dans son salon), la perte d’attention sera maximale et les accidents, idem. On n’aura qu’une seule envie, c’est de s’occuper Ă  faire tout autre chose (tĂ©lĂ©phone) que d’ĂȘtre attentif Ă  la route. Mais bon, le systĂšme capitaliste nĂ©o-libĂ©ral n’est-il pas l’expression ultime de l’individualisme contentĂ© de crĂ©tins patentĂ©s?

– la surprise n’est pas d’abaisser la limitation de vitesse (osef) mais bien d’instaurer des voitures radar banalisĂ©es et privĂ©es.
C’est lĂ , mes cocos que vous allez en prendre plein la gueule 🙂
Non seulement, la flicaille se fait piquer son taf (je m’Ă©tonne du peu de rĂ©action des syndicats…) mais en plus, les citoyens vont se faire plumer plusieurs fois par semaine!
Quand le nano sarko avait voulu enlever les panneaux de signalisation des contrĂŽles de vitesse automatisĂ©s, ce fut un tollĂ©, hop! il a cĂ©dĂ©… mais lĂ , les bagnoles n’ont pas de bandes jaunes en total covering (autocollants sur toute la surface du vĂ©hicule), personne ne les distinguera.
C’est vachement bien vu question prĂ©vention! n’est-ce pas?
Le systĂšme de voitures radar privĂ©es est donc uniquement un moyen bien planquĂ© de faire rentrer de l’argent aux frais du citoyen dans les poches des dirigeants, et absolument pas un moyen de sĂ©curisation de la route.

Alors, micron et philicaniche ainsi que tous vos associĂ©s dans l’Ă©litage de la plus crasse des conneries humaines, continuez Ă  enfumer pour vous garantir la domination, c’est le seul moyen que vos pauvres tĂȘtes dĂ©cĂ©rĂ©brĂ©es peuvent utiliser pour contrer ce qu’est la vĂ©ritable intelligence.
Continuez de foutre en l’air les services publics nĂ©cessaires Ă  la population, tels que les hĂŽpitaux, la mĂ©decine de ville, les services postaux et de tĂ©lĂ©communications, l’entretien des territoires, en gros tout ce qui fait sociĂ©tĂ©. Continuez de filer tout ça Ă  des gros bouffeurs de milliards, Ă  les engraisser, Ă  jouer avec les avancĂ©es du CNR (conseil national de la rĂ©sistance), foutez en l’air la sĂ©cu, blĂąmez les « charges » (qui ne sont rien d’autres que des cotisations sociales, au sens  oĂč vous l’employez), comme vous dites, sucez les patrons, allez-y, no limit!
C’est la teuf! avec quelques hommages en grandes pompes Ă  la tĂ©vĂ©, pour faire croire aux idĂ©es vides de nation et de drapeau, continuez de faire la guerre pour Ă©radiquer. C’est le top!

Addendum: les mesures réellement efficaces en matiÚre de sécurité routiÚre:

– conduite accompagnĂ©e obligatoire et gratuite
– obligation de pneumatiques hiver Ă  gommes tendres et sculptures particuliĂšres de novembre Ă  mai
– apprentissage de la conduite sur route mouillĂ©e et verglacĂ©e obligatoire lors du permis
– apprentissage des bases du pilotage (Ă©ducation Ă  la conduite automobile, prise de conscience de ses limites)
– connaissance des principales lois de la physique et de la chimie appliquĂ©es Ă  la mĂ©canique automobile (niveau collĂšge, ça suffit)
– dĂ©connexion automatique et obligatoire de tous les appareils Ă©lectroniques (tĂ©lĂ©phones, etc) non indispensables Ă  la conduite dans l’habitacle

Les stages dans les hĂŽpitaux, c’est du mĂȘme tonneau que les images crades sur les paquets de cigarettes, ça n’a absolument aucun effet car cela joue sur la peur et l’anxiĂ©tĂ©, ce qui s’avĂšre mĂȘme tout Ă  fait contre-productif (on se murge la gueule pour oublier fissa tout ça ^^).

 

Ce qui n’a pas de prix

dimanche, juillet 1st, 2018

You’ll like to hear the author right there: https://www.franceculture.fr/emissions/une-saison-au-theatre/annie-le-brun-ce-qui-na-pas-de-prix-ce-sont-les-choses-qui-nous-font-vivre

The woman’s voice make me think about our ‘chiendent’, late Françoise Bellegarde with whom I had the pleasure to talk to.

So fuck you koons and kapoor, and all that you are the symbols of, almost billionaires and nonetheless smallest ones of all that’s humanity.
Whatever unlimited freedom there is in art, it does not mean to throw off awareness.