Archive for octobre, 2019

Faire un truc complètement con, est-ce vraiment “cool”?

lundi, octobre 14th, 2019

Bah, on s’en bat les couilles.
Et cela me rapelle l’unique avertissement officiel que j’ai eu au lycée, suite à l’inscription hautement culturelle du titre des Sex Pistols sur la buée d’une vitre de la salle de classe: “never mind the bollocks”.
Il est probable que ce soit plus le refus d’effacer la sentence que les mots eux-mêmes qui soient à l’origine de ce ridicule effet de domination administratif.

Bref. J’ai signé parce qu’au moins je suis absolument certain que ça ne sert à rien.

Revue de presse, renommée municipale :)

lundi, octobre 14th, 2019

Bon, c’est vrai que l’examen empirique de la conduite par tous moyens de transport est très révélateur de la façon dont l’être humain se comporte.
Il est vrai que je ne suis pas exempt de fautes, moi-même et mon faux self, j’aime bien rouler sans avoir l’impression de me traîner sur les routes.
C’est pour cela qu’en 27 ans de permis je viens de perdre mon premier point: 91 km/h pour 80 km/h, 86 km/h retenue.
Pas vu ce putain de robot du ministre des enculés 🙂
Les points je m’en tape, c’est une manière d’infantiliser la population.
On donne des points aux enfants de maternelles, mais de façon positive: on donne des bons points (rien que le terme est positif) et ensuite des images, etc. On n’en retire pas. C’est également une méthode discriminatoire, liberticide, mais elle passe mieux, dirons-nous.
Mais il est vrai que la conduite automobile met en jeu la vie et la santé des personnes… comme si les règles et les lois changeaient quoi que ce soit sinon donner l’illusion d’une amélioration. Devrait suivre une longue liste de noms de ceux qui fabriquent les lois pour mieux leur chier dessus -courte description du fonctionnement de l’humanité.
Ça occupe, ça justifie, ça rend l’absolu vide du sens de la vie plus acceptable.

Alors tout ça pour dire que cette exposition à Saint-Gengoux fut très agréable (bien que j’ai dû me défaire d’une somme au fisc en allant installer), que le vernissage que j’appréhendais s’est finalement bien passé et que j’ai été très heureux d’y participer… J’aurais été encore plus satisfait si j’avais vendu une œuvre au moins.
Je considère pourtant (probablement à tort) que l’exercice est superfétatoire. Seules les œuvres et ceux qui veulent bien y regarder comptent. Je suis dans une sorte de monde parallèle et jamais content de ce qui se passe en dehors 🙂

Bref, c’est l’occasion de publier les quelques articles de presse publiés et affiches des expositions faites.
C’est terrible de devoir s’occuper de toute cette paperasse ennuyeuse… sans compter que jusqu’à présent, en 45 ans d’existence, le bilan comptable est négatif 🙁
Oh, et puis je ne suis pas Orlan, je n’aime pas voir ma tête autrement captée en image que dans mes auto-portraits.
Bordenfioute.

Different.

samedi, octobre 12th, 2019

Ce qui me ferait tuer…
Les connards avec le bras gauche pendant à la fenêtre de la portière, signe d’une crétinerie crasse; les enculé(e)s avec la main gauche à midi sur le volant -probablement que la main droite gratte une demi paires de couilles ou un vieux clito.
Les possesseurs de véhicules utilitaires de couleur blanche, jamais nettoyés.
Les saloperies qui ne savent pas respecter une priorité, quand bien même le code de la route est le plus simple du monde (c’est d’ailleurs pour cela qu’il est, dit-on, “universel”, c’est bien le seul). Bordel qu’il faut être un putain d’enculé de connard de fils de pute pour ne pas être capable de le respecter, bordel de foutre.

C’est, démocratisation de la bagnole faite, le meilleur moyen de se rendre compte qu’il est aisé pour un demi intello qui s’y croit (un politique, donc) de conduire un troupeau de blaireaux tels que tous ceux-là qui se croient capables de maîtriser un engin motorisé à une vitesse au moins cent fois plus rapide que celle à laquelle leur corps gras et gros, pataud, dépourvu du moindre réflexe cérébral ne pourrait jamais les propulser.

Et il faut se soumettre aux règles qui s’appliquent à ceux-là, bordel. C’est triste. Et c’est très heureux que je n’ai pas de progéniture, je ne saurais pas comment leur expliquer qu’ils existent.

PS: et si tu rajoutes à tout ça le bruit (des échappements libres) et l’odeur (du diesel des faux pauvres)… je t’explique pas le bordel environnemental que tu te prends dans la gueule, dans les oreilles et dans les poumons.

Exposition “Naked pictures of a disintegrated world” @ Art Poncin 2019

dimanche, octobre 6th, 2019

La prochaine exposition (vente bien sûr) d’une sélection d’œuvres des “Naked pictures of a disintegrated world” aura lieu lors de l’Art Poncin 2019 à Poncin dans l’Ain 🙂
Dates d’ouverture de la galerie comprenant les œuvres de 27 artistes de tous poils, dont F.H.P. Lornet:
Les vendredis, samedis, dimanches de 13 heures à 19 heures 18,19,20 octobre 2019, 25,26,27 octobre 2019, et 1,2,3 novembre 2019.

https://artsponcin.com/2019/06/27/arts-poncin-2019/

Camille Claudel

mardi, octobre 1st, 2019

Un excellent film à voir (muni des plugins anti pubs tels que U-block, au minimum):

https://vvw.illimitestreaming.net/2651-01-camille-claudel.html

entre autres liens, évidemment! Mouhahaha hadopipicaca!

Les pieds sur terre

mardi, octobre 1st, 2019

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/les-pieds-sur-terre-emission-du-mardi-01-octobre-2019

Excellente émission, même si je ne supporte pas la voix de sa présentatrice qui met des points et des virgules n’importe où et dont l’intonation verbale est déplacée (sauf quand elle vient de passer un bon moment, et vraiment, ça se sent lorsqu’on écoute chaque jour pendant plusieurs années).

 

La tête de zemmour sur une pique littéraire.

mardi, octobre 1st, 2019

Eric zemmour est un esprit malade dans un corps chétif, que les bienséants antisémites pourraient qualifier de petit juif crochu.
Bien sûr, il en a l’air. Pourtant, sa consistance est faite de haine pure. Haine dérivée de la peur de l’autre, la xénophobie de celui, différent de soi, qui renvoie par effet miroir toutes les problématiques psychologiques que l’être renferme.
Eric zemmour souffre atrocement; et notre société, si puritaine et pourtant aussi souffrante que lui, lui permet d’exprimer cette souffrance sans culpabilité devant le plus grand nombre à de viles et néfastes fins.
Notre société malade se gave de la pathologie des esprits faibles pour se rasséréner et se dire “à quoi bon?”.