Archive for the ‘dissidence’ Category

Le mourrirage

mercredi, juin 19th, 2024

 

Chatte à poils

mercredi, mai 15th, 2024

 

Works on aluminium too

jeudi, avril 4th, 2024

Longhorn guitarlin

jeudi, mars 14th, 2024

(grosse) bande de cons

mardi, février 13th, 2024

 

La culture pour les nuls

dimanche, février 11th, 2024

 

Bidoches d’un esthète

dimanche, février 11th, 2024

 

 

Humanity

vendredi, décembre 29th, 2023

I did my first 17 years in a camp, and yes it was cold all the time, and yes I had medical experiments, and psychological torture all the way. I survive.
So your 6 years of nazis camps, at most, are really not weighty enough to what I know about human shit, and pretend you can do worst to children because of that. Think the fritzl case, but from 0 to 18 years old, you’ll get an idea, little genocide religious delirious people crying for money.
Anyhow. At least we all end and die. For good?


( https://www.imdb.com/title/tt10403420/ )

Is rael a fascist and nazi state?

samedi, décembre 23rd, 2023

( https://www.imdb.com/title/tt10403420/ )

Témoignage ciivise

mardi, septembre 19th, 2023

J’ai témoigné auprès de la ciivise (Commission Indépendante sur l’Inceste et les Violences Sexuelles faites aux Enfants) en répondant aux questionnaires (auxquels on pourrait apporter des améliorations, comme ne pas restreindre à une seule réponse les périodes, proposées, pendant lesquelles ont eut lieu les violences, par exemple) et en appelant au téléphone.
Je l’ai fait parce qu’il semblerait que cette commission soit sur le point de disparaître fin 2023, après seulement deux ans de service, et que le nombre de témoignages est peut-être un argument afin qu’elle perdure.
Je l’ai fait pour moi parce que je tiens à ce que soit rendue publique mon histoire de chambre placard et que les pervers narcissiques et leurs complices soient montrés du doigt, ostracisés et mis au ban puisqu’ils n’avoueront jamais leur psychopathie, trop heureux de jouir du mal qu’ils font aux autres (“qu’ils viennent me chercher” a dit un pervers narcissique, à tendance histrionique, bien trop connu).
Je l’ai fait et le rends public pour les enfants qui vivent sous le joug de tels pervers et qui ne vivront peut-être jamais la vie que les personnes normo-névrosés (cf. Stoll/Hurni) pensent être “normale”.
Je le fais enfin car le déni est constitutif de la psychè humaine et que je n’aurais ni réparation ni indemnisation pour ce que j’ai vécu pendant la matinée de ma vie, comme Jung appelle la première moitié de la vie. Or, chacun le sait, les chances sont maigres de commencer une carrière après 50 ans, de se constituer un patrimoine afin de terminer sa vie le mieux possible, sachant que les conséquences de la maltraitance sexuelle infantile, le pire des traumatismes psychiques (Bilheran), handicapent lourdement ceux qui en sont les victimes (Salmona) tant physiquement que psychiquement; le pire étant que pour les normo-névrosés, ces handicaps ne sont pas visibles (ce qui explique en partie qu’ils n’y croient pas, tout comme la peur et le déni dont ils sont les proies consentantes).

Mais je le fais avant tout pour moi, car tout paranoïde que je suis condamné à être, je sens bien qu’il ne restera peut-être que le pire de cette commission voulue, hélas, par le fou pervers (Racamier) président: peut-être fera-t-on quelques moulinets à propos de ceci ou de cela, mais je crains que la page 69 (ça ne s’invente pas) du rapport préliminaire de la ciivise , concernant “L’éducation à la vie affective et sexuelle” ne soit prétexte à l’établissement délirant de la perversion généralisée des petits d’hommes, voulue par l’OMS (organisation mondiale de la santé), et qui mènera facilement l’humanité au totalitarisme mondial.

Les normo-névrosés objecteront que ce ne sont là que conjectures (ils jugent avec ce qu’ils savent), tout contents d’être gentiment assis dans la vie, maison, crédit, enfants, loisirs et zou! (les “tout-va-bien”).
Hélas, du point de vue de ceux qui ont vécu la “logique” d’un tel système au niveau individuel et nucléaire — au sens sociologique, et qui ont lu, qui se sont abreuvés de connaissances en plus de leur savoir expérimental et observationnel, l’humanité en prend, hélas, le triste et malsain chemin.

Il y a bien des degrés dans les traumatismes psychiques et leurs funestes conséquences, de la même façon qu’une coupure au doigt n’est pas une jambe cassée, encore moins un cancer, pas plus qu’une mort  par balle; tous pourtant étant des traumas physiques.
La perversion narcissique (Racamier) engendre les pires traumas sexuels infantiles, l’incestuel étant le pendant psychique de l’inceste et du viol et le meurtriel étant le pendant psychique de la mort physique.

Ceci est ma modeste contribution à l’humanité en espérant éviter la vanité de notre condition.
Le témoignage est la seule rédemption du survivant.

Ahogué

jeudi, septembre 7th, 2023

Dérailler, extrait d’improvisation guitare et chant, septembre 2023, auteur compositeur interprête FHP Lornet.

Du suicide

jeudi, septembre 7th, 2023

Photo: https://www.scopriroma.com/palazzo-altemps

 

“Suicidez-vous” lancé aux policiers par la foule innombrable des gilets jaunes.
C’est la solution rapidifiée à la perversion dont ces agents d’état sont la symbolisation de la structure, paradoxale. La police, terme grec signifiant la cité, est symbolique de la bonne marche de la société, une sorte de mal (la force brutale et violente, dite légitime, donc autorisée en des cas définis par les lois) nécessaire afin de conserver un semblant de paix sociale.
Or, la police pervertie par le type de gouvernance imposée par des personnes toxiques, psychopathiques, perverses donc, se fait liberté de jouir du mal fait à autrui. Il est aisé de reconnaître que, depuis les expériences de Milgram (sous un commandement, une pression, un harcèlement pervers et qui ne dit pas son nom, on peut commettre le pire en toute insouciance/inconscience), on sait combien il est aisé de manipuler telle des marionnettes ceux qui se mettent volontairement sous les ordres d’une puissance hiérarchique/théologique (les termes sont identiques par confusion “bien menée”).
Il semblerait que la puissance de force physique remplace hélas trop souvent celle de l’esprit.
La petitesse d’esprit de ceux qui écrivent la robotisation (de véritables nazis en fait) aussi appelée algorithmes des outils d’expression humaine autre que la parole et l’écriture sur papier, se retrouve dans les injonctions fortement injectées de l’inconscience de ceux qui y participent, à savoir ceux qui dénoncent tel ou tel propos (en général parce qu’ils ne le comprennent pas et aiment à user de ce qu’ils croient être une sorte de pouvoir — tout à fait illusoire, halluciné, en fait).

Cela est très fragile: les penseurs d’aujourd’hui (on parle ici de véritables penseurs, de ceux et celles qui exercent leur liberté) continuent à écrire sur le fragile matériau qu’est le papier, réductible en quelques instants au néant, par le feu.
Les autres utilisent la vidéo, format ô combien futile et périssable, à en connaître les affres électriques. L’Humanité possède des écrits sur volumen de plusieurs milliers d’années, des écrits sur roche encore plus anciens. Lorsque la production électrique cessera, ce qui adviendra (peut-être avec la réduction drastique voire la fin de l’humanité), seuls resteront les peintures rupestres protégées dans des cavités, quelques livres papier dont le naturel peu transformé des matériaux leur assure l’éternité, et la parole. Toute la civilisation, au sens archéologique du terme, celte d’Europe s’est bâtie sur une tradition orale qui en fait à la fois sa force et sa très grande faiblesse, pas tant parce que les paroles s’envolent, mais parce qu’elles permettent la perversion en étant son meilleur outil.
C’est ainsi que pour tâcher d’assurer une certaine paix, les lois furent écrites. Quel dommage que ce petit juif de Moïse, tout hystérique, ait brisé ses tablettes face à ce qui n’était finalement qu’un divertissement animal, une tentative de totémisation d’un peuple face à l’ennui [si je peux me permettre un petit trait d’humour intellectuel]. Ce n’était évidemment pas à l’honneur de ce peuple de vouloir plus vite ne plus penser qu’il allait mourir, mais la sagesse aurait commandé une attitude plus thérapeutique que celle de la colère hystérique.

Les franssés

lundi, septembre 4th, 2023

Tout en négatif, territoire propice à la psychothérapie (non réussie).
Tout en plainte, qu’elle soit sémitique ou autre.

Un kéké-en-chef, fou pervers narcissique, accompagné de complices femelles et mâles tout autant débiles et ricanants, stupides.

Putain que c’est triste, les interdictions vestimentaires des pédés juifs qui se prennent pour des pédagogues, sinistres millionnaires sortis des couches à merde de leur état.

Vivement le nazisme, le vrai, celui de la vieille pédocriminelle et de son fou pervers narcissique d’enfant baisant-sa-mère, l’auto-engendré, l’auto-désengendré de l’antœdipe meurtriel et incestuel.

Tristesse.

Interdiction totalitaire

mardi, août 29th, 2023

Devine qui vient d’interdire autant mini-jupe que robe longue?
Un homosexuel d’obédientialité* sémitique.

La sécurité liberté (!) nous est donc promise par l’interdiction, chez les pervers totalitaires moraux et sexuels qui n’acceptent pas la différence, et donc la liberté…

“On n’est pas bien, là, tintin?” disait un autre inverti (si j’emploie leur vocable).

*ndle: néologisme

DuckDuckGo a un certain humour

lundi, août 21st, 2023

DDG (DuckDuckGo, le moteur de recherche basé sur l’autre machin, mais en mieux — kidiz ), a un certain humour concernant le totalitarisme de la dite “démocratique” république française.
Premier résultat des SERP (Search Engine Result Pages) pour le requête “putes du président” (en français dans le texte) ci-dessous.
Le “président” aurait donc pas loin de 700 putains… selon un comptage “modéré” (c’est stipulé en toutes lettres).
NB: le résultat avec le moteur originel (de propagande néo-libérale pro algorithme) est tout à fait différent.

Le tragique d’une politique inappropriée

mardi, août 15th, 2023

Le tragique d’une politique inappropriée, celle d’un état riche et dominatoire depuis des siècles, sur la vie sociale.
Un film excellent dont on remarquera que la plupart des feuilles de choux hexagonales (du Monde à l’Humanité et France Culture… voir les “critiques négatives” de la page wiki à ce propos) n’ont rien compris.
Athena, 2022  Romain Gavras):
https://www.imdb.com/title/tt15445056/

(Film trouvé grâce à un article assez distancié, malgré les pauvres contacts français du journaliste — des pseudo-philosophes obédientiels)

La tombure des jaloux

samedi, août 12th, 2023

Zut, on va être en dictature totalitaire avec un pervers de la pire espèce… Mince, alors!
Mais ce genre d’atmosphère est la meilleure pour la création et c’est toujours de ces fou pervers dont on se moque pour l’éternité, grâce aux artistes.
Et ces fous pervers ne peuvent le supporter, haha! Et même d’avance ils le savent! qu’ils seront la risée éternelle de l’humanité.
Bon. On va souffrir, ils savent y faire les salops*, mais qu’est-ce qu’on va créer!

… C’est un peu comme si t’avais un mongolien (prétendument) juif contre un mongolien (prétendument) autiste qui se combatreraient (sic^^) dans un octogone… vu qu’ils ont besoin de LIMITES.
Moi, ça me fait mourir (presque, hein! pas encore, merde quoi 🙂 ) de RIRE.

Le musée

samedi, août 12th, 2023

On rentre au musée quand on est mort. Certains morts n’y rentrent jamais, et cela en raison du fait qu’ils n’ont jamais été vivants.
Par contre on ne vit que dans le spectacle et quand c’est vide, c’est que l’on dort.
A-t-on besoin d’autres choses, je n’ose dire objets, d’autres libidos que celles des mots?
C’est déjà un fort léger fardeau!

Quand bien même les idiots voudraient nous clouer le bec au pilori, et à moins qu’ils ne nous tuent, les mots vivent.
Et c’est une jolie couleur les mauvives!
Une ivresse dont on se sert avec parcimonie avec ses rugosités, son velours et de très jolis yeux qui ne vont jamais seuls.

On va donc créer une mini pièce de théâtre pour la prochaine scène ouverte de Noétika, je crois que c’est en octobre 2023 (y’a un morceau de toltèque, là-bas; petit, mais y’en a un).
Oh! on aura toujours une guitare à disposition, je crois, au cas où trop de spectacle vivant, trop de mots, viendraient pousser à la création.

Qu’il est bon de délaisser le thanatique pour l’érotique, au moins un temps, un temps révoltant, un temps révolutionnaire…
Mmm?

Les grégaires

vendredi, août 11th, 2023

Ne point; ne jamais s’agglutiner avec les grégaires.
Non qu’on ne les fréquente par obligation quasi vitale, mais c’est le moindre des maux (originellement Mals).
En effet, le grégaire aime par dessus tout l’abstraction délirante qu’est l’argent, au delà d’un simple beneficium.
En échange de cette illusion le grégaire, souvent commerçant, troque quelques biens plus ou moins satisfaisants.
Il ne peut, mais surtout ne veut pas, devenir un être de pensée autre que celle dont il croit qu’elle est unique: la possession et bien sûr la domination, qu’il suppose au point d’y croire religieusement.

La morale des zo-zos

jeudi, août 10th, 2023

Les dits “réseaux sociaux”, instruments de l’ère numérique de domination mais également formidable outil de liens, que j’appelle les zo-zos, penchent souvent vers une sorte de morale numérique dictée par la fallaciosité des lois édictées par les dirigeants des sociétés humaines, nationales.
Grâce au réseau (fixe mais plus encore mobile), elles se propagent bien au-delà des frontières de ces états, ignorant ainsi les contextes culturels et anthropologiques. Les dirigeants, comme ceux des médias dont l’exemple français en est une perle, sont tous milliardaires et partagent la même hubris totalitaire.
Faire défaut, après quelques tentatives, à ces zo-zos, est une pause nécessaire qui s’avèrera peut-être ultime et définitive, je n’en sais rien encore.
L’outil ne peut et ne doit devenir le maître de celui qui l’utilise, c’est contre la “nature” même de la maîtrise (aussi vaine soit-elle). la maîtrise n’étant en rien comparable au pathologique contrôle, que justement ces totalitaires veulent imposer.
La part du vivant, même sous les coups violents et mortels de la débilité humaine, se doit de rester prépondérante, avec sa violence animale, son instinct court-circuitant toute pensée, et cependant source d’une certaine jouissance.