State of the bordel

Je m’apprêtai à disserter sur la vulnérabilité de la nudité, mais finalement, ce sera pour plus tard.
Il y a plus urgent, môssieur le président.

A l’aune de la révolte populaire déclarée en France depuis plusieurs semaines maintenant par le mouvement dit des gilets jaunes, on se rend compte que le changement de la société induit par la communication à travers le réseau Internet est bel et bien en cours, tel que l’avait prévu Benjamin Bayart, plus au fait de l’actualité contemporaine de nos civilisations que ne l’est Emmanuel Todd, pourtant assez clairvoyant sur la psychologie de ce mauvais président élu par une minorité en France.
Tel un enfant sans tabou, comme j’essayais de l’expliquer par ailleurs, Todd dit du premier magistrat qu’il est « limité intellectuellement », qu’il « a un rapport partiel à la réalité », qu’il est un « président irresponsable moralement et civiquement », et pour finir qu’il « a une personnalité inquiétante de rigidité ».
Evidemment, ceux qui n’entendent que peu de choses à la matière psychanalytique m’ont opposé la liberté de consentement entre adultes pour expliquer la relation entre un jeune ambitieux et sa presque symbolique môman bourgeoise.
C’était moi qui choquait ces braves esprits plutôt que ce que je dénonçais alors. Ils s’arrêtaient tous aux faits, qui devaient certainement les rendre perplexes inconsciemment, et préféraient ne pas entendre ce que signifiait la mise en lumière d’une attitude tout à fait intime et pourtant publique: le caractère autoritaire et la personnalité pathologique d’un homme sans limite qui avait accédé au pouvoir.
Car il s’agissait bien à la fois d’expliquer et de dénoncer ce que tout être sensé comprend aisément: la volonté de toute-puissance d’un enfant gâté et sans limite ne s’exprime pas seulement par ce qu’il dit, lorsqu’il parle de « ceux qui ne sont rien », des « réfractaires » ou encore « des fainéants ». Elle s’exprime par son histoire et ses actions.
En faut-il encore pour justifier le départ souhaité et souhaitable d’un tel personnage qui, il faut le rappeler, est à la tête d’une armée certes moribonde mais toutefois nucléaire? [ Todd dit que ce président « est en recherche de guerre civile »…]
Tiens, pour se divertir, on lira et relira (la langue est ardue, on le sait) un récent Lordon en trois volets, commentant ses écrits et ses positions face à ce qu’elles génèrent d’incompréhension et de mécompréhension, surtout. Ce sentiment ne m’est pas inconnu et apporte, à ceux qui s’en rendent compte, à quel point il n’y a pas de contrôle, quelles que soient les outils utilisés, le premier étant le langage.

A propos [digressons un poil] de compréhension sinon d’entendement, je me demandais si c’était le fait d’une certaine éducation, d’une certaine instruction, que se mettaient en place les comportements de pensée.
J’y ai cru un instant, mais de courte durée. Il y a autre chose…

One Response to “State of the bordel”

  1. Salomon Reinach dit :

    Ah, cher ami! le doute… le doute qui vous assaille n’est point un boulet mais le signe d’un intellect puissant.
    🙂

    Voyez plutôt: https://blog.mondediplo.net/fin-de-monde

    Continuons de tâcher d’éclairer cette sombre atmosphère.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.