Mignonne

Mignonne, mignonne,
Viens par ici que je te cogne
Que sur ta blanche robe
Coule l’effluve de la somme

Prends-tu la poudre d’escampette
Que je reviens et te la pète
Et brise ce regard sous cette fenêtre
D’eau mortelle et d’embuette

Mignonne, mignonne,
Un tant soit peu chafouette
Si tu parviens jusqu’aux cahouètes
Tu vivras la vie comme une fête.

Leave a Reply