darmachin

Le sinistre de l’intérieur est facilement menottable.
Son vocable de petite frappe post-colonialiste d’extrême-droite fasciste le met à nu: “ensauvagement”, dit-il.

Un tour sur la page wiki, dûment corrigée par les services de barbouzes payés par le contribuable citoyen, nous renseigne sur le parcours d’un tout petit très nerveux, déjà tout jeunot. Il va sans dire que le cuistre n’a jamais travaillé, mais tel un macron ou un griveaux, il est grassement rémunéré sur le fruit du travail de ses concitoyens.
Un jour, il risque de crier dans son sommeil “vive l’Algérie française”…
Tout petit bonhomme, va.

wiki fr 30/07/2020

https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rald_Darmanin

Famille et vie privée

Gérald Moussa Darmanin naît le 11 octobre 1982 à Valenciennes (Nord).

De religion catholique, il est le fils de Gérard Darmanin, tenancier de bar à Valenciennes, et d’Annie Ouakid, femme de ménage ou concierge à la Banque de France. Son grand-père paternel, Rocco Darmanin, est maltais catholique, issu d’une famille de lointaine origine arménienne, avec de possibles origines juives tunisiennes. Son grand-père maternel, Moussa Ouakid, né en 1907 en Algérie dans le douar d’Ouled Ghalia (ex Commune mixte d’Orléansville dans l’Ouarsenis) a été tirailleur algérien, résistant dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI) en 1944 et harki.

Gérald Darmanin est divorcé et sans enfant.
Formation

Il effectue ses études secondaires au lycée des Francs-Bourgeois, un établissement privé catholique du 4e arrondissement de Paris. Il est diplômé de l’Institut d’études politiques de Lille (2007).

Parcours politique
Débuts

Gérald Darmanin commence à militer et prend sa carte au Rassemblement pour la République (RPR) à 16 ans. Il est d’abord proche de Jacques Toubon, dont il devient l’assistant parlementaire au Parlement européen au cours de son année d’étude à l’étranger. Il intègre la direction des Jeunes du RPR. Avec la création de l’Union pour un mouvement populaire (UMP), dont il est particulièrement critique, il est, comme la plupart des anciens dirigeants des Jeunes du RPR, évincé de la direction des Jeunes populaires au profit des Jeunes libéraux en 2003.

Gérald Darmanin rejoint Christian Vanneste en 2004, après que ce dernier a été condamné en première instance (jugement cassé en 2008) pour des propos sur l’homosexualité. Pour Jean-Baptiste Forray, Darmanin suit Vanneste dans « la zone grise à la lisière de la droite et de l’extrême droite ». En 2005, il lui succède comme délégué de l’UMP dans la dixième circonscription du Nord. D’après l’universitaire Anne-Sophie Petitfils, il « procède à un travail de sélection implicite des adhérents les plus attachés à la personne du député » et, près de deux ans avant le premier tour des élections législatives de 2007, met en œuvre une stratégie qui « s’apparente à une forme de néo-clientélisme », consistant à « offrir des biens divisibles et [à] proposer des interventions personnelles à ses électeurs ». Selon la journaliste du Canard enchaîné Anne-Sophie Mercier, Darmanin adopte une position catholique traditionaliste « tendance intégriste » et une position homophobe. Par l’entremise de Guy de Chergé, il collabore en 2008 au mensuel Politique magazine, organe de presse de l’Action française royaliste, inspiré de Charles Maurras et lié au mouvement Restauration nationale.

Directeur de campagne de Christian Vanneste pour les élections législatives de 2007 et les élections municipales de 2008, lors desquelles il est élu conseiller municipal, il préside le groupe UMP et apparentés au conseil municipal de Tourcoing depuis le retrait de ce dernier. Au niveau national, il est conseiller aux affaires juridiques au sein de l’UMP auprès de Xavier Bertrand, alors secrétaire général du parti.

Il a été le chef de cabinet de David Douillet au secrétariat d’État chargé des Français de l’étranger, puis au ministère des Sports avant d’être nommé directeur de cabinet le 13 avril 2012.

Il est élu conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais en mars 2010.

Leave a Reply