Une guerre

Ben oui.
On chauffe les populations à blanc. On dirige leur colère contre d’autres que ceux à qui elle était destinée. On aura là un assentiment de premier choix (sans qu’il y ait de choix, en fait).
On désigne un coupable, même si on lui a filé un sacré coup de main (mais ah! personne ne s’en rappelle plus, zut alors).
Et c’est parti!
Canicule et bouillon nucléaire dit chirurgical (merci prix nobel de la paix par sa négritude).
“Bambins” grillés au menu, enfants sacrifiés au dessert.
Merci les “grands”!

Leave a Reply