OSEF

OSEF. On s’en fout du racisme, des discriminations, des anti-bidules et de tout ces hochets que les dominants nous jettent en pâture afin d’occuper la populassière.

La seule chose que l’on doit combattre, et dont découlent absolument toutes celles dont chacun aime à se dire “anti”, c’est la domination.
Essayons: le racisme, qu’est-ce donc? Le racisme se base sur un délire de l’esprit qui considère qu’il y a plusieurs races non seulement parmi les êtres dits vivants, mais surtout parmi la population humaine. Cette classification se décline principalement en partant de caractères dits phénotypiques comme la couleur de peau, la morphologie, le lieu de génération supposé, etc.
Qu’est-ce donc là sinon un moyen, pour ceux qui ont tout loisir de profiter de la vie (les politiciens, les puissants), de catégoriser et de diviser les êtres humains afin de les affaiblir (les groupes font peur!) et ainsi les dominer pour en tirer le plus possible à leur seul profit?
En quoi le fait qu’il y aient des différences doit-il mener à la xénophobie, sinon que cela profite à certains qui convoquent et légitiment la peur de l’autre?
Un enfant jamais n’a peur de l’autre, on lui apprend; de la même manière qu’on le dresse à se soumettre et à obéir en utilisant la violence physique autant que psychologique. L’enfant a besoin de ses parents pour survivre, c’est pour cela qu’il les aime. C’est hélas également ce mécanisme de survie qui permet aux dominants des enfants, les adultes, d’abuser de leur pouvoir pour mille et une raisons fallacieuses.

Il en va ainsi du système structurel de l’humanité, à tous propos. La domination des uns ne peut s’effectuer que sur d’autres. Que l’on voit les systèmes politiques et économiques de cet œil!

Du coup, ce brave Henri Laborit semble avoir touché juste…

« Tant qu’on n’aura pas diffusé très largement à travers les hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l’utilisent et tant que l’on n’aura pas dit que jusqu’ici cela a toujours été pour dominer l’autre, il y a peu de chances qu’il y ait quoi que ce soit qui change. »

— Henri Laborit, Mon oncle d’Amérique

Et tant que l’on se préoccupera des porteurs de lunettes, des noirs, des homosexuels, des maghrébins, etc, la liste est infinie! séparément, la domination qui engendre toutes ces saloperies continuera à exister pour le bien de ceux qu’elle sert.
A prendre les combats un par un, en les dissociant du système structurel et hélas peut-être inhérent à l’humanité 🙁 , on n’avancera pas.
Ne pas se laisser diviser, toujours contextualiser et revenir au système qui permet les exactions sordides dont nous sommes témoins afin de ne pas laisser que de petites révoltes, mais de participer à la Vie.

Leave a Reply