La dormition

Plus rien dans la noirceur qu’un rire éternel
Rien d’autre non plus dans l’aube naissante, lumineuse et étincelante
Une légère et passagère, la notion de Vie
Les mots sont si faibles!
Qu’est-ce donc que la plénitude? alors qu’elle n’est que vide
L’acceptance dormitoire n’est plus
Rien de tout ce qui est non plus
Fâcheuse posture courbantière
Quantique et ordurière
Mille de mes mots et jamais
La place est nue, dorée de mouves
S’étendent résiduels l’infini de la beauté
Aujourd’hui, c’est carnaval!

Leave a Reply