Stop aux Violences Sexuelles (SVS)

Ce week-end, j’ai suivi la formation dite de base de l’association SVS, Stop aux Violences Sexuelles.
Cette formation, majoritairement dispensée aux personnels médicaux et thérapeutes de toutes sortes est ouverte à tous les publics dans le but de faire progresser la connaissance d’un fléau qui participe grandement à la ruine de l’humanité par ses conséquences multiples à très long terme, qu’elles soient médicales, psychologiques, sociales et même politiques.
La violence, en particulier sexuelle, est un “meurtre parfait” qui se continue indéfiniment à travers les générations tel un virus qui se nourrit d’un hôte vivant, si aucun des maillons ne s’éveille pour stopper son avancée.
La culture, anthropologiquement parlant, est elle-même une arme redoutable: pensez la circoncision, par exemple, dont absolument toutes les raisons invoquées pour la permettre sont évidemment des mensonges servant la cruauté envers les enfants.
Comme si la nature avait besoin d’un coup de ciseaux (hors stricte nécessité thérapeutique, en cas de phimosis grave) pour “améliorer” l’être humain.
Une praticienne en bloc opératoire m’a avoué que la plupart des phimosis opérés étaient en fait des circoncisions déguisés en acte médical pour bénéficier du remboursement de la sécurité sociale… Evidemment, les gestes chirurgicaux étant payés à l’acte, cela arrange aussi probablement la comptabilité des établissements de soins.
Bien des quidam ont du mal à mettre sur un plan d’égalité la circoncision et l’excision, pourtant toutes deux tortures sur enfants acceptées en tant que pratique culturelle.
Faisons l’effort d’imaginer que l’on oblige un adulte à pareil traitement…
Pensons également à la fessée, dite “mesure éducative” (et qui, en fait, montre l’incapacité de certains adultes à simplement parler et communiquer avec un enfant sans utiliser la violence physique – accompagnée généralement de violence psychologique).
Les atteintes physiques et psychologiques aux adultes sont réprimées par la loi. Curieusement (et même si depuis moins d’un an la fessée est interdite en France) cela est beaucoup plus toléré voire même exigé dans des pratiques dites éducatives qui semblent aller de soi tellement on les tient comme nécessaires et évidentes par leur répétition durant des générations.
Mais tout cela est plutôt une conséquence de mes lectures, actuellement Alice Miller, que le contenu de la formation qui reprend également ce que donne comme informations Muriel Salmona et son association Mémoire traumatique et victimologie dont j’ai avidement lu le site excellemment bien rédigé.

Bien sûr, il faut écouter les conférences de Cyrulnik, comme https://www.youtube.com/watch?v=rd13inJYbQk ou encore https://www.youtube.com/watch?v=m16C9YtXP7E

Encore une autre, par exemple? Tiens, une vidéo des quelques-uns qui sont conscients parmi la masse d’ignorants qui exercent la domination politique de l’état français: http://www.lcp.fr/emissions/288920-enfance-volee-chronique-dun-deni

On ne sort jamais vraiment indemne du visionnage de ces documentaires, pas forcément à cause des sujets traités, mais surtout parce que le discours est éloquent quant aux conséquences des violences dans la marche de l’humanité.

J’ai fait de très belles rencontres lors de cette formation qui m’a beaucoup apporté et conforté dans l’apprentissage que j’avais déjà fait par mes propres moyens grâce au web et au temps que j’y ai passé.

J’ai adhéré à l’association car ce combat est à la base d’une possible amélioration de l’humanité et des sociétés humaines, et j’arbore fièrement le ruban vert “stop à la prescription” car les violences faites aux enfants, et en particulier les violences sexuelles, sont des crimes contre l’humanité.

Leave a Reply