Sauvage

La femme Jacqueline Sauvage est morte, cinq ans après sa grâce par le fait du prince, le président mou d’alors, de la république (elle a bon dos, celle-là).
Les avocats n’osent révéler la cause de sa mort.
Etant donné que ce n’est pas un crime (forcément public), c’est soit un accident (rien vu dans la presse malgré la notoriété de la dame), soit une maladie (rien vu dans la presse malgré la notoriété de la dame) soit… un suicide.
C’est triste, mais voilà la vérité crue de ce qui se passe lorsqu’on défie les lois de la justice, qui avait pourtant bien noté que cette personne était dangereuse (probablement pour elle-même) et avait refusé sa mise en liberté conditionnelle, demandée suite à sa grâce partielle.
Ben voilà.
Merci pour ce moment, françois! Et merci aussi pour avoir utilisé la mort de cette femme pour ta petite communication perso, face à celle du nabot ton prédécesseur, qui se fait lui aussi pressant… Vautours en rond survolant le cadavre du petit manu…

C’est pas un truc de “tarlouzes”, hein? la politique? 🙂

Leave a Reply