Pour Anne, ma maman

En remerciement à tous ceux qui ont eu une pensée pour elle et tous ses proches, à tous ceux qui nous ont témoigné tant d’affection par leur simple présence et leur compassion, voici le texte que j’ai lu aux funérailles de ma maman, le 11 octobre 2017 en l’église Saint-Bernard de Fontaine-lès-Dijon:

——————————

« Quand on n’a que l’amour
A offrir en prière
Pour les maux de la terre
En simple troubadour »

(Jacques Brel)

 

Maman,

Tu t’es éteinte le jour de la Saint-François d’Assises, le jour de ma fête, que je n’aimais plus trop fêter parce que je trouvais ça… trop hasardeux, et que j’oubliais souvent.
Tu peux être sûre que dorénavant ce jour aura une importance toute autre que celle d’avant.
Ce sera le jour des comptes que tu faisais pour ma modeste activité et pourtant avec un soin tout particulier, professionnelle comme tu l’étais, comme s’il s’agissait d’une question essentielle.
Ce sera le jour des chants accompagnés de guitares, qu’ils chantent la joie ou la tristesse, le bonheur ou la vanité, qu’ils glorifient la vie ou damnent la mort, comme tu le faisais à la chorale de l’Eau Vive.
Ce sera le jour des images et des voyages au bord de l’eau que la cruelle maladie t’interdisait déjà, il y a si peu, ne serait-ce que d’envisager.
Ce sera le jour de ripailles et d’enivrement pour que la mémoire, à la pierre de touche de l’oubli, rappelle à chacun ta présence et ta douceur.
Tu voulais que ces funérailles soient à ton image, sérieuses, pieuses, et finalement joyeuses.
Mais aussi porteuses d’un bonheur qui t’est désormais offert dans l’éternité et dans les âmes de ceux qui restent et qui se souviendront toujours de ce que tu as été pour eux, qui t’appelaient Nanou.

Maman, tu as été plus courageuse que je ne le serai jamais devant une maladie dont tu savais par avance qu’elle te serait fatale.
Parce que tu avais côtoyé et aidé de nombreux malades au sein de la Ligue contre le cancer, parce que tu avais vu ta propre maman, Emmanuelle, succomber aussi trop jeune à ce vil destin qui fait hélas notre humanité, parce que tu aimais aider ceux qui en avaient besoin, tu as trouvé la force de faire face, combative, à la douloureuse résolution de tes souffrances.

Adieu, maman, pour toi je crois au paradis, car comme disait Jacques Brel :

« Parce que c’est tellement beau [tout cela] / Quand on croit que c’est vrai. »

 

——————————

Leave a Reply